Toshiba repousse encore ses résultats, « sous surveillance » de la bourse de Tokyo

C'est pour attendre le retour de Kevin ! 6
En bref
image dediée
Crédits : SusanneB/iStock
Finances
Sébastien Gavois

Toshiba n'arrive pas à se dépêtrer de ses histoires financières. Alors que la société vient d'obtenir un second délai afin de publier ses résultats du 3e trimestre, elle est placée « sous surveillance » par la bourse de Tokyo. Concernant le sort de sa filiale Westinghouse « rien n'était encore décidé » affirme le PDG.

Depuis 2015, Toshiba est cœur d'une sombre histoire de comptes maquillés qui a conduit à des démissions et plus de 20 000 licenciements (voir cette actualité). Dernier rebondissement en date, le fabricant soupçonne depuis plusieurs mois des irrégularités comptables au sein de sa filiale Westinghouse (spécialisée dans le nucléaire).

Les résultats du troisième trimestre désormais attendus pour le 11 avril

Mi-février, au lieu de présenter son bilan comptable, la société obtenait un report d'un mois et annonçait dans la foulée la démission de son directeur général : Shigenori Shiga. La nouvelle échéance était fixée au 14 mars, mais la société n'a une nouvelle fois pas été en mesure de tenir les délais.

Elle a donc demandé, et obtenu de repousser la date de présentation de ses comptes du troisième trimestre (du 1er octobre 2016 au 31 décembre 2016) au 11 avril. Les raisons sont toujours les mêmes : il lui faut du temps pour « finaliser son enquête » sur le rachat de Stone & Webster par sa filiale Westinghouse.

Dans tous les cas, les estimations de résultats annoncées en février restent valables et n'ont pas changé : 3,2 milliards d'euros de perte sur l'exercice en cours et une dévaluation des actifs de 5,9 milliards d'euros sur le nucléaire. 

Dépôt de bilan, revente, « rien n'était encore décidé »

Toshiba envisage désormais de se séparer de son activité sur le nucléaire : « C'est le mot clef à l'ordre du jour » lâchait le PDG Satoshi Tsunakawa lors d'une conférence de presse, comme le rapportent nos confrères de l'AFP. Il ajoutait qu'il est aussi question d'une « révision à la baisse de la place de Westinghouse au sein du groupe, dont sa possible exclusion des filiales consolidées ».

Concernant un éventuel dépôt de bilan de Westinghouse, le PDG indiquait « toutes les hypothèses étaient envisageables », mais que « rien n'était encore décidé ».

La bourse de Tokyo menace d'une exclusion

Du côté de la bourse, la Japan Exchange Group (JPX) a décidé de placer Toshiba « sous surveillance » à compter du 15 mars. Cela durera jusqu'au jour où elle sera en mesure de déterminer « si la société est tombée sous un critère de radiation ». La JPX précise que cette surveillance n'est pas la conséquence directe du report obtenu afin de présenter ses comptes.

Cette procédure fait suite à un premier examen initié le 15 septembre 2015. Un an plus tard, Toshiba avait alors envoyé des documents sur sa gestion interne aux autorités boursières. Le 19 décembre 2016, ces dernières ont décidé de continuer de maintenir une alerte et, aujourd'hui, elles viennent donc de passer la seconde.

Comme on peut s'y attendre, la bourse n'a pas forcément apprécié l'ensemble de ces annonces, le titre chutant de près de 12 % à l'heure actuelle


chargement
Chargement des commentaires...