Pocket : analyse et prise en main du gestionnaire de liens de référence

Comme les favoris, mais en mieux 17
image dediée
Services
Par
le mercredi 19 avril 2017 à 18:00
Vincent Hermann

Nous avons décidé de nous pencher sur le thème de la lecture différée en comparant plusieurs solutions de sauvegarde d’articles. Pocket étant la solution la plus connue, nous lui consacrons le premier article de notre série. Au programme, interface, fonctionnalités, classement des contenus ou encore modèle commercial.

Internet est rempli de contenus. Chaque jour, des millions de sites publient des dizaines voir des centaines d'articles, sans parler des blogs et autres publications sur Medium. Ainsi, il peut être intéressant de mettre des liens de côté de manière organisée afin de les lire plus tard, lorsque l'on a un peu de temps (et que l'on est au calme).

Bien sûr, on peut le faire avec les favoris des navigateurs, mais ce n'est pas vraiment leur rôle. Ils sont plutôt là pour nous permettre de retrouver facilement un lien où l'on se rend souvent. Ces dernières années, des services taillés sur mesure ont émergé. Il s'agit, pour faire simple, de gestionnaires de favoris indépendants, qui s’intégrent dans les navigateurs, tout en proposant des fonctionnalités spécifiques qui peuvent vite les rendre incontournables.

Les raisons d'utiliser de tels services sont multiples. La principale est sans doute la facilité : ils prennent le plus souvent la forme d’une extension, et il suffit alors de cliquer sur un bouton pour stocker le lien. L’autre est l’organisation des contenus, que l’on peut marquer classer dans des rubriques, avec des étiquettes ou non.

Actuellement, il existe plusieurs société qui vous proposent des solutions le plus souvent gratuites, mais il n'est pas toujours simple de s'y retrouver. Nous avons donc décidé de nous pencher sur la question, en analysant le fonctionnement ou même le modèle commercial de ces outils.

Nous commençons par Pocket (anciennement Read It Later), qui est sans aucun doute le plus populaire. Il a d'ailleurs récemment été acheté par Mozilla, la fondation derrière Firefox.

Interface et prise en main

Lisez la suite : 85 % de ce contenu reste à découvrir

Seuls nos abonnés peuvent lire l'intégralité de cet article.


chargement
Chargement des commentaires...