Instapaper : après une panne, des archives partielles jusqu'à vendredi

Cinq minutes trop tard 12
En bref
image dediée
Crédits : Horst Gerlach/iStock
Services
Vincent Hermann

Instaper a subi la semaine dernière une importante panne, dont les conséquences peuvent encore se sentir. L’éditeur a expliqué la situation, jouant la carte de la transparence. Cependant, les utilisateurs ne doivent pas compter sur un rétablissement complet du service avant vendredi au plus tard.

Instaper, à l’instar de Pocket, est un service permettant de stocker des liens en vue d’un visionnage plus tard. On pourrait le considérer comme un gestionnaire amélioré de favoris, avec des fonctionnalités supplémentaires de classement ainsi qu’un mode lecture allégé permettant de se concentrer sur le texte, particulièrement en environnement mobile.

Une panne de 31 heures

Mercredi dernier, le 8 février, une panne s’est déclarée. Sans que l’on sache pourquoi, il était devenu impossible de sauvegarder des nouveaux liens dans les comptes. Rapidement, l’éditeur (qui a été racheté par Pinterest) explique le problème : le prestataire de service retenu pour le stockage dans le cloud a averti que la base de données avait atteint une limite, rendant impossible l’ajout de nouvelles entrées. D’où l’impossibilité d’enregistrer de nouveaux liens.

Résultat, une panne monstre de 31 heures, alors même que l’entreprise se flatte d’un joli score de 99,3 % de disponibilité de service. Mais alors que l’équipe s’évertuait à remettre la situation d’aplomb, elle estimait encore pouvoir le faire dans la journée du 9 février. Peine perdue, puisqu’aujourd’hui encore, le service n’est que partiellement actif.

Nouvelle base de données et archives partielles

Dans un deuxième billet de blog, Instapaper indique en effet qu’il n’y a pas eu de miracle possible : les techniciens n’ont pas pu simplement étendre la base de données qui était utilisée. Les 31 heures de panne tiennent de fait compte d’une imposante migration des données de l’ancienne base vers une nouvelle. Malheureusement, cette transition ne s’est pas faite sans heurt.

Aucune donnée n’a été perdue, mais Instapaper n’a pu restaurer que partiellement le service pour accélérer autant que possible le retour des archives. Ces dernières ne sont ainsi disponibles qu’à partir du 20 décembre : tous les liens sauvegardés avant cette date ne sont pas accessibles. Ils attendent simplement d’être « réactivés », l’éditeur indiquant que l’exportation complète prend beaucoup plus de temps que prévu.

Retour à la normale pour le 17 février au plus tard

Évidemment, la question que se posent les utilisateurs est de savoir quand le service sera pleinement opérationnel à nouveau. Selon Instapaper, tout devrait être rentré dans l’ordre pour vendredi (17 février) au plus tard. Il n’indique cependant si la remise en service se fera progressivement – par lots successifs d’utilisateurs – ou si elles seront disponibles pour tous en même temps.

Instapaper a tout de même restauré la fonctionnalité principale, à savoir la sauvegarde des liens. En rouvrant les archives des sept dernières semaines avant l’incident, il est probable que la majorité des utilisateurs aient recouvert l’essentiel de leurs liens. Cependant, de la même manière que pour la panne ayant frappé GitLab récemment, on s’étonne du manque de mesures en prévision d’un tel cas de figure.

On découvre en effet que l’équipe en charge des incidents a dû contacter le prestataire pour apprendre que la base de données avait atteint ses limites. Il n’y aurait pas eu d’alerte interne sur l’état de la base de données, ou émise par le prestataire pour signaler à son client qu’il arrivait aux limites de ce qu’il était possible. On espère donc qu’Instapaper aura cette fois mis en place les bons signaux pour ne plus se retrouver au pied du mur à l’avenir.


chargement
Chargement des commentaires...