Un Suisse condamné pour diffamation suite à des « J'aime » sur Facebook

Quand le « J'aime » dîne 143
En bref
image dediée
Crédits : NiroDesign/iStock/thinkstock
Loi
Marc Rees

Un internaute a été condamné à 4 000 francs suisses d’amende avec sursis, pour avoir « liké » plusieurs commentaires diffamatoires à l’encontre du président de l’ACUSA, l’Association contre les usines d’animaux.

En 2015, plusieurs messages avaient été diffusés sur le réseau social où le président de l’ACUSA, Erwin Kessler, était dépeint comme un raciste, un antisémite ou un fasciste alors qu’il s’était opposé à des pratiques d’abattage rituels d’animaux. L’association elle-même était qualifiée de ces noms d’oiseaux. Un internaute qui avait « liké » six de ces messages a été poursuivi par le mis en cause.

Le 29 mai 2017, le tribunal de district de Zurich lui a donné raison en condamnant l’auteur de ces « like » pour diffamation (communiqué officiel, en allemand). Selon les propos rapportés par la Tribune de Genève, la magistrate en charge de ce dossier a considéré que l'homme de 45 ans « propageait un jugement de valeur en l'approuvant. Un avis positif est lié avec un ‹like› ».

Une décision plutôt rare dans les tribunaux. Nos confrères rappellent en tout cas qu « Erwin Kessler a été condamné en 1998 pour violation de la loi contre le racisme » pour une affaire concernant l'abattage rituel des animaux. Mais cette casserole vieille de 20 ans n’a pas permis à l’internaute, condamné hier, de s’abriter derrière l’exception de vérité.


chargement
Chargement des commentaires...