Facebook : la Messenger Platform 2.0 veut conquérir le monde avec ses bots

Le lourd bruit des bots 11
image dediée
Applications
Par
le mercredi 19 avril 2017 à 17:36
Vincent Hermann

Lors de sa très riche conférence d’ouverture de la F8 hier soir, Facebook a abordé Messenger, dont la dimension de plateforme prend encore de l'ampleur. Le service a toujours pour objectif d’être bien plus qu’une messagerie, et les efforts de l’entreprise en ce sens sont manifestes. Au risque d’en faire trop ?

Il y a bien longtemps que Messenger n’est plus vraiment une application classique de messagerie au sens où on l’entend habituellement, comme peuvent l’être Telegram, Viber ou encore bien sûr WhatsApp. L’éditeur a renforcé son service, lui adjoignant différentes capacités, que ce soit directement ou via des bots, l’un des grands axes de développement récents – pas que chez Facebook d’ailleurs, comme en témoignent les exemples de Skype et Twitter.

Hier soir, après avoir longuement discuté des réalités augmentée et virtuelle, Facebook s’est donc dirigé vers la Messenger Platform, qui passe pour l’occasion en version 2.0. Toujours plus de bots, de contacts avec les entreprises, agrémentés de QR codes ou de jeux, pour un ensemble qui se veut décidément le grand compagnon de vie de tout un chacun.

La grande offensive des bots

C’est David Marcus, vice-président de la plateforme, qui s’est occupé hier soir des présentations sur Messenger. Prouvant que le service n’est plus depuis longtemps un simple outil de communication pour le grand public, le responsable a indiqué que sur la masse du 1,2 milliard d’utilisateurs on trouvait désormais 65 millions d’entreprises.

Pour chacune, Messenger veut devenir le lien privilégié avec ses clients, un domaine où Twitter cherche également à se faufiler. Les évolutions de la plateforme la destinent à devenir une sorte de catalogue des entreprises connectées – pensez aux Pages Jaunes – avec l’arrivée prochaine d’un onglet Découvrir, qui les référencera ainsi que l’ensemble des bots rattachés.

Lisez la suite : 82 % de ce contenu reste à découvrir

Seuls nos abonnés peuvent lire l'intégralité de cet article.


chargement
Chargement des commentaires...