Disparition de la députée Corinne Erhel, spécialiste du numérique

Imposer IPv6 et s'en aller 73
Accès libre
image dediée
Crédits : Assemblée nationale
Loi
Guénaël Pépin

La députée des Côtes-d'Armor, Corinne Erhel, a succombé à un malaise lors d'un meeting le 5 mai. Spécialiste du numérique et des télécoms, elle a contribué depuis dix ans aux débats de fond sur ces sujets. Un hommage unanime lui a rapidement été rendu.

Une députée passionnée de numérique s'est éteinte. Corinne Erhel est décédée le 5 mai au soir, à l'âge de 50 ans, lors d'un meeting d'En Marche ! à Plouisy dans les Côtes-d'Armor. Elle a subi un arrêt cardio-respiratoire, après 15 minutes de discours. Élue socialiste, elle était l'un des premiers soutiens de gauche à Emmanuel Macron, contribuant à sa feuille de route dans le domaine du numérique.

Hommage unanime

Sa disparition a été vécue comme un choc par l'ensemble du secteur, qui lui a livré un hommage unanime. La députée (Les Républicains) Laure de la Raudière s'est dite « bouleversée » par la disparition de sa collègue, avec laquelle elle a écrit de nombreux rapports, « au-delà des clivages politiques ».

Côté politiques, Bernard Cazeneuve et Axelle Lemaire, notamment, ont rapidement salué sa mémoire. Pour cette dernière, son « dévouement était exemplaire. Une grande députée est partie ». Le régulateur des télécoms, l'Arcep, a aussi rapidement réagi. Dans un communiqué, il affiche « une profonde émotion et une immense tristesse », estimant que « toute la famille des télécoms et du numérique est aujourd'hui en deuil ».

Pour sa part, le député Christian Eckert est revenu sur leurs débuts communs à l'Assemblée en 2007, évoquant « un engagement parlementaire sans faille ». C'est aussi l'avis du blogueur Authueil, pour qui il s'agit d'une « députée comme on aimerait en avoir plus », à la fois « partout où il fallait être pour faire avancer les dossiers de fond » et fidèle au gouvernement. Les lobbies ont aussi été nombreux à regretter cette perte, notamment la Fédération française des télécoms et TECH IN France.

Spécialiste des réseaux

Le travail parlementaire fourni par la députée est effectivement important. Avec Laure de la Raudière, elle signait dès 2011 un rapport sur la neutralité du Net, un an à peine après les recommandations de l'Arcep, pionnier sur la question. Le texte a marqué les débats qui ont suivi le dossier en France, jusqu'à la loi Lemaire l'an dernier, qui a transposé le paquet télécoms européen.

En janvier, les deux députées avaient édité un large rapport sur l'Internet des objets, avec 20 recommandations pour son développement, appelant le gouvernement à s'impliquer dans le secteur et à privilégier l'angle de la production de données. En 2016, Corinne Erhel avait réussi à imposer, dans un amendement à la loi Lemaire, que l'ensemble des terminaux vendus en France en janvier 2018 soient compatibles avec IPv6.

Active à la commission des affaires économiques de l'Assemblée, elle a été rapporteure sur les télécoms de la loi Macron (adoptée en 2015) et sur la loi Numérique (dite Lemaire) l'an dernier. Si elle défendait le numérique, elle a également voté des lois sécuritaires des gouvernements Hollande, dont la prorogation de l'état d'urgence et la loi Renseignement.

Cela ne l'a pas empêchée de rejoindre rapidement Emmanuel Macron, au détriment du PS. Le président élu sera d'ailleurs présent à ses obsèques, demain après-midi à Lannion.


chargement
Chargement des commentaires...