E-sport : Fnatic lève 7 millions de dollars, les propriétaires de l'AS Roma montent à bord

Forza Fnatic 21
image dediée
Crédits : Fnatic
Jeux video
Par
le mardi 18 avril 2017 à 10:32
Kevin Hottot

Dans le petit monde de l'e-sport, l'argent continue d'affluer et il vient de plus en plus souvent d'acteurs du sport « traditionnel ». La célèbre équipe Fnatic vient ainsi de décrocher un investissement de 7 millions de dollars, injectés en partie par les propriétaires de l'AS Roma, un club de football de premier plan.

Il y a quelques années encore, quand des équipes d'amateurs commençaient à se structurer et à parler de la future professionnalisation de l'e-sport, ceux qui imaginaient que de grands clubs sportifs s'intéresseraient à leur hobby étaient vus comme de doux rêveurs. Pourtant c'est bien dans cette direction que le sport électronique semble tout droit se diriger. 

On se souviendra par exemple du rachat de Team Liquid en septembre dernier par un consortium composé notamment d'investisseurs liés à des franchises de NBA ou de NHL. Quelques jours plus tôt, c'étaient les équipes Apex et Dignitas qui étaient absorbées par le club des Philadelphia 76ers. Plus proche de nous, le Paris Saint-Germain signait un partenariat avec Webedia dans le but de développer sa propre équipe de e-sportifs, sur FIFA et League of Legends.

Fnatic cède aux sirènes des Boston Celtics

Les investissements de ce genre ont tendance à se multiplier, et les équipes qui n'ont pas encore cédé aux appels des grands clubs sportifs doivent souvent composer avec des moyens plus faibles que leurs concurrents. Si l'injection d'argent frais n'est pas une garantie de résultats, elle pose indirectement d'autres problèmes. La relégation directe des LCS de l'équipe de Schalke 04 en est un symbole fort. 

Romain Bigeard, le directeur général de l'équipe allemande Unicorns of Love nous avait d'ailleurs confirmé ce point lors d'un précédent entretien : « Forcément, quand un investisseur paye un à deux millions d'euros pour acheter son slot aux LCS à une équipe, qu'il vient avec une armée d'avocats, de comptables, de coachs, et un budget à sept chiffres, ça crée une certaine tension pendant le mercato ». 

Lisez la suite : 69 % de ce contenu reste à découvrir

Seuls nos abonnés peuvent lire l'intégralité de cet article.


chargement
Chargement des commentaires...