Guerre FAI/chaînes de TV : comment Captvty peut vous sauver la mise

Copie privée, mon amour 231
Accès libre
image dediée
Crédits : moodboard/ThinkStock
Applications TUTO
David Legrand

Ces derniers mois, les FAI voient les chaînes leur déclarer régulièrement la guerre, afin de revoir à la hausse le contrat qui les lie pour la diffusion de leurs contenus et des services de replay associés. Parmi les multiples solutions, il en existe une plutôt simple et complète : Captvty.

En février 2018, TF1 s'opposait à Orange sur la question de l'accès à ses chaînes TNT gratuites (TF1, TF1 Séries, TFX, NT1, LCI) et leur distribution. Le groupe cherchait en effet à se faire rémunérer pour cette reprise, accompagnée de services et de partenariats divers, le tout englobé sous le petit nom de TF1 Premium.

Une situation qui a duré des mois avant de finalement se régler. Plus récemment, c'est Free et Altice France (BFM, RMC, 01, SFRqui se sont écharpés autour de leur accord prenant fin en mars 2019. 

De nombreuses alternatives

Devant cette situation, les chaînes précisent en général (jusque dans nos commentaires), que leurs contenus sont accessibles à travers leurs applications. Mais c'est loin d'être la seule manière, et pas forcément la plus pratique.

Dans le cas cité il faut par exemple disposer d'un compte MyTF1 pour de nombreux programmes, supporter les multiples publicités et la collecte de données que cela implique. De plus, ce service ne gère pas la diffusion via des solutions comme Chromecast, TF1 s'y étant toujours opposé.

Il existe différentes alternatives, plus ou moins simples à mettre en œuvre. Enregistrer le flux de la TNT, brancher votre ordinateur à votre TV, caster un onglet du site MyTF1, utiliser des plugins pour des systèmes comme Kodi, etc.

Molotov (appartenant désormais à Altice) est sans doute la solution la plus accessible pour le grand public, mais elle a un problème de fond : pour certaines chaînes elle ne permet que d'enregistrer des contenus à l'avance, et de manière limitée (en temps ou au niveau des fonctionnalités). L'accès au replay est également parfois interdit.

Captvty : une solution simple pour les adeptes de Windows

Heureusement, il existe un petit outil qui peut vraiment vous faciliter la vie : Captvty. Disponible sous Windows, il peut être utilisé sous Linux ou macOS avec un peu d'astuce. Pour faire simple, il liste les émissions diffusées par l'ensemble des chaînes de la TNT et d'autres chaînes francophones, vous permettant de les télécharger sous la forme d'une simple vidéo.

Il est disponible via un installeur, ou un dossier compressé (portable) et propose de nombreuses fonctionnalités : lecture et enregistrement du flux en direct, compression vidéo, téléchargement depuis une URL, convention de nommage des fichiers, récupération des sous-titres pour sourds et malentendants lorsqu'ils sont disponibles, etc. 

L'application est constituée d'une fenêtre avec à gauche la liste des chaînes, sur la partie centrale la liste des programmes et en dessous la partie contenant les différents onglets : détails, téléchargement, conversion, etc. Un filtre par rubrique est parfois proposé, il est possible de trier les programmes par nom, date de diffusion ou résumé. Malheureusement, aucun moteur de recherche n'a été implémenté. 

Un double clic sur une émission permet de la télécharger, un clic droit ouvre d'autres options comme la lecture ou la copie du lien de la page web liée : 

Captvty

Parfois les chaînes changent leurs habitudes, mais le développeur est plutôt réactif et publie une nouvelle version dans les jours qui suivent. Dans le cas de chaînes comme Canal+, seuls les programmes en clair sont bien entendu proposés.

Une fois les fichiers téléchargés, vous pouvez les lire directement sur votre ordinateur, mais aussi les placer sur un NAS ou un disque dur relié à votre TV afin de les visionner, le tout sans contrainte par rapport aux choix des différentes chaînes.

Est-ce légal ?

La question de la légalité d'un outil tel que Captvty a longtemps été posée. Le développeur a d'ailleurs déjà fait l'objet de nombreuses procédures. Dès 2013, c'est d'ailleurs TF1 qui avait menacé le logiciel, en 2014 c'était au tour de Canal+ et en 2016 la Radio Télévision Suisse y allait de sa lettre.

La défense du développeur a toujours été la même : « Ni le site Captvty.fr ni le logiciel Captvty ne fournissent de contenu vidéo de TF1 ou e-TF1 qui serait hébergé sur captvty.fr ou sur un autre site. Comme décrit sur la page http://captvty.fr/faq#legal, le logiciel Captvty, fonctionnant comme un navigateur, interroge le site Web de TF1 ou de e-TF1, et permet d’accéder au contenu que TF1 ou e-TF1 met elle-même à la disposition du public et qui peut être consulté directement par les internautes. Cela est donc parfaitement légal ».

Il consacre d'ailleurs une page à cette question, en se reposant sur le fait qu'il s'agit de contenu librement disponible sur Internet et l'exception pour copie privée (que l'on paie chèrement) :

« Captvty interroge les sites Web des chaînes et propose une liste des vidéos qui sont en libre accès sur ces sites, exactement comme le feraient Edge, Internet Explorer, Firefox, Chrome, Safari, Opera ou n’importe quel autre navigateur. Lorsque l’utilisateur exécute le programme sur son ordinateur et choisit de visionner ou de télécharger une vidéo, l’utilisateur se connecte par l’intermédiaire du programme au site de la chaîne sélectionnée et télécharge le fichier correspondant sur son ordinateur, en suivant simplement le lien d’accès à la vidéo proposé par ledit site.

En cela, il n’y a ni reproduction ni mise à la disposition du public sur Captvty.fr d’œuvres protégées par le droit d’auteur. Le contenu qui peut ainsi être téléchargé provient en effet exclusivement des sites interrogés. Il s’agit bien du contenu que les chaînes de télévision mettent elles-mêmes à la disposition du public et qui peut être consulté directement par les internautes.

Du point de vue juridique, Captvty est un outil légal eu égard aux législations française et européenne. »

Quatre ans après les premières menaces de TF1, il est d'ailleurs toujours en ligne. Peut-être est-ce l'occasion, pour les chaînes et FAI, d'indiquer à leurs clients comment en tirer parti... leurs box/décodeurs proposant notamment un espace de stockage permettant de lire des contenus vidéos téléchargés légalement sur sa télévision.


chargement
Chargement des commentaires...