La fibre optique continue sa progression, sur les abonnements et le déploiement

Le câble à plus de 100 Mb/s accélère 122
En bref
image dediée
Crédits : arcoss/iStock/Thinkstock
FAI
Sébastien Gavois

Selon l'Arcep, la fibre jusqu'à l'abonné (FTTH) continue de bien progresser en France, que ce soit sur les abonnements ou le déploiement. Pendant ce temps, le réseau câble évolue puisque, sur un an, un million de lignes supplémentaires peuvent bénéficier d'un débit d'au moins 100 Mb/s.

Le gendarme des télécoms vient de publier son observatoire (provisoire) sur le déploiement des services fixes haut et très haut débit pour le troisième trimestre. Sans surprise, le nombre d'abonnements total grimpe, avec toujours un bon score pour les lignes en fibre jusqu'à l'abonné (FTTH).

1,93 million d'abonnements FTTH au 30 septembre...

Elles sont en effet 1,93 million au troisième trimestre, contre 1,764 millions trois mois plus tôt, soit 166 000 de plus sur le trimestre. Le câble à plus de 100 Mb/s continue de gagner un peu de terrain avec 1,220 millions de lignes (+ 44 000 sur trois mois).

Si l'on ajoute les lignes VDSL2 et FTTLA (câble) entre 30 et 100 Mb/s, on obtient un total de 5,060 millions de ligne, en hausse de 288 000 sur trois mois. C'est la première fois que le palier des cinq millions est dépassé note le régulateur des télécoms. Pendant ce temps, le nombre de lignes haut débit, c'est-à-dire à moins de 30 Mb/s, baisse de nouveau (- 63 000) pour arriver à 22,390 millions. En clair, il s'agit de l'ADSL.

Sur un an, les chiffres sont plus impressionnants et montrent bien l'évolution du secteur :

  • Abonnement haut et très haut débit : + 875 000
  • Abonnement haut débit (moins de 30 Mb/s) : - 361 000
  • Abonnement très haut débit de 30 à moins de 100 Mb/s : + 478 000
  • Abonnement très haut débit à plus de 100 Mb/s : + 758 000
    • Dont fibre optique jusqu'à l'abonné : + 659 000

Comme on peut le voir sur le tableau ci-dessous, l'accroissement annuel du THD gagne du terrain plus rapidement depuis fin 2014/début 2015, en gardant un rythme soutenu ces deux dernières années :

ARCEP T3 2016 déploiement ARCEP T3 2016 déploiement

... sur 6,950 millions de lignes FTTH disponibles

Le régulateur des télécoms en profite pour faire le point sur le déploiement des lignes, et pas uniquement sur les abonnements actifs. Au 30 septembre 2016, en France, on compte 29,8 millions de lignes cuivre, dont 5,563 millions peuvent profiter du VDSL2 avec un débit d'au moins 30 Mb/s.

Selon les décomptes de l'ARCEP au 30 septembre 2016, il y a 6,950 millions de lignes FTTH, 8,799 millions en FTTLA, dont 7,895 millions proposent un début d'au moins 100 Mb/s.

Voici là encore les évolutions sur un an :

  • VDSL2 à plus de 30 Mb/s : + 333 000
  • Fibre optique jusqu'à l'abonné : + 1 934 000
  • Câble à moins de 100 Mb/s : - 137 000
  • Câble à 100 Mb/s et plus : + 1 040 000

L'Arcep explique que pour 63 % du parc de logements éligibles aux offres FTTH, « au moins deux opérateurs étaient en mesure de commercialiser des offres », ce qui signifie que pour 37 %, il n'y a pas le choix... Cela reste mieux que l'année dernière puisqu'il était question d'un taux de 60 %.

ARCEP T3 2016 déploiement ARCEP T3 2016 déploiement

Les RIP continuent de progresser, 954 000 lignes FTTH, dont 711 000 en ZMD

Sur ce total, on dénombre 954 000 logements équipés d'une ligne FTTH via les réseaux d'initiative publique (RIP), alors qu'ils étaient 764 000 un an plus tôt.

Dans les zones moyennement denses (ZMD), les RIP continuent de bien progresser avec 711 000 lignes au 30 septembre, soit 34 000 de plus en trois mois. Sur un an, la progression affiche 38 % avec 197 000 de mieux. Dans le lot, 174 000 (soit 24 %) ont le choix de souscrire à une offre chez au moins deux opérateurs. Pour la grande majorité, il n'y a donc toujours pas de choix.

Plus des trois quarts des potentiels clients fibre sur des RIP n'ont pas le choix de leur FAI. Une situation considérée comme grave, voire « à risque », par l'Avicca (une association de collectivités), qui appelle à amener rapidement une plus grande diversité d'opérateurs sur les réseaux publics. Les grands groupes nationaux sont officiellement en chemin, même si ce ne sera pas pour demain (voir notre analyse).


chargement
Chargement des commentaires...