Soldes : la DGCCRF épingle des e-commerçants sur de mauvaises pratiques

Pas de soldes sur les transactions pénales 45
En bref
image dediée
Crédits : scanrail/iStock
Société
Guénaël Pépin

Amazon, Zalando et d'autres ont été épinglés par la répression des fraudes pour des prix trompeurs pendant les soldes. Montant de la facture : 2,4 millions d'euros pour la vente en ligne, alors que les problèmes sont encore nombreux dans la distribution physique.

Pendant les soldes, les mauvais élèves ont été nombreux, notamment dans l'e-commerce. La DGCCRF présente les résultats de son contrôle des ventes en soldes et des promotions en grande distribution. Sur plus de 5 600 établissements contrôlés (près de 11 000 fois), la direction a détecté 19,3 % d'anomalies, qui ont donné lieu à 989 avertissements et 46 injonctions.

Des rabais qui n'en sont pas vraiment

La plupart concernent de faux rabais, ou une publicité sur un rabais important, pour un stock finalement très limité. Grands classiques, l'usage du mot soldes en dehors de la période et la promesse de gratuité (comme les offres « trois pour deux » invérifiables) ont aussi été épinglés par Bercy.  Certaines ont donné lieu à des poursuites pénales.

Rappelons que le prix de référence affiché par les revendeurs est libre, suite à une plainte de Cdiscount devant la Cour de justice de l'Union européenne. Pourtant, une partie des commerçants n'ont pas pu le justifier. « Il a été constaté que certains commerçants ont augmenté leurs prix juste avant les soldes afin de faire apparaître une promotion plus avantageuse » explique encore la DGCCRF.

2,4 millions d'euros de pénalités dans l'e-commerce

Sans surprise, l'e-commerce a été un point de vigilance pour la répression des fraudes, qui a établi 19 procès-verbaux, notamment pour des prix de référence illusoires. De quoi « afficher des réductions de prix factices et altérer la perception par le consommateur de l’offre proposée ». Au Parisien, la DGCCRF affirme que les fausses promotions sont une pratique généralisée dans la vente en ligne.

Ces épinglages ont donné lieu à des transactions pénales d'un montant de 2,4 millions d'euros, comme l'explique Bercy au quotidien. Amazon doit payer un million d'euros. Avec le Comptoir des cotonniers et Zalando, 1,5 million d'euros ont déjà été payés au total. Darel, GrosBill, H&M et Netquattro contestent pour leur part toute fraude, et refusent de payer les 490 000 réclamés par le ministère, affirme encore Le Parisien. D'autres procédures sont toujours en cours, quand d'autres sont dans le viseur de la répression des fraudes.

Bercy affirme avoir obtenu l'engagement de la plupart des « grands groupes » concernés de revoir leurs pratiques commerciales. Amazon et Zalando auraient ainsi promis de vérifier chaque trimestre les prix fournisseurs.


chargement
Chargement des commentaires...