Après un an d'activité, Liberapay veut être l'alternative libre pour les dons récurrents

Libera Me From Patreon 11
image dediée
Services
Par
le jeudi 13 avril 2017 à 16:50
Guénaël Pépin

Alors que Flattr est désormais dans les mains d'Eyeo et que les plateformes comme Patreon s'installent dans le paysage, le libre peine encore à trouver des moyens de se financer. C'est ce que propose Liberapay, une plateforme lancée il y a un peu plus d'un an, qui vise à s'étendre au-delà des frontières françaises et européennes.

Début avril, la société derrière Adblock Plus, Eyeo, avalait le service de paiement Flattr. Un changement de philosophie pour l'outil cofondé par Peter Sunde (The Pirate Bay), qui propose des micropaiements pour les contenus appréciés sur le Net, en répartissant une cagnotte mensuelle. En mai 2016, les deux sociétés s'étaient déjà rapprochées pour lancer Flattr Plus, dont le but est de coupler le bâton (le blocage de publicité) avec une carotte (la rémunération des contenus).

Si ce modèle de paiement à l'acte semble avoir peu d'adeptes, il a contribué à habituer les internautes à un modèle proche : le paiement récurrent d'une production via des plateformes comme Patreon et Tipeee, très appréciés des créateurs, notamment de podcasts (voir notre dossier). Parmi ces plateformes figure Liberapay, un service open source français qui a fêté son premier anniversaire en février. Ses travaux ont quant à eux débuté en mars 2015.

« Il a été créé suite aux difficultés et au changement de cap de son prédécesseur [américain] Gratipay (précédemment Gittip) » nous explique Charly Coste, son cofondateur, dans un entretien par email. En 2015, le service a commencé à refuser les dons aux particuliers, après plusieurs bannissements de comptes.

Liberapay partage une partie de son code avec le service américain, dont il reprend la philosophie première, à savoir financer durablement des projets libres et des biens communs. Si elle finance moins de 1 700 euros par mois aujourd'hui, elle travaille à son développement, notamment à l'étranger.

Un Patreon libre à but non-lucratif

Lisez la suite : 73 % de ce contenu reste à découvrir

Seuls nos abonnés peuvent lire l'intégralité de cet article.


chargement
Chargement des commentaires...