Chrome 58 pousse les Progressive Web Apps, Firefox 53 ouvre la voie au moteur Quantum

Une année de changement pour Mozilla 36
Accès libre
image dediée
Crédits : DNY59/iStock
Navigateurs
Par
le jeudi 20 avril 2017 à 11:30
Vincent Hermann

Google et Mozilla sont sur le pied de guerre aujourd’hui avec la sortie de nouvelles versions pour leurs navigateurs respectifs, Chrome et Firefox. Si le premier se contente d’apports assez légers, le second frappe beaucoup plus fort, avec notamment les premiers morceaux du projet Quantum.

Chrome 58 est donc disponible au téléchargement, pour les systèmes fixes et dans peu de temps sur Android, Chrome OS et iOS. Côté utilisateurs, il y a peu de choses spécifiques à noter. Tout laissait à croire que la nouvelle mouture supporterait notamment la Touch Bar des MacBook Pro, mais cette prise en charge, bien que présente dans le canal Canary, n’a finalement pas été intégrée.

IndexedDB 2.0 et des PWA en plein écran

Pour les développeurs par contre, on note quelques éléments importants. À commencer par le support d’IndexedDB 2.0 pour la gestion des données locales dans le navigateur. La nouvelle version de l'API permet notamment de prendre en charge des collections plus grandes de données, d’effectuer des actions de masse ainsi qu’une gestion mieux standardisée des erreurs.

Autre point important, les Progressive Web Apps dans la version Android. Chrome 57 les avait déjà renforcées en les intégrant davantage au système, à la manière d’applications classiques. Chrome 58 leur offre en plus la capacité de s’exécuter désormais en plein écran, en masquant toutes les barres que l’on devrait d’habitude voir pour du contenu web. Google continue donc de réduire l’écart entre les deux mondes.

Enfin, Chrome 58 corrige pas moins de 29 failles de sécurité, dont trois critiques.

Comme toujours, les mises à jour se récupèrent d’elles-mêmes dans le navigateur sous Linux, macOS et Windows. Sur Android et iOS, ce sont les boutiques dédiées qui se chargent de l’opération.

Firefox 53 ouvre la voie aux premiers éléments de Quantum

Le nouveau Firefox se distingue par des apports beaucoup plus importants que son concurrent. Cette version apporte notamment les premières briques du projet Quantum, qui doit pour rappel offrir à Firefox un nouveau moteur de rendu, en s’inspirant en bonne partie des travaux menés sur le moteur Servo, écrit avec le langage Rust.

Firefox 53 intègre ainsi le Quantum Compositor, le composant chargé de « composer » l’image dans la fenêtre du navigateur, en rassemblant les éléments graphiques. Sous Linux et Windows, il est en outre déporté dans un processus séparé, le troisième en fait pour Firefox. Depuis Electrolysis, le navigateur dispose en effet de deux processus de base, un pour le rendu, l’autre pour tout ce qui touche à l’interface.

Mozilla promet des performances nettement améliorées pour l’affichage, ainsi qu’une meilleure stabilité. Dans le cas en effet où un pilote provoquerait un plantage, le processus séparé n’aurait qu’à se relancer. Notez que sous macOS, le Compositor n’est pas séparé du reste du navigateur. L’éditeur indique que les pilotes sont plus stables et ne provoquent pas de désagréments. La situation évoluera peut-être, NVIDIA travaillant notamment sur des pilotes spécifiques pour la plateforme d’Apple.

Pour l’instant, le Quantum Compositor ne va être activé que pour 70 % des utilisateurs de Firefox, a priori tous ceux sous Windows 7/8/10. La suite du programme n’est pas encore dévoilée.

Deux nouveaux thèmes et des améliorations diverses

Parmi les autres nouveautés, Firefox 53 propose également deux nouveaux thèmes, activables depuis les modules. Ils sont inspirés de la Developer Edition, avec un clair et un foncé. Objectif, réduire la surface du contenant au profit du contenu. Ils ne sont cependant pas actifs par défaut.

firefoxfirefox

Un nouveau système d’alertes a en outre été mis en place pour les demandes d’autorisations des sites : notifications, géolocalisation, accès au matériel, etc. Une fois les demandes acceptées, l’utilisateur peut à tout moment vérifier ce qu’il a accordé en cliquant sur le bouton « i » à gauche de la barre d’adresses.

Notons enfin la possibilité d’envoyer un onglet d’une instance de Firefox fixe vers la version mobile via un clic droit, l’utilisation par défaut de TLS 1.3 pour les connexions HTTPS ou encore une nouvelle option pour les onglets sur Android. Elle permet de réduire la taille de ces derniers dans la bascule, afin de pouvoir les afficher sur deux colonnes.


chargement
Chargement des commentaires...