Vivendi met en pause son raid contre Mediaset, avec 29,94 % des droits de vote

C’est déjà la trêve des confiseurs ? 7
En bref
image dediée
Société
Kevin Hottot

Comme prévu, Vivendi a fait grimper sa participation près des seuils de 30 % du capital et des droits de vote de Mediaset. Pour l'heure, le raid ne devrait pas aller plus loin, mais désormais, c'est un autre bras de fer qui se joue.

Comme lors de ces derniers jours, le communiqué de Vivendi annonçant l'avancée de son offensive hier soir est des plus laconiques. Il tient en une ligne et précise simplement que l'entreprise détient « à ce jour 28,80 % du capital et 29,94 % des droits de vote de Mediaset ». Un niveau qui ne doit rien au hasard

Le calme avant la tempête

Dans une déclaration faite à l'AFP et relayée par BFM Business, Vivendi assure avoir « construit la position que le groupe avait annoncée » et donc « atteint » son objectif. Aucun autre rachat d'actions ne devrait donc avoir lieu dans les prochains jours, sous peine de faire franchir au groupe français le seuil de 30 %, déclenchant automatiquement une offre publique d'achat (OPA). 

Une source proche du dossier fait savoir à l'AFP que l'objectif de Vivendi était seulement de « parvenir à une position de force » afin de presser la famille Berlusconi à venir se réinstaller autour de la table des négociations. Vivendi souhaiterait en effet trouver « un accord à l'amiable » sur la question du partenariat entre les deux entreprises concernant le bouquet Mediaset Premium.

Et maintenant ?

Le risque d'une OPA imminente semble pour l'instant limité. Les poches de Vivendi n'ayant pas une profondeur infinie, les réserves de cash à la disposition de l'entreprise s'amenuisent rapidement. Le raid a coûté environ 1,2 milliard d'euros au groupe de Vincent Bolloré, qui, si l'on se fie aux derniers résultats trimestriels qu'il a publié, ne devrait plus disposer que de 900 millions d'euros dans ses caisses.

Autre facteur important : la famille Berlusconi a récemment renforcé sa position dans Mediaset en grimpant à 39,775 % des droits de vote de la société. Ce niveau, à défaut de mettre complètement à l'abri les Berlusconi, complique forcément la tâche du trublion français.

En bourse, l'action Vivendi a perdu 2,56 % de sa valeur lors de la dernière séance, ce qui valorise le groupe à 23 milliards d'euros. Du côté de Mediaset, la chute est de 12,4 % sur les dernières 24 heures, mais le cours de l'entreprise a tout de même grimpé de 74,6 % en l'espace d'un mois, ce qui le valorise à 4,7 milliards d'euros.


chargement
Chargement des commentaires...