Spotify teste une offre « haute fidélité », entre 15 et 20 dollars par mois

Pensées sincères pour Qobuz 86
En bref
image dediée
Streaming
Guénaël Pépin

Le service de streaming suédois propose à certains utilisateurs une offre Hi-Fi entre 15 et 20 dollars mensuels. Le marché est appelé à se développer, alors que le français Qobuz peine toujours à amasser des utilisateurs et que l'américain Tidal a également des difficultés à convaincre.

La compression avec perte pourrait bientôt ne plus régner en maître chez Spotify. Le service de streaming teste actuellement une formule Spotify Hi-Fi, pour un supplément de quelques dollars mensuels (5, 7,5 ou 10 selon les utilisateurs), avec une qualité audio « sans perte ». L'opération a été repérée par The Verge et des internautes sur Reddit, qu'ils soient clients d'une offre individuelle ou familiale.

Un prix test, mais peu de détails

Par qualité « sans perte », la société peut entendre plusieurs choses, la plus probable étant une qualité CD (16 bits et 44,1 kHz). Pour le moment, l'écoute est plafonnée à un débit de 320 kb/s pour les clients Premium, via une case à cocher. En plus d'une meilleure qualité sonore, certains utilisateurs indiquent se voir proposer des réductions sur des vinyls, avec un exemplaire offert.

Se pose bien sûr la question du catalogue réellement disponible en Hi-Fi. La difficulté à obtenir du matériel en haute qualité (notamment en 24 bits) avec de bonnes métadonnées est une plainte récurrente du français Qobuz. Si Spotify opte pour une « simple » qualité CD, le problème devrait être moins grave, même s'il faut encore pouvoir proposer l'ensemble des titres dans ce format.

Cet « A/B testing » ne dit pas à quelle échéance, ni dans quels pays, cette édition Hi-Fi sera disponible à terme. Une partie des utilisateurs qui ont tenté de souscrire à ce supplément ont obtenu une simple erreur.

La haute fidélité ne réussit pas aux services de streaming

Si le streaming peut-être « sans perte », il en cause pourtant dans les finances des services qui le proposent. Rappelons qu'en France, la haute fidélité est représentée par Qobuz, qui propose son offre « sans perte » à 19,99 euros par mois. Fin 2015, après des années de combat, l'entreprise a été placée en redressement judiciaire, avant d'être rachetée par le groupe Xandrie, derrière le site Allbrary. Elle compte quelques dizaines de milliers de clients, avec une communication axée sur les mélomanes.

Depuis la mi-février, Qobuz propose une nouvelle version de son application « Desktop », sur laquelle la navigation reste encore centrée autour des albums, avec des bogues assez fréquents. Comme nous l'expliquait l'entreprise en 2014, elle peut difficilement tenir la comparaison fonctionnelle avec les ténors du marché, pour une simple question de moyens. Il reste que, si elle ne dispose plus de l'argument de la haute fidélité et de l'éditorialisation, le mastodonte suédois pourrait devenir une option intéressante dans cette niche.

Outre-Atlantique, c'est le service Tidal de Jay-Z qui joue le porte-étendard de la musique en ligne sans concession, avec quelques exclusivités de grands artistes, au capital de l'entreprise. Las, elle éprouve elle aussi des difficultés à attirer des millions de membres. Alors qu'il en compte officiellement trois millions, les ayants droit n'obtiendraient des paiements que pour 850 000 d'entre eux, selon une enquête récente. En interne, le chiffre serait de 1,2 million de clients, contre plus de 20 millions pour Apple Music, qui s'est très rapidement placé en deuxième place, derrière Spotify.

En 2016, l'album The Life of Pablo de Kanye West, censé être une exclusivité Tidal, a fini par obtenir une sortie plus large, officiellement après 400 millions d'écoutes des titres sur la plateforme. Un nombre qui ne semblait pas suffisant, donc.


chargement
Chargement des commentaires...