Google : Android Things pour l'IoT, une Preview 4 pour Android Wear 2.0

Android Choses 2
En bref
image dediée
Crédits : juniorbeep/iStock
OS
Vincent Hermann

Google avait annoncé le mois dernier qu’Android Wear 2.0 serait en retard et qu’une Developer Preview 4 serait diffusée avant. C’est désormais chose faite, et alors que l’on attendait essentiellement des corrections, la préversion apporte plusieurs nouveautés.

Android Wear 2.0 est en retard. Initialement, la version finale devait sortir dans le courant de décembre. Fin septembre, Google a cependant annoncé que le travail ne serait pas terminé à temps. En outre, trois préversions pour les développeurs ne seraient pas suffisantes. L’éditeur n’avait pas spécifiquement indiqué ce qui manquait dans sa plateforme pour objets connectés, mais on pouvait supposer qu’il fallait plus de temps pour affiner les détails.

Encore des ajouts importants dans la Developer Preview 4

Que nenni. Google avait encore des ajouts à faire dans son système. La Developer Preview 4, désormais disponible, ajoute plusieurs nouveautés loin d’être mineures. D’une part, une simplification pour l’authentification de certains services. Une API OAuth spécifique pour Android Wear fait ainsi son apparition. Elle permet à une application sur la montre de faire apparaître un bouton qui, une fois enclenché, affiche une fenêtre d’authentification sur l’iPhone ou le smartphone Android. L’utilisateur peut alors choisir quel compte il utilise pour se connecter.

D’autre part, les applications pour les montres peuvent maintenant proposer des contenus supplémentaires, payables directement depuis le poignet. L’utilisateur devra configurer un code à quatre chiffres qui lui sera réclamé pour valider ses achats. Comme l’indique Google, ce peut-être un lot de niveaux supplémentaires dans un jeu ou des personnalisations pour Android Wear.

On peut à nouveau faire glisser des éléments pour les rejeter

Les utilisateurs seront également heureux d’apprendre que le geste « faire glisser pour rejeter » sera de retour dans Android Wear 2.0. Les développeurs peuvent ainsi remettre l’ancien comportement dans leurs applications, sachant que le système lui-même l'utilise pour certains éléments. Par exemple, toutes les Activités le prennent en charge.

En plus d’introduire des API pour simplifier l’installation des applications pour montres depuis des appareils liés, la Developer Preview 4 ajoute quelques améliorations mineures au passage, comme indiqué dans le billet de blog.

Si vous possédez une montre compatible, vous pourrez récupérer la Developer Preview 4 depuis le lien ci-dessous. Google fournit des instructions pour préparer l’appareil, ainsi que pour mettre en place un environnement virtuel de test.

Google dégaine sa première Developer Preview d’Android Things

Parallèlement à cette avancée sur Android Wear 2.0, Google propose une première ébauche d’Android Things. Comme le précédent, il s’agit d’un dérivé d’Android, cette fois conçu pour les petits appareils de type IoT (Internet of Things) comme le Raspberry Pi.

Contrairement à Android Wear, Things se veut plus généraliste. La première préversion est compatible avec le Raspberry Pi 3, le Pico de NXP et la plateforme Edison d’Intel. Avec le temps, d’autres équipements seront pris en charge, mais il faut bien sûr que Google prépare à chaque fois des images différentes et adaptées.

L’idée générale est de reprendre le système Brillo pour les objets connectés et de le mélanger avec d’autres composants comme Android Studio, les Google Play Services, le SDK Android ainsi que la Google Cloud Platform. Une forme d’unification pour permettre aux développeurs de penser les applications Things de manière plus proche que celles pour Android. La plateforme Weave, qui permet notamment aux objets connectés de se parler entre eux, sera également intégrée plus tard.

Un support assez important de l'industrie

Cette unification promet un support assez large de l’industrie, surtout quand Weave aura été ajouté. Les gammes Hue et SmartThings de Philips et Samsung sont en effet déjà compatibles avec Weave. Ce dernier verra également bientôt l’intégration de Nest Weave, récupéré depuis le rachat de Nast. Par ailleurs, d’autres constructeurs ont annoncé un support prochain : Belkin WeMo, LiFX, Honeywell, Wink, TP-Link et First Alert.

Les développeurs intéressés pourront se rendre sur la nouvelle page dédiée à Android Things. Ils devront s’assurer qu’Android Studio est bien installé dans sa dernière révision et posséder l’un des trois équipements actuellement pris en charge. Les liens de téléchargement pour chaque produit sont également disponibles.


chargement
Chargement des commentaires...