Apple retire les applications du New York Times de son AppStore chinois

La Grande Muraille a encore frappé 20
image dediée
Crédits : hocus-focus/iStock
Applications

Fin décembre, les applications du New York Times ont disparu de l'AppStore en Chine. Apple aurait répondu à une demande des autorités, même si la raison exacte de ce retrait n'est pas encore connue.

Le 23 décembre, Apple a supprimé les applications du New York Times de son App Store chinois, rapporte le quotidien de référence américain. Les deux variantes, en anglais et mandarin, ne sont plus disponibles au téléchargement. Au NYT, Apple affirme s'être conformé à une requête des autorités chinoises, sans préciser la cause exacte de cette suppression. Tout juste la société a-t-elle prévenu le journal quelques jours en avance, précisant qu'il a été informé que les applications enfreignent les lois locales.

Le NYT et des services d'Apple déjà censurés

Le New York Times déclare ne pas avoir été contacté par les autorités à propos de son contenu, pas même à son bureau de Pékin. Sans plus d'indications, il voit une cause probable dans une réglementation adoptée en juin 2016, sur les applications mobiles. Celles-ci ne doivent pas mettre à mal la sécurité nationale, l'ordre social et les droits d'autrui. Un cadre spécifique, qui empêche donc de publier des contenus interdits. Au moment du retrait, le NYT travaillait sur des articles liés à l'État chinois, dont l'un révélant des liens financiers entre le gouvernement chinois et Foxconn, le principal fabricant d'iPhone.

Les difficultés de la publication américaine en Chine ne sont pas nouvelles. Depuis 2012, l'accès direct aux sites du journal est bloqué en Chine, et charger le contenu des applications peut déjà demander de passer par des réseaux privés virtuels (VPN), voire des sites miroirs éphémères. Comme le rappelle Quartz, Apple a déjà fermé ses magasins iBooks et iTunes en Chine l'an dernier, sur demande des autorités. Apple News a aussi été désactivé dans le pays.

Un retrait réversible sur décision des autorités

Le groupe affirme qu'il remettra en ligne les applications sur sa boutique, si les restrictions venaient à changer. Les utilisateurs ayant déjà installé ces logiciels semblent toujours y avoir accès, même s'il est impossible de les télécharger à nouveau. En attendant, le groupe californien préfère se conformer aux desideratas du gouvernement dans ce pays clé commercialement, plutôt que de combattre ce type de censure. Le pays représentait, à lui seul, 8,7 milliards de dollars de revenus pour l'entreprise au quatrième trimestre fiscal 2016, sur un total de 46 milliards.

Le contrôle des médias et des produits culturels est, sans surprise, un sujet sensible en Chine. Tout comme celui des méthodes de contournement de la censure. Depuis 2012, les VPN étrangers sont interdits dans le pays. Les entreprises qui souhaitent en disposer devaient officiellement passer par des outils chinois. Une exigence qui ne faisait pas les affaires d'opérateurs étrangers, comme BT, qui y voyait un frein au développement d'entreprises télécom étrangères dans le pays.

Publiée le 05/01/2017 à 11:40
Guénaël Pépin

Journaliste jamais sans sa fibre, spécialiste du marché des télécoms, dénicheur d'initiatives et de replays innovants.

Soutenez nos journalistes

Le travail et l'indépendance de la rédaction dépendent avant tout du soutien de nos lecteurs.

Abonnez-vous
À partir de 0,99 €


chargement
Chargement des commentaires...