Pebble ferme ses portes, Fitbit récupère personnels et brevets

Des adieux difficiles à encaisser pour les clients 44
En bref
image dediée
Société
Par
le jeudi 08 décembre 2016 à 15:52
Kevin Hottot

C'est la fin pour Pebble. Après plusieurs campagnes de financement sur Kickstarter et huit ans d'existence, la jeune pousse américaine va définitivement fermer ses portes. Fitbit, l'un de ses concurrents, en profite pour en récupérer les actifs les plus intéressants.

Fitbit a mis fin à d'insistantes rumeurs hier soir, en annonçant avoir racheté certains des actifs de Pebble, l'un de ses concurrents sur le marché des montres connectées. Le montant de la transaction n'a pas été dévoilé, mais Fitbit détaille les éléments qu'elle a acquis : le personnel et les propriétés intellectuelles liées aux développements logiciels de son ex-rival. Le matériel lui, reste à la charge de Pebble, qui va tout simplement fermer ses portes, définitivement.

L'entreprise laisse derrière elle des dettes et des clients déçus, pour ne pas dire furieux. Pebble avait en effet lancé une campagne de financement sur Kickstarter en mai dernier (deux mois après avoir licencié un quart de ses effectifs), qui lui avait permis de récolter 12,7 millions de dollars. Une somme qui n'a visiblement pas suffi à maintenir l'entreprise à flots.

De son côté, Fitbit assure que ses nouvelles ressources vont lui « faciliter la livraison de nouveaux produits et de nouvelles fonctionnalités et accélérer le développement de solutions personnalisées et d'applications tiers » pour ses clients. 

Une fermeture brutale

Dans un long billet de blog, Pebble fait en effet savoir que les appareils qu'ils ont achetés continueront de fonctionner normalement, mais que « la qualité de service pourrait être réduite à l'avenir » et que les prises en charge sous garantie des produits ne seront plus assurées. Une page de support restera néanmoins accessible sur le site de l'entreprise, et le forum communautaire restera ouvert. Elle affirme également qu'elle ne produira, ni ne vendra plus aucun appareil.

Pour ceux qui ont participé à la campagne de financement de la dernière génération de montres Peeble au mois de mai, et qui n'ont pas pris livraison de leur produit, l'entreprise promet quand même des remboursements effectifs avant le 16 décembre prochain.

Pourtant, ça marchait

S'il faut retenir quelque chose de la fermeture de Pebble, c'est que peu importe les montants levés, une start-up reste une entreprise fragile dont la chute peut être aussi rapide que son éclosion, y compris quand ses produits semblent bien se vendre. 

La première Pebble Watch, financée à hauteur de 10,2 millions de dollars sur Kickstarter, s'était ainsi vendue à plus d'un million d'exemplaires entre janvier 2013 et fin décembre 2014, un score plus qu'honorable. Quant aux deux campagnes de financement participatif qui ont suivi, elles ont permis de récolter plus de 32 millions de dollars au total.

Pebble avait également sécurisé 15 millions de dollars lors d'un tour de table en mai 2013, ainsi qu'un total de 28 millions de dollars provenant de sources diverses entre mi-2015 et mars 2016, comme le confirmait alors Eric Migicovsky, le PDG de l'entreprise, à nos confrères de Business Insider. « On fait très attention à la planification de nos produits cette année. On a cet argent, mais c'est un peu serré ces derniers temps », affirmait-il alors. Une déclaration finalement prémonitoire.


chargement
Chargement des commentaires...