Azubu rachète Hitbox et espère devenir le principal concurrent de Twitch

Bon courage 16
image dediée
Crédits : RichVintage/iStock
Société

Si Twitch fait office de numéro un incontesté dans le domaine du streaming en direct de jeux vidéo, la bataille pour la deuxième marche du podium reste ouverte. En rachetant son concurrent autrichien Hitbox, le californien Azubu espère prendre une bonne option.

C'est par un simple billet de blog que Martin Klimscha, PDG et co-fondateur de Hitbox, a annoncé que son entreprise, fondée en 2013 dans d'anciens locaux de Google, va changer de mains. Le nouveau propriétaire s'appelle Azubu, et cette acquisition n'était attendue par personne, puisque l'acquéreur revient de très loin. 

Des synergies possibles et peu de chevauchement

Selon le Los Angeles Times et Venture Beat, le montant de la transaction atteindrait quelques dizaines de millions de dollars. Une somme relativement faible, mais cohérente avec la taille des deux acteurs concernés. Lorsqu'Amazon a croqué Twitch pour 970 millions de dollars, la plateforme comptait 55 millions de visiteurs uniques par mois, principalement sur des marchés riches, tels que l'Amérique du Nord ou l'Europe.

De son côté Hitbox ne compte « que » quelques millions d'utilisateurs mensuels, principalement en Europe, mais cela devrait suffire à faire passer la barre des 20 millions d'utilisateurs sur l'ensemble des deux services. Les audiences d'Azubu, elles, se trouvent principalement en dehors des États-Unis, notamment au Brésil. De ce point de vue, les deux sociétés ne devraient donc pas se marcher sur les pieds. 

C'est également le cas sur le plan technique. Azubu s'est concentrée sur son lecteur de vidéo sur mobiles et sur la monétisation des chaînes, parfois au détriment de certaines fonctions essentielles, comme les canaux de discussion. Un point sur lequel Hitbox pourra apporter quelques solutions.

Mais plus que sur le plan technique, c'est surtout au niveau commercial que des synergies sont attendues. Azubu espère ainsi vendre des objets virtuels ou permettre de lancer des paris sur des matchs de sport électronique directement depuis sa plateforme. Autre objectif poursuivi : la mise en place de publicités interactives lors des diffusions. Il n'est par contre pas prévu à court terme de fusionner les deux plateformes, qui continueront pour l'instant à coexister séparément.

Une renaissance pour Azubu

Pour Azubu, ce retour en force était encore inespéré il y a quelques mois. Début 2016 l'entreprise, n'est ainsi pas passé loin de la catastrophe. Selon le Los Angeles Times, son principal investisseur, le fonds Sapinda injectait environ un million de dollars par mois, sous la forme de prêts, pour soutenir ses activités. Un mode de financement inhabituel qui, en plus de faire rapidement crouler la société sous les dettes, ne lui a pas permis de prendre des décisions suffisamment importantes pour accélérer sa croissance.

Qui plus est, ces versements mensuels avaient la fâcheuse tendance à arriver un peu trop tard, faisant gonfler le montant des factures à grands renforts de pénalités de retard, quand ce n'étaient tout simplement pas les salaires des employés qui n'étaient pas virés à temps. « Le produit était lent. Il n'y avait aucune gestion stratégique. Le mode de financement était monstrueusement contre-productif », résume un ancien responsable d'Azubu à nos confrères.

Depuis la situation semble s'être arrangée, mais aucune nouvelle levée de fonds n'a été mentionnée publiquement. La start-up est donc probablement parvenue à un accord avec son investisseur historique pour disposer plus facilement de liquidités supplémentaires. Il reste maintenant à voir si cette formule prendra, ou bien si cette nouvelle chance sera celle de trop.

Publiée le 11/01/2017 à 14:00
Kevin Hottot

Journaliste spécialisé dans l'univers du jeu vidéo. Passionné par le Dogecoin, le financement participatif. Ne se déplace jamais sans son poney.

Soutenez nos journalistes

Le travail et l'indépendance de la rédaction dépendent avant tout du soutien de nos lecteurs.

Abonnez-vous
À partir de 0,99 €


chargement
Chargement des commentaires...