Steam veut faciliter la publication de jeux en abandonnant Greenlight

Feu rouge ! 47
image dediée
Applications
Par
le lundi 13 février 2017 à 09:14
Kevin Hottot

Valve vient d'annoncer de profonds changements dans la manière dont de nouveaux jeux apparaitront sur Steam. L'éditeur veut abandonner son programme Greenlight et permettre aux studios de publier ce qu'ils veulent quand ils veulent, ou presque.

Si vu de l'extérieur, la plateforme Steam semble fonctionner correctement, du point de vue des studios, plusieurs gros problème restaient encore à régler. Le premier concerne la visibilité des titres appartenant au large catalogue de la plateforme.

Avec plusieurs milliers de sorties par an, Steam devait trouver un moyen pour que chacun de ces jeux trouve son public. Un problème partiellement résolu par la mise à jour Discovery 2.0 de la page d'accueil de la plateforme. Pour rappel, cette dernière a permis de mettre mieux en avant les titres repérés par les curateurs et les amis que vous suivez, tandis que les tags appliqués aux jeux auxquels vous jouez le plus souvent permettent d'affiner ces suggestions. Les résultats de cette expérience sont plutôt positifs, et Valve a partagé quelques données à ce sujet chez nos confrères de Gamasutra.

Make Steam Great Again

Après cette mise à jour visant à améliorer l'expérience des utilisateurs, Valve veut maintenant cajoler les studios qui nourrissent sa boutique de contenu. Actuellement, pour qu'un jeu indépendant fasse son entrée sur Steam, il doit passer par la case « Greenlight », une plateforme distincte, sur laquelle les joueurs votent en faveur ou contre l'arrivée d'un jeu au catalogue, en se basant uniquement sur sa fiche produit.

Dans un billet de blog, Valve explique que Greenlight lui a permis de remarquer que les audiences de Steam sont très variées. « Certaines personnes passent des milliers d’heures sur un ou deux jeux alors que d’autres sont plus versatiles et jouent à des dizaines de jeux au cours d’une même période. Certains clients jouent exclusivement aux jeux de stratégie alors que d’autres préfèrent les jeux à dominante narrative » fait ainsi valoir l'éditeur, enfonçant une porte grande ouverte. De ce constat découle deux problématiques : « améliorer la distribution du nouveau contenu et trouver de nouvelles manières d’apporter ce contenu aux clients selon leurs préférences ».

Vers moins d'obstacles à la publication

Selon Valve, la formule magique répondant à ces deux problèmes s'appelle Steam Direct. L'idée derrière ce nom de code est de tout simplement abandonner Greenlight au profit d'un mode de distribution plus direct au printemps prochain. Les studios devraient payer un droit d'entrée remboursable compris entre 100 et 5 000 dollars pour chacun de leurs titres, contre 100 dollars pour un nombre de jeux illimités sur Greenlight actuellement. 

En contrepartie de ce montant plus élevé, les studios pourraient directement publier leurs titres sur la plateforme, sans devoir attendre l'aval d'un nombre indéterminé de joueurs. Du côté des clients, il faudra aussi composer avec un catalogue qui menace de s'enrichir encore plus rapidement, au risque de créer de nouveaux bouchons sur la page d'accueil du magasin. 

Valve estime toutefois que le montant réclamé aux studios pour mettre en ligne leurs jeux devrait limiter le risque de voir des plaisantins déposer tout et n'importe quoi sur la plateforme. Les 100 dollars réclamés pour Greenlight n'étaient pas une barrière suffisante pour empêcher des blagues du genre de Rock Simulator 2014, qui déjà à l'époque, montraient l'absurdité du système alors en place.


chargement
Chargement des commentaires...