Le numérique dans les programmes d'Asselineau, Cheminade et Poutou

Vous ne savez pas quoi faire ce week-end... 124
image dediée
Crédits : Martinns/iStock
Loi PRÉSIDENTIELLE
Par
le vendredi 14 avril 2017 à 17:58
Marc Rees

Quelle est la part du numérique dans le programme de François Asselineau, Jacques Cheminade, Philippe Poutou, Nathalie Arthaud, Nicolas Dupont-Aignan et Jean Lassalle ? Next INpact poursuit sa présentation des propositions à quelques jours du premier tour de l’élection présidentielle.

Si ces candidats n’ont pas le luxe d’être des mastodontes des sondages, le numérique reste malgré tout une préoccupation parfois majeure. D’où l’intérêt de revenir dans le détail de leurs propositions. Chacun jugera : certaines susciteront de lourdes interrogations, d’autres mériteront une sérieuse attention.

Nous avons donc passé notre peigne de campagne sur les programmes de ces six concurrents à la première place de l’élection présidentielle. Dans cette première actu, nous nous sommes penchés sur ceux de Philippe Poutou, François Asselineau et Jacques Cheminade. Vous trouverez ceux de Nathalie Arthaud, Nicolas Dupon-Aignant et Jean Lassalle dans cette actualité.

François Asselineau

Et du côté de l’Union populaire républicaine ? Dans son programme, au chapitre culturel, François Asselineau veut lutter contre cette « américanisation » déguisée sous le voile de la « mondialisation ».

Du coup, « obligation sera faite aux grandes chaînes de télévision et stations de radio publiques (dont TF1 déprivatisée) de diffuser des informations et œuvres représentant les points de vue d’autres civilisations » tambourine-t-il. S’il est élu, les téléspectateurs profiteront ainsi du « cinéma japonais, chinois, indien, russe, égyptien, tunisien, sénégalais, brésilien, etc. ».  Des œuvres que l’internaute peut déjà consulter sur la plateforme américaine de Google, depuis un système d’exploitation US ou non.

Le CSA remplacé par une Cour supérieure de l’audiovisuel

Le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) sera en tout cas transformé en une « Cour supérieure de l’audiovisuel ». Elle sera « chargée de veiller à la représentativité politique objective de la population dans toute sa diversité ». Sa composition sera simple : uniquement des magistrats professionnels qui ne seront pas coupés des Français puisque la Cour pourra « recueillir et mettre en œuvre les demandes des Français grâce à des sondages sur Internet auprès de plusieurs dizaines de milliers d’auditeurs et de téléspectateurs ».

Son programme est plus touffu que celui de son concurrent du NPA. Sur le numérique, il se veut ardent défenseur de la « liberté et la neutralité d’Internet ». De là, il compte interdire « les dispositifs de surveillance massive de données », en remettant l’autorité judiciaire dans la boucle via un système d’autorisation préalable avant déploiement.  

Abrogation des lois liberticides

Cette défense de neutralité passe selon lui par la promotion d’ « un choix diversifié d’opérateurs et d’hébergeurs alternatifs permettant le respect des données personnelles ». D’ailleurs, les FAI verront leur rôle limité à un celui d’un simple service, « et non de gendarme du réseau ». Maniant la tronçonneuse, il programme l’abrogation des lois dites « liberticides sur Internet », listant en particulier la LOPPSI 2 ou la loi relative au renseignement ainsi que la réforme de la LCEN.

Il prône dans le même temps « un droit universel à l’Internet et à l’information ». À cette fin, serait proposée « la création d’un Haut-Commissariat du numérique (HCN) à l’ONU » qui regrouperait « les principales instances régissant Internet ». L’enjeu ? « Pacifier Internet, en s’assurant, que le HCN puisse empêcher toute forme de surveillance nationale ou internationale sur les réseaux. Ces derniers auront le statut d’extraterritorialité. Ils ne dépendront d’aucun État ». Il veut naturellement « garantir l’anonymat sur Internet » et « Protéger les lanceurs d’alerte sur le territoire national ».

Asselineau et le logiciel libre

Asselineau envisage aussi de « protéger les consommateurs contre les formats dits propriétaires », de « garantir la diversité des outils numériques et promouvoir l’exigence de l’interopérabilité des systèmes d’information ». Structurellement, les logiciels propriétaires seront remplacés par des logiciels libres « notamment dans les ministères de la Défense et de l’Éducation nationale ».

Pour accompagner ce mouvement, il veut « attribuer un vrai rôle protecteur à l’Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information en lui donnant un droit de regard et de décision sur les systèmes d’exploitation, leur sécurité et les micro logiciels des composants informatiques et électroniques sensibles, afin de s’assurer de leur intégrité ». Comme si l’ANSSI n’intervenait pas déjà pour assurer un tel contrôle, du moins dans les infrastructures vitales des administrations sensibles.

« Pour la protection des données numériques », il proclamera l’interdiction du profilage, mais également « de tous les moyens techniques permettant d’établir un suivi des usages d’un utilisateur, sauf si ce dernier donne son accord et peut revenir sur sa décision ».

Sur le chapitre de l’éducation, il veut mettre en œuvre une éducation au numérique afin de « protéger les mineurs en menant une campagne éducative de prévention sur l’usage des réseaux sociaux et de sensibilisation à la protection des données ». Là encore, de telles formations existent notamment au collège. Par contre, il compte assurer la « promotion de la formation en développement et des communautés de conception de logiciels libres ». Des ponts seront à ce titre tendus entre les étudiants et les communautés libres de développement.

Le stockage des données bleu-blanc-rouge

Comme Marine Le Pen, qui plaide pour un traitement des données en France, Asselineau veut « interdire le stockage hors de France [des] données personnelles ». Devenu président, le candidat UPR interdira aussi « le transfert de données vers d’autres États, sociétés ou toute institution étrangère à celle ayant collecté ces données », ce qui laisse tout de même de belles marges de manœuvres.

Sous le règne d’Asselineau, l’utilisateur sera propriétaire de ses données. Il bénéficiera du droit à l’anonymat, au déréférencement et à l’oubli sur Internet, mesures déjà prévues par la CJUE et le règlement sur les données personnelles, du moins d’ici 2018.

Sur la sécurité, le « puçage » par RFID ou autres des êtres humains sera interdit en France, et même sur la planète puisque le candidat veut saisir l’Organisation des Nations unies pour qu’une telle interdiction soit « universelle ». « Seul un juge pourra ordonner le fichage » des données afin de redonner au principe du secret des correspondances (postales, électroniques, etc.) et des télécommunications ses lettres de noblesse.

Fiat Lux sur les Think Tanks

Ajoutons que le candidat veut introduire une bonne dose de transparence dans les « clubs de réflexion » qui seront encadrés par la loi. « Tous les think tanks devront produire et rendre publiques, de façon précise, exhaustive et justifiée, toutes leurs sources de financement. Ces données exhaustives seront présentées en page d’accueil sur leur site Internet et sur toutes leurs publications » annonce-t-il. Dans le silence du candidat, on imagine qu'il reviendra au législateur de définir à partir de quand un groupe devient un club de réflexion...

Au final, signalons la création d’Agridistrib. Sur Internet, cet outil sera dédié à la mise en relation des producteurs et les plateformes de distribution locale. « L’objectif sera de créer un marché local de façon à économiser sur les coûts de transport et à offrir aux consommateurs une fraîcheur accrue des produits ».


Jacques Cheminade

Si chez Jacques Cheminade, l’exploration spatiale est en bonne place, pas de chapitre dédié à l’univers numérique au menu de son programme. On retrouve cependant le sujet égrainé suivant les thèmes abordés sur ses pages de campagne.

Bannir les jeux vidéo ultra-violents

Par exemple, il veut bannir « tous les contenus diffusés avilissant la personne humaine, comme les jeux vidéo ultra-violents ou la présentation de produits synthétiques de nature à fabriquer des drogues dures ». Un bannissement qui passera par une interdiction pure et simple ou une surtaxe systématique. « Il s’agit de donner un signe de détermination, étant entendu que la diffusion de contenus positifs ludiques et éducateurs est, en amont, le meilleur contrepoison contre toutes les menaces d’évasion vers le virtuel et de radicalisation ».

Ces jeux sont en effet accusés par Cheminade d’être « formatés par les médias, diffusés par des adultes qui détruisent méticuleusement la faculté d’attention des enfants et des adolescents ». Sur ses pages relatives à la sécurité, il avance encore que « le lien entre passage à l’acte terroriste et pratique de jeux vidéo violents d’abord, puis consultation d’images criminelles sur les sites djihadistes » est « établi ».

Seront donc interdits les jeux vidéo violents « lorsqu’ils mettent en scène des actes de torture ou de crime et la pratique de tirs instinctifs ».

Peupler le web de « contenus intelligents »

Pour les jeunes qui auront notamment délaissé leur joystick, il veut faire de France TV « une plateforme éducative fournissant en masse des contenus vidéo gratuits par internet ». Dès lors, « ses équipes seront dépêchées partout où quelque chose se crée, notamment auprès d’institutions publiques comme le CNRS et le CEA, les Opéras et les grands orchestres pour réaliser, avec les chercheurs, les ingénieurs et les artistes, des programmes visant à faire découvrir aux jeunes et au peuple en général ce qu’ils font, comment et pourquoi ».

Son objectif ? Peupler le web « de contenus intelligents » avec lesquels « on aura un levier pour relever le niveau général d’internet ».

Herbier > GTA

Il n’a pas vraiment foi dans le numérique à l’école. « Introduit à grand renfort de communication, le plan numérique est présenté comme la solution miracle à l’inégalité scolaire alors qu’il est en réalité très contestable, notamment en ce qui concerne la pédagogie ».

Le déploiement des tablettes dans les classes est surtout vu comme « une extraordinaire manne financière pour les fabricants de matériels et de logiciels informatiques, comme pour GAFA (Google, Apple, Facebook, Amazon), qui se chargera de « biberonner » les élèves et futurs étudiants, donc les acteurs de demain ».

Son programme est donc simple : « aucun écran jusqu’à six ans » puisqu’ « on démontre aujourd’hui leur nocivité tant sur la concentration qu’en terme de luminosité, voire d’ondes ». Et au primaire ? Ni tablette ni écran numérique. Le numérique n’interviendra qu'à partir du CE1, et encore à titre complémentaire. « Par exemple : confection d’un herbier, dans un premier « pour de vrai », puis présentation de celui-ci sur un support digital (petit site web, etc.). »

Un service public du numérique

Dans le chapitre emploi, il veut débloquer les moyens nécessaires pour assurer la maintenance de certaines infrastructures comme les réseaux de haut débit, haut débit qu’il promet de généraliser. Dans son livret relatif à l’agriculture, on apprend qu’il fera de l’accès au numérique « un service public afin d’éliminer les « zones blanches », pour que les producteurs puissent maîtriser l’information et leurs ordres de vente ».

Dans son projet pour les collectivités territoriales, il détaille ce que sera ce service public : « Cette nouvelle institution fournira, à des tarifs réglementés, un accès universel au numérique haut de gamme sur l’ensemble du territoire ».  Et c’est la Banque publique d’investissement qui « sera missionnée pour créer un effet boule de neige dans cet effort d’équipement ».

Élu, il lancera aussi « un crédit impôt région » qui profitera en premier aux PME « pour attirer les investisseurs intéressés par une logique de développement régional et permettre la transition vers le numérique et la robotique » au sein de ces structures.

Fiscalité et géant du Net

Dans le chapitre dédié à la fiscalité, enfin, il taxera en France les grands groupes de l’internet au motif que « la plupart des bénéfices européens de grandes sociétés, comme Amazon au Luxembourg ou Apple en Irlande, sont enregistrés dans un pays qui leur permet de payer des impôts à des taux ridicules et d’échapper à ceux du lieu où ils exercent réellement leur activité ».

Pour réussir là où Bercy s'est cassé les dents, il propose de créer une Autorité européenne du numérique. En outre, l’ensemble des pays européens négociera « sans complaisance avec les États-Unis le partage de la valeur fiscale ajoutée ».

Ajoutons pour finir que démocratiquement, il propose d’élire une Assemblée de 500 citoyens, tirés au sort. Elle sera chargée de réfléchir, assistée d’experts, au recours aux technologies du futur, en s’interrogeant notamment sur « l’appropriation citoyenne de la révolution numérique et « informationnelle », pour accompagner l’élu et au besoin mettre en cause ses écarts ».


Philippe Poutou

Le programme du représentant du NPA ou Nouveau Parti Anticapitaliste n’est vraiment pas très bavard sur le sujet du numérique. Le mot même de « numérique » est d’ailleurs absent de ses 42 pages, tout comme « Internet », Poutou préférant embrasser « précarité », « égalité », «écologie », etc. Dépassé ce cadre lexical, le candidat a une mesure au coin des lèvres : l’abrogation de la loi Hadopi.

Une abrogation immédiate, « et non en 2022 comme cela est prévu actuellement » avance-t-il. De fait, l’amendement qui avait programmé ce funeste terme a été repoussé au Sénat à la demande du gouvernement. Un épisode qui remonte tout de même à mai 2016 qu’a visiblement esquivé l’équipe de campagne.

L’intéressé demande aussi à ce que « les droits d’auteur doivent être refondus, pour garantir des conditions de vie décentes à tous les artistes », sans que ne soit précisé le sens de cette révision.


chargement
Chargement des commentaires...