Critiqué, Twitter réactive les notifications d'ajout aux listes

Symptôme d'un mal plus profond 14
En bref
image dediée
Crédits : Marisa Allegra Williams
Services
Vincent Hermann

Twitter prend actuellement tout un ensemble de mesures pour contrecarrer le harcèlement qui sévit régulièrement sur son réseau. Hier soir, l’éditeur a annoncé que les ajouts dans des listes ne provoqueraient plus de notifications. Avant de faire machine arrière devant la levée de boucliers.

Twitter est décidé depuis quelques mois à faire la chasse au harcèlement. L’éditeur a pris toute une série de mesures qui vont de la surveillance sur la recréation de comptes au filtrage des tweets jugés de mauvaise qualité, en passant par une plus grande facilité à signaler les comportements outranciers.

Twitter supprime une fonctionnalité

Hier soir, le réseau a pris une autre décision : ne plus afficher de notification quand l’utilisateur est ajouté dans une nouvelle liste. Pour rappel, ces dernières permettent de créer des regroupements thématiques pour ranger les comptes suivis. On peut par exemple créer une liste dévolue à tout ce qui touche à l’espace et y ajouter la NASA, l’ESA et ainsi de suite. On peut également s’abonner aux listes des autres utilisateurs, sauf si elle est déclarée comme privée.

Twitter a expliqué son choix par la volonté de casser un vecteur de harcèlement, puisque certains se faisaient un malin plaisir de répéter l’opération sur une base plus ou moins fréquente. Or, à chaque fois, l’utilisateur concerné recevait une notification, ce qui pouvait rapidement agacer. L’éditeur a sans doute pensé bien faire, mais la levée de boucliers s’est vite manifestée, dans les réponses à l’annonce sur le compte Twitter Safety.

Twitter réactive une fonctionnalité 

La plupart des commentaires ont en effet été négatifs. En un peu plus de deux heures, les réactions se sont enchainées, accusant Twitter d’avoir supprimé une fonctionnalité essentielle, de chercher à cacher la poussière sous le tapis et autres. Même SwiftOnSecurity y est allé de sa réaction, indiquant qu’avec 166 000 abonnés, les notifications liées aux listes n’étaient pas nombreuses au point de devenir une gêne.

De fait, en à peine trois heures, Twitter publiait une autre annonce : un demi-tour. Les notifications ont donc été réactivées cette nuit, l’éditeur reconnaissant avoir fait une erreur et écouté les retours des utilisateurs. Les réactions ont été ici aussi plutôt acerbes, beaucoup réclamant à Twitter qu’il « daigne » enfin s’occuper des problèmes aux comptes publiant des propos extrêmes.

La solution nucléaire au lieu de quelques ajouts simples

Dans les grandes lignes, Twitter est accusé de prendre le problème par le mauvais bout. Puisque l’entreprise a ajouté qu’elle écoutait ses utilisateurs, ces derniers ne se sont pas fait prier pour ajouter leurs suggestions.

Pourquoi par exemple ne pas tout simplement ajouter un bouton qui permettrait à utilisateur de se retirer lui-même d’une liste ? On peut en effet voir celles auxquelles on a été inscrit, vérifier les autres comptes présents (si la liste est publique), s’y abonner, mais pas s’en extraire. De même, pourquoi ne pas ajouter simplement un réglage pour empêcher toute inscription à des listes ? L’option prendrait alors place aux paramètres de sécurité et de vie privée.

La poussière sous le tapis

Dans tous les cas, il est surprenant les cas que Twitter ait choisi de se lancer dans une telle direction sans se douter un seul instant des conséquences potentielles. L’entreprise a déjà bien fort à faire avec tout ce qui touche au harcèlement, et le moindre changement dans ce domaine peut avoir de lourdes répercussions.

Les utilisateurs estiment justement que Twitter choisit des solutions de facilité, sans s’attaquer au vrai problème. Ainsi, au lieu de réfléchir à la manière dont les fauteurs de trouble pourraient être modérés plus efficacement, le réseau se contenterait de couper les notifications qui s’y rapportent. La philosophie est à peu près la même que lorsque le réseau masque les tweets jugés de mauvaise qualité.

Il existe cependant une différence nette entre ces tweets et les problèmes liés au harcèlement. Twitter doit aller plus loin que la suppression d’une fonctionnalité pour la seule raison qu’elle pourrait être utilisée par des utilisateurs malintentionnés. Les utilisateurs ont proposé des idées, reste donc à voir si l’éditeur les entendra et agira en conséquence. 


chargement
Chargement des commentaires...