Orange virtualise ses box, mise sur des assistants et détaille un Orange Bank en retard

Le tout, en musique 49
Accès libre
image dediée
FAI
Par
le jeudi 20 avril 2017 à 11:40
David Legrand

Orange a annoncé ce matin ses grandes lignes pour l'année à venir. D'Orange Bank et son assistant Djingo à des services plus secondaires comme Family Go, Cyberfiltre ou sa nouvelle Clef TV, nous avons fait le point de manière détaillée.

Ce matin, Stéphane Richard tenait la conférence annuelle d'Orange : le Show Hello. Sur la forme, celui-ci était un peu plus lunaire que d'accoutumée, entre chorale et abus de superlatifs sur fond de conscience écologique. De cette grandiloquence, nous retiendrons le slogan de la journée : « Human inside, une planète augmentée et un moi amélioré ».

Une fois la couche de vernis retirée, que reste-t-il ? Des annonces, nombreuses mais pas toujours très précises. Car de fait, Orange était là pour montrer sa ligne directrice plus que pour dévoiler des produits auxquels chacun aura accès demain. Le moment le plus attendu étant sans doute l'évocation d'Orange Bank, qui a clôturé la matinée.

Orange Bank n'ouvrira pas avant le 6 juillet

Et cela commence par une mauvaise nouvelle : le projet est en retard. Attendu au départ pour janvier, il était évoqué pour mai. Et finalement, seuls les salariés d'Orange y auront accès à partir du 15 mai. L'ouverture pour tous est prévue pour le 6 juillet, une période qui ne devrait pas être celle d'une affluence folle. Une pré-inscription est possible.

140 boutiques pourront accueillir les clients afin de gérer une souscription, mais l'on ne sait pas ce qu'il en sera pour la gestion au quotidien. La CFE-CGC avait détaillé en décembre dernier le dispositif mis en place en interne, 100 personnes ayant été annoncées pour la relation client de la banque.

Stéphane Richard a indiqué vouloir proposer le meilleur des deux mondes entre boutique physique et service en ligne, et évoqué un assistant virtuel disponible 24h/24 et 7j/7. Il sera commandé par l'intelligence artificielle Watson d'IBM. 

Aucune condition de ressource ne sera demandée, mais la gratuité ne semble pas totalement assurée puisqu'il est précisé qu'« il n’y aura pas de frais de tenue de compte quand on utilise ses moyens de paiement ». Orange compte ici profiter de la nouvelle procédure de mobilité bancaire pour récupérer un maximum de clients auprès des banques classiques, ceux qui ont craqué pour une banque en ligne, ou ceux qui ont vu leur dossier refusé.

Du crédit et de l'assurance seront proposés dans un second temps. « L’objectif est d’atteindre 400 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2018 dans le domaine des services financiers, sur l’ensemble de nos marchés. L’ambition d’Orange Bank est de compter, à terme, plus de 2 millions de clients en France » précise à nouveau Orange dans son communiqué.

Orange Bank Carte

Reste à connaître les points forts de cette nouvelle offre. Là encore, on a surtout eu droit à beaucoup d'emphase et de grandes promesses mais peu de concret. On sera donc face à « une banque pensée par des experts du numérique [dont] les services ne cesseront de s'enrichir chaque mois, chaque semaine, chaque jour ».

Tout juste apprendra-t-on que les opérations se veulent instantanée, ce qui était notamment un argument de Compte Nickel (racheté depuis par la BNP). La gestion de la carte passera par l'application, comme on le voit déjà ailleurs.

Virtualisation des box, nouvelle clef TV et barre de son

Autre grande annoncée, effectuée cette fois au début de la conférence : la virtualisation des box, attendue pour 2018. Là aussi il faut différencier la forme du fond, Stéphane Richard ayant indiqué que la puissance de calcul et l'intelligence des Livebox allaient être déportées sur les serveurs de la société. Dans la pratique, il s'agira de tout à fait autre chose.

En effet, il a été question de proposer un service d'enregistrement des programmes « dans le cloud » plutôt que sur la box. Ici, il n'est pas tant question d'une innovation que de l'intégration du NPVR, ce que propose déjà Molotov. Orange le fait d'ailleurs déjà en Roumanie et fera de même en Espagne dès la fin de l'année.

Le décodeur TV, lui, pourrait prendre la forme d'une simple application comme le prépare aussi Bouygues Télécom, le modem routeur étant le seul élément qui serait désormais nécessaire aux clients pour disposer de leur connexion. La société pourrait pour cela utiliser sa nouvelle clé TV (Wi-Fi 802.11ac) qui change de forme et dispose d'une télécommande. Elle sera mise en vente à la fin de l'année.

La virtualisation doit aussi permettre une utilisation de tous les services et des appareils locaux à distance, mais aussi de demander de l'aide à Orange ou à un proche. Un point important où la sécurité des accès deviendra un élément essentiel.

Ici c'est surtout la stratégie utilisée pour la diffusion des contenus qui sera intéressante à analyser, mais elle n'a pas été évoquée. Aura-t-on droit à des accords avec Apple et Google, les fabricants de TV ? Qu'adviendra-t-il des revenus issus de l'achat de contenus et d'abonnements qui étaient effectués depuis les box classiques ? L'avenir nous le dira.

Enfin, notez que comme Bouygues Télécom en ce moment, Orange proposera une barre de son Dolby Atmos à ses clients. Mais là aussi il faudra attendre encore quelques mois.

Un Wi-Fi toujours plus mieux et un Cyberfiltre pour entreprises

D'autres points ont été évoqués comme un « Wi-Fi » intelligent qui arrivera d'ici la fin de l'année. Ici il s'agit de QoS, soit la mise en priorité de certains flux comme ceux de la TV face à une simple navigation Internet par exemple.

L'application Ma Livebox doit aussi permettre d'avoir une meilleure vue du réseau local et de sa composition (avec des « extenders ») pour aider à se connecter aux bons endroits. Là encore, cela manque cruellement de détails pour le moment et l'on pourrait se retrouver, comme pour le « Super Wi-Fi » (du simple 802.11ac) avec une mise en avant de solution qui existent déjà ailleurs.

Pour les entreprises, Orange mettra comme prévu son offre de sécurité à disposition à travers Cyberfiltre. Ici, l'objectif est de préserver les sociétés des menaces de l'extérieur... sans que l'on sache bien comment pour le moment. Un boîtier sera à connecter à la Livebox Pro, vous serez alors protégés : « tous les flux informatiques sont analysés en temps réel afin de repérer et de bloquer
 les virus, de contrôler l’accès aux sites indésirables et de prévenir les cyberattaques. Cette surveillance, assurée par Orange Cyberdefense,
 est un concentré de sécurité pour protéger l’ensemble des équipements professionnels ».

L'offre sera proposée au début de l'année prochaine et intègrera une assurance dommages.

Un assistant à la voix de robot et un Live button

Du côté de la commande, nous n'avons pas échappé à la démonstration d'un assistant : Djingo. Comme pour Google Assistant, qui s'intègrera cette année aux produits Android TV, et le NVIDIA Spot, on pourra donc disposer une enceinte dans une pièce de la maison afin de gérer des tâches du quotidien.

Le dispositif a été créé en partenariat avec Deutsche Telekom et pourra se commander aussi via les applications ou un micro intégré aux télécommandes de la Livebox d'Orange.  La voix de l'assistant est encore très robotique et il n'a pas vraiment été question d'usages avancés comme la domotique ou autre, mais des interactions pour l'assistant virtuel d'Orange Bank ou avec Twitter par exemple.

Stéphane Richard a ainsi décidé de nous faire la démonstration d'une publication en direct d'un tweet... mais il a été trahi par les données du service de micro-blogging qui ont révélé que celle-ci avait été plutôt effectuée via un iPhone :

Orange Djingo Fail

Autre objet qui doit révolutionner notre quotidien : le Live button. Celui-ci fait penser furieusement au Dash d'Amazon ou au NIU de NodOn, mais Richard assure qu'il pourra aller au-delà de la simple commande de produits et gérer des actions dans la maison, des problématiques d'assurance, d'alerte via des notifications, etc. Une idée qui n'est pas sans faire penser à ce que La Poste prépare de son côté avec le Domino.

Une différence néanmoins : ici, c'est le réseau LoRa (ou GSM) qui sera utilisé, là où La Poste se repose sur Sigfox et Amazon sur une simple connexion Wi-Fi (voir notre test). Aucun détail n'a par contre été donné concernant le modèle économique ou des usages concrets de ce bouton.

D'autres services sont annoncés de manière plus discrète, comme Family Go qui permettra de suivre les membres de votre famille à la trace dans certaines conditions. Une expérimentation sera menée avec Center Parcs d'ici peu. Un portail dédié à l'e-sport est aussi au programme.


chargement
Chargement des commentaires...