Arrivé sur iOS et Xbox One, Wakanim nous parle de ses projets

It was me, iOS ! 6
Accès libre
image dediée
Applications
Par
le vendredi 23 décembre 2016 à 11:50
Guénaël Pépin

Wakanim, spécialisé dans la japanimation, propose enfin des applications dédiées pour iOS et Xbox One. Pour l'instant réservées aux abonnés, certaines fonctions pourtant habituelles leur manquent, comme le support de Chromecast sur la version iOS.

Ces derniers jours, Wakanim s'est officiellement lancé sur iOS et Xbox One, et a mis à niveau son application Android. Le service de vidéo à la demande (par abonnement ou achat) était jusqu'ici en retard en la matière face à ses principaux concurrents en France, à savoir Anime Digital Network et le mastodonte mondial Crunchyroll (voir notre entretien). Ils proposent notamment des séries en simulcast avec sous-titres, à partir d'une heure après leur diffusion japonaise.

Un nouveau pas dans les développements de Wakanim

Ces nouvelles applications proposent aux abonnés à cinq euros par mois de diffuser l'ensemble du catalogue, notamment sur grand écran via Chromecast (Android) et AirPlay sur Apple TV (iOS). Cette salve de clients marque d'ailleurs un changement pour la société, parmi les pionniers de l'offre légale en matière de dessins animés japonais en 2009.

Alors que la première application Android développée sur les week-ends du directeur technique du service, Ludovic Alcala, les nouvelles l'ont été par une équipe de quatre personnes. Elles ont nécessité environ un mois de développement, même si cela reste « un peu compliqué à comptabiliser vu qu'il y a bien plus que des applications à faire (authentification partagée, webservices, etc) », nous explique Ludovic Alcala.

Priorité aux applications pour le moment

Depuis avril 2015, Aniplex (du groupe Sony) a pris une participation majoritaire dans Wakanim, et préside désormais à sa destinée. La conception d'applications, ainsi que le recentrage commercial sur l'abonnement mensuel à cinq euros, sont des moyens pour la société d'armer la jeune pousse pour son expansion à l'étranger. Elle doit notamment y faire face à Crunchyroll, qui dispose à la fois du plus large catalogue dans de nombreux pays, et d'un service disponible sur quasiment tous les écrans. Cela pour un prix similaire.

Malgré ces nouveautés, une partie des clients se plaint d'un site toujours indiqué en version bêta et de fonctionnalités qui peinent à revenir. Parmi les développements promis, « le système de notification est prévu courant 2017, la priorité étant les applications et le fait de rendre Wakanim accessible sur la majorité des plateformes » nous explique encore son directeur technique.

Le service promet une application pour PlayStation 4 au premier trimestre 2017. Une version pour Android TV devrait arriver à peu près en même temps, nous affirme Wakanim. Le support de Chromecast via l'application iOS est aussi dans les cartons, même si l'équipe doit aussi concevoir des outils internes, qui ont la priorité.

Le service s'interroge sur son offre gratuite

Le téléchargement gratuit d'épisodes avec DRM, fonction historique, n'est plus vraiment à l'ordre du jour. « Son retour est compliqué car il n'y a plus de solution technique comme on avait avant. Cela avait un coût important pour du gratuit, surtout vu les revenus publicitaires », nous affirme encore Ludovic Alcala.

La situation du gratuit semble poser plus largement question au service. Pour mémoire, en 2015, il avait lancé une offre ZeroPub à prix libre (avec un minimum d'un euro par mois). Une solution abandonnée quelques mois plus tard, au profit d'un abonnement à cinq euros mensuels. L'une des raisons, comme il nous l'expliquait, était que 90 % des clients se contentaient de payer leur euro mensuel. Il a tout de même permis de compenser la chute des revenus publicitaires, qui était l'épée de Damoclès au-dessus d'une société qui proposait beaucoup de services contre publicité à ses débuts.

Si les applications sont pour le moment réservées aux abonnés, elles devraient être ouvertes aux collectionneurs (qui ont acheté des épisodes ou films sur le site, téléchargeables sans DRM) par la suite. Il n'est pas sûr que les internautes qui ne paient pas le service y aient un jour accès : « Ce n'est pas encore décidé. Cela génère beaucoup de pertes et le site est déjà compatible avec la majorité des terminaux via son lecteur vidéo HTML5 ».

Une plus forte concurrence en France

Cette mise à niveau fonctionnelle est importante pour un service encore aujourd'hui dépendant de la France. Alors que, jusqu'ici, Anime Digital Network (fusion de deux autres services) et Wakanim se partageaient le gros du gâteau, le géant américain Crunchyroll semble marquer des points dernièrement, avec l'obtention de séries en simulcast jusqu'ici plutôt gagnées par les deux acteurs français.

Il y a quelques jours, ADN a d'ailleurs décidé de réduire le prix de son abonnement, passant de 80 euros annuels à 60 euros, ce qui le met à peu près au niveau de ses deux concurrents. Les exclusivités, jusqu'ici une marque du marché français, semblent aussi se briser sur certaines séries populaires, comme Jojo's Bizarre Adventures (disponible chez ADN et Crunchyroll) ou Gundam : Iron-Blooded Orphans (disponible chez Crunchyroll et Wakanim).

Dans le même temps, le fond de catalogue de certains éditeurs physiques (comme Dybex) commence à remplir l'offre des services en ligne, notamment de Wakanim... Cela après des années de négociations. Interrogée sur ses développements commerciaux et l'intensification de la concurrence, la société ne nous a pas encore répondu.


chargement
Chargement des commentaires...