Galileo : le GPS européen est enfin disponible

Comme le lapin d'Alice, il est bien en retard... 96
En bref
image dediée
Nouvelle Techno
Sébastien Gavois

Galileo, le système de géolocalisation européen fait enfin ses débuts, avec un nombre de satellites et une couverture restreints pour le moment. La situation s'améliorera au fil des lancements d'Ariane avec un déploiement complet et une disponibilité optimale des services attendus pour 2020.

17 ans après le début du projet, le démarrage de l'exploitation du système de positionnement par satellites Galileo est enfin officiel. Il ne s'agit pour le moment que des services initiaux, aussi bien pour les particuliers, les entreprises et les pouvoirs publics.

Galileo vient jouer sur les plates-bandes du GPS et de GLONASS

Initié au début des années 2000, Galileo sera à terme composé d'une constellation d'une trentaine de satellites (dont 24 opérationnels, les autres sont prêts à prendre le relai) qui doit permettre à l'Europe de s'émanciper du GPS américain et du GLONASS russe, entre autres. Il a depuis accumulé les retards puisque, en 2005, le lancement commercial était attendu pour... 2008.

Contrairement au GPS américain, Galileo est un système purement civil et offre une précision accrue de l'ordre d'une dizaine de centimètres selon Pascale Flagel, la responsable du programme navigation au CNES. Cette mise en service de Galileo signifie que les satellites et l'infrastructure au sol sont opérationnels explique la Commission européenne.

Faute d'un nombre de satellites suffisant dans l'espace, la couverture et la disponibilité des services ne sont par contre pas encore optimales pour le moment. Il faudra attendre 2020 pour que cela soit le cas, sauf retard de dernière minute... Une spécialité de Galileo malheureusement.

Un smartphone déjà compatible, d'autres arrivent promet la Commission européenne

Dans tous les cas, ce n'est pas vraiment un souci puisque Galileo est compatible avec le GPS américain. Si vous disposez d'un terminal équipé d'une puce « GPS + Galileo » il peut dès à présent utiliser les satellites de l'un ou de l'autre des systèmes, mais aussi mélanger les deux pour calculer sa position. C'est notamment le cas de l'Aquaris X5 Plus de BQ, mais d'autres arriveront rapidement sur le marché, affirme l'Europe. Du côté des fabricants de puces, Broadcom, Mediatek, STM, Intel et Qualcomm sont sur la brèche.

L'accès à Galileo est gratuit et le restera une fois son déploiement terminé. Parmi les services mis en avant, il est question d'une aide aux services d'urgence, d'une navigation plus précise, d'une synchronisation temporelle accrue pour les infrastructures critiques et d'une sécurité renforcée avec une vérification de l'intégrité des données. Pour plus de détails sur Galileo, vous pouvez consulter notre dossier sur le sujet :


chargement
Chargement des commentaires...