4G : Orange et l'ANFR testent un réseau mobile composé de « petites antennes  »

Petites, mais costaudes 44
En bref
image dediée
Crédits : filadendron/iStock
Téléphonie
Par
le jeudi 19 janvier 2017 à 16:00
Sébastien Gavois

Pour compléter les réseaux mobiles traditionnels, l'ANFR et Orange testent l'implantation locale de « petites antennes » 4G avec une portée réduite. Les enjeux sont nombreux : amélioration de la couverture et des débits, mais aussi préparation de l'arrivée de la 5G.

En France, le déploiement des réseaux de téléphonie mobile relève parfois du parcours du combattant pour les opérateurs. Ils déploient de front plusieurs technologies en parallèle (2G, 3G et 4G), avec des obligations de couverture différentes à chaque fois. Alors que les derniers centres-bourgs en zone blanche se battent pour avoir au moins de la 2G, l'ANFR lance une expérimentation afin de « favoriser l’accès au très haut débit mobile pour tous ».

Une portée de quelques dizaines ou centaines de mètres

Concrètement, il s'agit de déployer des « petites antennes » (small cells) avec une portée bien plus faible : « elle varie de quelques dizaines de mètres à quelques centaines de mètres » explique l'ANFR. Elles viennent se placer en complément des antennes traditionnelles – dites macro – « qui restent indispensables pour assurer la couverture et la capacité sur l’ensemble d’un territoire » ajoute l'Agence nationale des fréquences.

ANFR petites antennes

Afin d'être discrètement mises en place, ces petites antennes sont intégrées au mobilier urbain (lampadaire, abribus, panneaux publicitaires ou d'information, etc.). Elles profitent ainsi d'une alimentation électrique et sont reliées au réseau télécom via une fibre optique. Pour cette première expérimentation dans la ville d'Annecy, c'est Orange qui est partenaire de l'opération, avec cinq petites antennes à proximité du lac. 

Améliorer la couverture, les débits et préparer l'arrivée de la 5G

Plusieurs objectifs sont visés : répondre aux besoins toujours plus importants du trafic mobile (en hausse de plus de 60 % par an sur les dernières années). Ainsi, « les résultats permettront de vérifier si une amélioration de la couverture 4G et des débits utilisés a été constatée et dans quelle proportion » explique l'ANFR. 

Mais ce n'est pas tout, ce genre de solution pourrait aussi permettre de proposer une couverture mobile dans des zones blanches, de préparer les réseaux mobiles du futur, notamment la 5G qui pourrait utiliser ce genre de maillage, et enfin de caractériser l'exposition aux ondes qui en résulte.

D'autres expérimentations arrivent, avec Bouygues Telecom et SFR 

Il ne s'agit que d'une première étape et, durant la première moitié de l'année, des expérimentations du même genre seront mises en place avec Bouygues Telecom et SFR dans d'autres municipalités. l'ANFR en tirera un bilan global qui est prévu pour mi-2017.

ANFR petites antennesANFR petites antennes


chargement
Chargement des commentaires...