Nintendo Switch : Zelda, multijoueur payant... ce qu'il faut retenir

Une console au prix quantique 391
En bref
image dediée
Consoles
Kevin Hottot

Ça y'est, Nintendo a enfin présenté sa future console, la Switch, comme il se doit. Les annonces du constructeur sont encore incomplètes, notamment sur le line-up proposé au lancement, prévu pour le 3 mars prochain. Côté tarif, le flou règne avec des prix s'étalant entre 299,99 euros et 349,99 euros pour le même pack.

Il aura fallu un tout petit peu plus d'une heure à Nintendo pour faire le tour des annonces autour de sa future console, la Switch. Et il y avait beaucoup à dire, puisque sa première présentation en octobre avait soulevé de nombreuses questions.

Un hardware qui reste mystérieux

Commençons par le matériel embarqué dans la Switch. Aucun détail précis n'a été évoqué durant la conférence, pas même la quantité de stockage embarquée dans la machine, un comble ! Il a fallu attendre la mise en ligne du site dédié à la machine pour en savoir un peu plus. 

On apprend ainsi qu'elle dispose d'un écran tactile (capacitif) d'une diagonale de 6,2 pouces, capable d'afficher 1280 x 720 pixels. Une définition suffisamment basse pour ne pas mettre à genoux la puce Tegra « custom » embarquée dans la machine. Sur son dock, qui ne contient aucune unité de calcul, la console offrira une sortie vidéo en 1080p. Attention, il sera parfois question d'upscale en mode fixe, notamment pour Zelda : Breath of The Wild, qui est annoncé en 720p natif en mode portable, mais en 900p seulement une fois la console sur son socle.

Nintendo SwitchNintendo Switch

La batterie promet une autonomie comprise entre 2,5 et 6 heures en fonction du jeu lancé. Nintendo évoque le cas de Zelda : Breath of the Wild, où il sera possible de jouer pendant trois heures en mobilité avant de recharger la console, via un connecteur USB Type-C. Le constructeur met donc fin à sa pratique détestable consistant à n'utiliser que des connectiques propriétaires pour l'alimentation de ses consoles. 

Côté stockage, 32 Go de mémoire seront embarqués dans la console, une capacité qui pourra être étendue grâce à un lecteur de cartes micro SDXC, sans préciser quelle taille maximale sera admise. Les jeux seront quant à eux vendus sur des cartouches d'un format proche de celles utilisées pour la 3DS, par exemple.

Nintendo SwitchNintendo Switch

La connectivité à Internet est assurée par une puce Wi-Fi 802.11ac, dont le débit maximal n'a pas été précisé. Celle-ci sera notamment utilisée pour les parties multijoueur en local, avec un maximum de huit consoles simultanément. Nintendo précise enfin que les jeux ne seront « généralement pas zonés », une déclaration plutôt brumeuse sur laquelle il sera nécessaire de faire toute la lumière dans les semaines à venir. Les dimensions exactes de la machine et de son socle n'ont pas été communiquées.

Share the joy™

Les manettes de la Switch fourmillent également de petits détails. Détachables, les deux Joy-Con qui forment le contrôleur de base disposent d'un nouveau système de vibration baptisé HD Rumble. Selon Nintendo, cela permet aux manettes de simuler un verre et, par des vibrations à un endroit précis, de déterminer son niveau de remplissage, la présence et la place d'éventuels glaçons.

Nintendo SwitchNintendo Switch

Le « motion gaming », si cher au constructeur, est également de la partie, avec l'intégration d'accéléromètres dans chacun des deux Joy-Con. Celui de droite se distingue par la présence d'une caméra infrarouge, capable de reconnaître certains gestes, comme pour une partie de pierre-feuille-ciseaux, et d'un lecteur NFC pour les fameux Amiibo dont la carrière devrait donc se poursuivre.

Le Joy-Con de gauche dispose quant à lui d'un bouton « Capture », dont les fonctions sont semblables au bouton « Share » de la PlayStation 4. Sur la tranche de chaque contrôleur, on retrouvera deux boutons « SL » et « SR » et un bouton de synchronisation, masqués lorsqu'ils sont clipés sur leur support. Quant au gros pavé entre les deux manettes, il n'est pas tactile.

Nintendo SwitchNintendo Switch

Le jeu en ligne devient payant

Du côté des surprises, on notera l'arrivée de services en ligne payants chez Nintendo. Pour jouer en ligne avec sa Switch, il faudra s'abonner à un bouquet « Switch Online Service » (que l'on appellera affectueusement SOS), dont le tarif n'a pas encore été communiqué.

Nintendo Online Service

Il regroupera l'accès au jeu en ligne donc, mais aussi une application de chat vocal en groupe. Nintendo offrira chaque mois à ses abonnés un titre NES ou SNES ayant reçu de nouvelles fonctionnalités en ligne. Enfin, des réductions exclusives seront proposées sur l'eShop. Le service sera gratuit au lancement de la console, mais uniquement disponible en Amérique du Nord à cette date. L'extension aux autres pays, notamment à l'Europe, n'a pas encore été confirmée. Le bouquet deviendra payant cet automne.

Une application pour smartphone est également prévue pour gérer le contrôle parental sur la console. Les parents pourront par exemple fixer une durée limite pour les sessions de jeu de leurs bambins. Un message s'affiche alors à l'écran si le temps prévu est bientôt écoulé. En cas de dépassement, une notification est envoyée sur le téléphone des parents, depuis lequel il est possible d'éteindre directement la console. 

L'application permet également de limiter l'accès à certains jeux pour préserver l'innocence des plus jeunes. Pas de panique donc si vous comptez installer un éventuel Bayonetta 3 ou Resident Evil sur la machine, vos petites têtes blondes pourront utiliser la console sans risque de le lancer, même par accident.

Quels jeux au lancement ?

Au lancement, le catalogue de la Switch ne devrait motiver que les fans de Zelda. Heureusement pour Nintendo, ils sont très nombreux. Quatre jeux sont ainsi annoncés comme disponibles dès le 3 mars prochain en voici la liste complète :

Au Japon, cette liste sera complétée par Disgaea 5 et I Am Setsuna, mais rien de tel n'a été confirmé pour l'Europe. D'autres titres sont attendus dans les semaines qui suivront, dont Super Bomberman R (mars) Hs-Been Heroes (mars), SnipperClips : Cut it Out, Together ! (mars) et Mario Kart 8 Deluxe, dont le lancement est annoncé pour le 28 avril. Il faut donc espérer que les éditeurs tiers qui pour l'instant ont dévoilé leurs titres sans en préciser la fenêtre de lancement parviendront à être prêts à temps.

Il est à noter que The Legend of Zelda : Breath of the Wild profitera d'une édition collector qui s'affiche déjà à 99,99 euros. L'édition de base est quand à elle annoncée à 69,99 euros par Amazon... un tarif que l'on espère voir rapidement désenfler.

Le planning de Nintendo

Nintendo a de son côté prévu un agenda plutôt complet pour la première année de sa nouvelle console, comme pour éviter de reproduire les mêmes erreurs qu'avec la Wii U. Outre Zelda et Mario Kart 8, une suite de Splatoon est prévue pour l'été. Elle proposera aux joueurs de découvrir de nouvelles armes et de nouvelles cartes, ce qui peut sembler un peu léger pour un nouvel opus, mais l'éditeur a encore plusieurs mois devant lui pour peaufiner sa présentation et révéler quelques surprises. 

Nintendo Switch

À noël prochain, Nintendo comptera sur Super Mario Odyssey pour glisser sa console sous les sapins du monde entier. Le plombier moustachu s'aventurera en dehors du Royaume Champignon pour venir visiter un univers proche du notre en apparence, le tout dans ce qui est présenté comme un monde ouvert.

Du côté des studios tiers intimement liés à Nintendo, Monolith Soft a confirmé le développement de Xenoblade Chronicles 2 pour la Switch, avec un lancement prévu pour 2017. Sega a également confirmé deux titres : Puyo Puyo Tetris et Sonic Mania, tous les deux attendus avant l'été.

Même Electronic Arts s'engage timidement

Du côté des éditeurs tiers, le soutien est timide, mais bien présent. Peter Soderlund d'Electronic Arts est ainsi monté sur scène pour annoncer le lancement du prochain FIFA sur la console cette année, ce qui ne devrait pas déclencher d'émeutes dans les magasins, tandis que Bethesda confirme le portage de Skyrim, pour tous ceux qui n'y auraient pas déjà joué ces cinq dernières années.

Chez Ubisoft, un billet de blog annonce la disponibilité « day-one » de Just Dance 2017 sur Switch, suivi ultérieurement par Steep et Rayman Legends (sorti partout ailleurs en 2013). Un soutien plutôt mince de la part d'un éditeur qui expliquait à l'E3 que la console était phénoménale. Même la Wii U avait eu le droit à son exclu Ubisoft au lancement, avec Zombi U, cela ne sera visiblement pas le cas cette fois-ci. 

Nintendo SwitchNintendo Switch

Parmi les autres jeux montrés, même brièvement, on notera la présence de Minecraft accompagné par son Story Mode signé Telltale, de Syberia 3, LEGO City UndercoverFarming Simulator et Sonic Mania.

Au total, Nintendo déclare que plus de 80 jeux sont en cours de développement pour la Switch. À titre de comparaison, en juin 2013, près de six mois avant le lancement de la PS4, Sony annonçait 140 jeux en travaux pour sa console. Si vous vous souvenez bien de la première année de carrière de la PS4 et de la Xbox One, vous savez à peu près à quoi vous attendre.

Le prix ? Il switche

Pour ce qui est du prix, la stratégie de Nintendo est assez surprenante. Aucun tarif officiel n'a été annoncé pour l'Europe et le constructeur se contente d'expliquer qu'il faudra « le constater chez les revendeurs ».

Il en résulte un véritable imbroglio, Micromania annonçant par exemple un tarif de 299,99 euros pour le pack de base de la console à 5 heures du matin, avant de se raviser peu avant 9 heures en évoquant un prix à 329,99 euros. Chez Amazon, les précommandes étaient ouvertes, à 349,99 euros, avant de voir le tarif retomber à 329,99 euros. De son côté Boulanger a annoncé vouloir ouvrir les précommandes à partir de demain, à 309,99 euros, avant de changer d'avis et de s'alligner à 329,99 euros. Bref la console profite d'une tarification quantique, soyez donc vigilants au moment de passer commande.

Nintendo Switch

Contrairement à son prix, le contenu du pack est quant à lui bien fixé. On y retrouvera la console, son dock, une paire de Joy-Con, leurs dragonnes, le « grip » pour les réunir, un câble HDMI et, soulignons-le tant la chose est rare chez Nintendo, le chargeur secteur.

Pour ce qui est des accessoires, aucun prix français n'est encore diffusé au moment où nous rédigeons cette actualité, mais ceux pratiqués aux États-Unis donnent déjà le tournis. Pour une paire de Joy-Con, il faudra compter 79,99 dollars et 49,99 dollars si vous n'en voulez qu'un seul. Étonnamment, le prix est le même pour le droit et le gauche alors que l'un intègre davantage de fonctionnalités. 

Nintendo Joy-Con

Le socle additionnel pour les manettes est annoncé à 29,99 dollars, tandis que le Pro Controller s'affiche à 69,99 dollars. Nintendo vendra également des socles supplémentaires, avec leur adaptateur secteur, pour 89,99 dollars, dans le cas où vous voudriez aisément pouvoir utiliser la machine sur plusieurs téléviseurs. Enfin, la paire de volants en plastique pour accueillir les contrôleurs lors de vos parties de Mario Kart sera vendue 14,99 dollars. Première à dégainer, la Fnac applique une parité 1 dollar = 1 euro sur les tarifs qu'elle pratique.

Si comme dans la vidéo de présentation d'octobre, vous voulez jouer à huit sur NBA 2K18 avec deux consoles, il vous en coûtera donc 600 dollars pour les deux consoles, et 160 dollars de plus pour les Joy-Con additionnels.

Comme d'habitude, nous vous proposons de rédécouvrir l'intégralité de la conférence, dans la vidéo ci-dessous, où les choses sérieuses démarrent à la marque des 33 minutes.


chargement
Chargement des commentaires...