Vie privée : Windows 10 centralise les réglages pour tenter de rassurer

Est-ce assez ? 106
En bref
image dediée
Crédits : iStock/ThinkStock
OS
Vincent Hermann

Alors que la Creators Update sera bientôt diffusée auprès du grand public, Microsoft fait le point sur les nouveaux contrôles de vie privée inclus. L’éditeur tâche de jouer cartes sur table et indique précisément ce que Windows 10 collecte, tout en précisant ce que l’utilisateur peut faire.

La version 1703 de Windows 10 – la Creators Update – sera diffusée la semaine prochaine. Comme indiqué dans le Brief plus tôt, l’outil de mise à jour manuelle est également disponible, permettant à ceux qui ne souhaitent pas attendre de déclencher le téléchargement et l’installation en avance. La procédure est exactement la même que celle que nous avions décrite il y a deux semaines environ.

Un nouveau panneau de réglage avant même l'installation

L’installation de la Creators Update se signalera par un nouveau panneau qu’il faudra valider avant de vraiment se lancer. L’utilisateur y verra les cinq catégories principales d’informations collectées par Windows 10, avec la possibilité de les laisser activées ou pas : position géographique (affecte l’ensemble des applications et pages web), reconnaissance vocale lors de l’utilisation de Cortana, données de diagnostics plus ou moins complètes, personnalisation de l’expérience d’utilisation grâce à ces données et publicités personnalisées.

Ces cinq catégories sont toutes munies d’un interrupteur pouvant désactiver les fonctions liées. Toutes, sauf une : les données de diagnostics, qu’on nomme en général télémétrie. Son interrupteur ne coupe pas la collecte mais permet de choisir entre deux niveaux, complet ou basique. Puisque par défaut tout est actif, la télémétrie complète implique les usages applicatifs (les logiciels lancés, la fréquence, leur version…), l’historique web et les données liées à la frappe au clavier à et l’écriture manuscrite.

Windows 10 creators update 1703 vie privéeWindows 10 creators update 1703 vie privée

Télémétrie : c'est tout ou rien basique

Il s’agira probablement du choix le plus important pour l’utilisateur, surtout aux États-Unis avec les récents changements intervenus sur la vie privée. Microsoft explique qu’aucune donnée personnelle n’est envoyée dans la plupart des cas, mais que certaines peuvent se retrouver agrégées dans le processus. L’utilisateur préfèrera alors dans ce cas se tourner sur le réglage basique, qui tranche dans le lot.

Tout ce qui touche aux usages est en effet supprimé et seules les données purement techniques sont récoltées. On y retrouve les informations de base sur le système, le matériel dans la machine, les périphériques, le type d’appareil, les données OEM, les jeux d’instructions du processeur, la version du firmware, les statuts de différentes technologies et ainsi de suite. Ces données servent à Windows Update et à la résolution des problèmes. Microsoft publie la liste complète sur son site.

Des réglages présents au formatage et dans Windows 10 Mobile

Il faut noter que cet assistant se manifestera également en cas de réinstallation de Windows, dès lors que l’ISO utilisée est au moins la version 1703 du système, donc intégrant la Creators Update. L’idée est que l’utilisateur passe forcément par ces choix, qu’il fasse une installation propre ou une mise à jour classique.

Par ailleurs, tous ces réglages seront également disponibles dans Windows 10 Mobile. Microsoft explique toutefois que le réglage « Expériences personnalisées » n’est pas disponible, ni actif. L’éditeur estime que les smartphones se prêtent mal à ce type de fonctionnalité.

On regrettera cependant que cet assistant ne puisse pas être relancé quand on le souhaite. Techniquement, ces réglages ne sont pas nouveaux, puisqu’ils sont tous déjà présents dans les Paramètres de Windows 10, dans la section Confidentialité. Le panneau a cependant l’avantage de réunir les principaux choix afin de les vérifier d’un seul coup d’œil.

D'autres améliorations à venir, l'enquête de la CNIL suit son cours

Un bouton permettra peut-être de relancer l’assistant dans une prochaine version du système. D’ailleurs, Marisa Rogers, qui dirige les efforts liés à la vie privée, indique dans un billet de blog que l’entreprise restera à l’écoute et prendra en compte les retours des utilisateurs sur ces changements, ou la manière de les améliorer. À voir donc dans les prochaines préversions, qui reprendront bientôt, cette fois sur la route menant à Redstone 3.

Reste à voir finalement si ces évolutions répondront à l’ensemble des points soulevés par la mise en demeure de la CNIL de juillet dernier. La procédure reste en cours, tout comme celle d’ailleurs celle du groupe de travail au sein du G29, qui regroupe toutes les CNIL européennes. 


chargement
Chargement des commentaires...