L'opérateur américain Sprint s'offre 33 % de Tidal

Mais ça vaut Quedal ? 20
En bref
image dediée
Société
Kevin Hottot

Le service de musique en ligne Tidal, fondé par Jay-Z vient de se trouver un nouvel allié. Il s'agit de l'opérateur américain Sprint, qui vient de croquer 33 % du capital de l'entreprise. L'objectif pour Sprint est de distribuer cette offre de streaming à ses nombreux clients.

Pendant qu'Apple Musique, Google Music, Spotify et même Deezer comptent leurs abonnés payants en millions, du côté de Tidal, la mayonnaise semble encore avoir un peu de mal à prendre. Si d'un côté le service de streaming du rappeur Jay-Z a annoncé regrouper 3 millions d'abonnés en mars dernier, The Verge relayait dernièrement une enquête du journal norvégien Dagens Næringsliv, qui expliquait que selon des documents internes, le compte était plutôt de 850 000 abonnés. Un flou que l'entreprise n'a pour l'instant pas cherché à dissiper.

Sprint veut de la musique dans ses forfaits

Le nombre d'utilisateurs de Tidal pourrait toutefois rapidement exploser, suite aux dernières annonces de l'opérateur américain Sprint. Celui-ci compte 45 millions de clients, et espère pouvoir proposer « un accès illimité à du contenu exclusif, disponible nulle part ailleurs » en s'appuyant sur la plateforme fondée par Jay-Z. Il est également question de « promotions et d'offres exclusives » concernant les deux entreprises.

Cette nouvelle s'accompagne d'une montée de l'opérateur au capital du spécialiste du streaming musical. Sprint s'adjuge ainsi 33 % des parts de Tidal, pour un montant qui n'a pas été dévoilé. Cela étant, cette arrivée d'argent frais ne devrait pas non plus faire de mal à la plateforme.

Pour rappel, Tidal a proposé cette année une trentaine d'albums en exclusivité (parfois temporaires) comme The Life of Pablo de Kanye West, Lemonade de Beyoncé ou quelques titres de Neil Young. La plateforme a également récemment annoncé la disponibilité de titres en qualité « Master » (Flac 96 KHz/24 bits), uniquement pour les abonnés de son offre HiFi à 20 dollars par mois.

Les accords avec les opérateurs, un modèle populaire pour le streaming

Tidal n'est pas le premier service de streaming qui s'acoquine avec un opérateur de téléphonie mobile pour tenter de gagner des parts de marchés. En France, Deezer s'est longtemps appuyé sur Orange, l'un de ses actionnaires, pour s'introduire dans les foyers.

Il s'agit d'une stratégie valable pour acquérir un grand nombre d'abonnés. Deezer en comptait 6,3 millions en juin 2015, dont 4,8 millions provenaient de ventes en bundle par des partenaires. Mais sur ce total, seuls 1,5 million étaient actifs, c'est à dire qu'ils avaient écouté au moins 30 secondes de musique sur les 30 jours précédents.

Les revenus ne sont par contre pas nécessairement au rendez-vous avec cette méthode. Ainsi, le million et demi d'abonnés « standalone » de Deezer comptait pour 50 % de son chiffre d'affaires, tandis que les 4,8 millions venus avec des bundles ne comptent que pour 42 % du total, le reste étant généré par la publicité diffusée aux utilisateurs gratuits.

Il sera donc intéressant de voir comment Tidal s'en tire avec ce nouveau partenariat et s'il lui permettra de chasser sur le terrain des autres géants de la musique en ligne. Il faudra néanmoins pour cela que l'entreprise communique plus clairement sur ses audiences, ce qui pour l'heure semble encore plutôt problématique. 


chargement
Chargement des commentaires...