Facebook privilégie les histoires « authentiques » et renforce son réseau publicitaire

Trans-pa-rence 11
En bref
image dediée
Reseaux Sociaux
Guénaël Pépin

Pour ses membres, Facebook compte mettre en avant les contenus les plus authentiques, en prenant mieux en compte la percée d'un sujet. Aux publicitaires, le réseau social promet plus de transparence avec une multiplication des indicateurs et des partenariats, notamment sur la vidéo.

Pour Facebook, les modifications de classement sont un travail quotidien. Le réseau social vient d'annoncer l'ajout de nouveaux signaux pour identifier les contenus « authentiques ». Il s'agit de contenus paraissant honnêtes, au contraire de ceux au titre trompeur, sensationnaliste ou racoleur.

« Authenticité » et classement en « temps réel »

Ces nouveaux indicateurs sont mélangés à la formule actuelle, qui comprend l'engagement global avec la publication et les liens du membre avec celui qui l'a mis en ligne. Dans les faits, les pages sont catégorisées selon leurs tentatives éventuelles de manipuler le système ou l'envoi de spam. « Par exemple, si les publications d'une page sont souvent masquées par les internautes, c'est un signe de manque d'authenticité » détaille l'entreprise.

Facebook en profite pour donner plus d'importance à des signaux temps réel, comme le fait qu'un ami vient de commenter une publication. Il s'agit d'afficher plus visiblement un sujet ou un message sur lequel l'engagement est plus fort à un moment donné. Un point sur lequel Facebook est habituellement distancé par certains concurrents, au premier rang desquels figure Twitter.

Si le réseau social prend la peine de l'annoncer, il affirme que les pages verront une différence minime. « Les pages doivent continuer à fournir des histoires pertinentes pour leur public » se contente-t-il d'affirmer.

Facebook montre patte blanche sur la publicité

La société tient aussi à afficher une plus grande transparence en matière publicitaire, après le tollé déclenché en fin d'année dernière. La raison : elle a admis fournir des chiffres publicitaires biaisés, prenant en compte des interactions estimées peu pertinentes par le marché publicitaire (voir notre actualité).

Elle lance un « portail de modélisation du mix marketing (MMM) » d'où les partenaires doivent tirer des informations directes. L'objectif : contribuer à déterminer quel canal de communication (télévision, publicité papier ou numérique) est le plus utile au marketing d'une entreprise.

En parallèle, le réseau social met un accent fort sur la vérification des données par des tiers. Pêle-même, il affiche l'extension de son partenariat avec Nielsen à huit nouveaux pays, des liens plus forts avec comScore (pour intégrer de nouveaux indicateurs de performances) et l'extension des données de visibilité aux vidéos sur son propre service et sur Instagram. Hier, elles ont été ajoutées pour les vidéos de l'Audience Network, qui permet d'afficher des publicités en dehors des services du groupe, en partenariat avec comScore et Integral Ad Science.

Une expérimentation est aussi lancée aux Etats-Unis, pour évaluer la visibilité des publicités pour des cibles précises, sur la version web et sur mobile. Dans le courant de l'année, la vérification des données par des tiers doit aussi se renforcer avec l'ajout de DoubleVerify, ce qui portera le nombre total d'entreprises associées sur le sujet à 24. Il reste à voir si cela suffira à rassurer les annonceurs après la déconvenue récente, alors que Facebook domine largement le marché publicitaire numérique avec Google.


chargement
Chargement des commentaires...