Numéros virtuels : Onoff propose la portabilité des numéros depuis et vers une carte SIM

Allez hop, mettez-moi tout ça dans le cloud 18
En bref
image dediée
Téléphonie
Sébastien Gavois

Onoff permet désormais à ses clients d'importer ou d'exporter (depuis/vers une carte SIM) un numéro de téléphonie mobile grâce à la portabilité. Le service devrait (enfin) s'ouvrir à de nouveaux pays, avec les États-Unis et le Canada en ligne de mire.

Onoff est un service de numéros de téléphone virtuels lancé en février 2015 par Taïg Khris (entrepreneur, champion de rollers et vainqueur des X-Games). En mai de cette année, il sortait de bêta avec peu de nouveautés à la clé et la fin de la période d'essai gratuite, mais surtout avec la promesse de revenir avec des « améliorations incroyables » qui devaient arriver tous les 60 à 90 jours. Six mois plus tard, force est de constater que les choses ont finalement peu bougé, mais Onoff passe aujourd'hui un nouveau cap avec une « première mondiale » : la portabilité virtuelle des numéros de mobile.

Onoff propose la portabilité : votre numéro passe de la carte SIM à l'application

Comme son nom l'indique, cela permet à un utilisateur de demander la portabilité de sa ligne mobile (qui est chez un opérateur comme Bouygues Telecom, Free, Orange, SFR, ou un MVNO) vers Onoff. Il est ainsi possible de transférer le numéro rattaché à sa carte SIM dans l'application Onoff.

Le principe de fonctionnement est exactement le même que pour une portabilité classique entre deux opérateurs traditionnels : on entre le numéro de mobile, le code RIO (il suffit d'appeler le 3179) et on choisit une date pour la portabilité. Dans notre cas, l'échéance la plus proche était trois jours plus tard, ce qui correspond au délai minimum légal :

Onoff portabilitéOnoff portabilitéOnoff portabilité

Une fonctionnalité qui pourrait donc intéresser ceux qui disposent de deux (ou plus) abonnements mobiles et qui souhaitent conserver les numéros, mais en n'utilisant qu'une seule carte SIM. Selon Onoff, pas moins de cinq millions de personnes disposent de deux lignes (professionnelle et personnelle). 

Si elles le souhaitent, elles peuvent ainsi supprimer un des deux forfaits (qui sera remplacé par un abonnement à 2,99 euros par mois, le prix d'un numéro Onoff) et regrouper leur ligne sur un seul terminal, avec la possibilité de gérer les appels et les SMS indépendamment. Il est certes possible de prendre un forfait à moins de 3 euros pour réaliser la même opération, mais cela nécessite deux cartes SIM et donc deux téléphones ou un smartphone dual SIM.

Comme c'est le cas avec les autres numéros Onoff, les appels reçus et émis sont décomptés de votre forfait principal (celui rattaché à votre carte SIM) comme des minutes d'appels sortantes nationales (voir notre analyse du service pour plus de détails). Si vous disposez d'un abonnement avec appels, SMS/MMS illimités, cela ne devrait donc pas poser de problème. Pour rappel, Onoff ne propose pas de data, il faudra donc obligatoirement passer par la carte SIM de votre opérateur pour cela.

Dans l'autre sens aussi : passez votre numéro Onoff vers n'importe quel opérateur

Interrogé par nos soins, Onoff nous confirme que l'opération dans le sens inverse est également disponible (c'est-à-dire passer d'Onoff vers un opérateur traditionnel). Il s'agit d'ailleurs d'une « obligation légale des opérateurs » nous indique Taïg Khris.

Onoff fonctionne donc comme n'importe quel opérateur (qu'il soit virtuel ou non) permettant à ses clients d'importer ou d'exporter n'importe quel numéro de téléphonie mobile français.

... et prochainement de la portabilité entre pays

Onoff ne compte pas en rester là et proposera prochainement de la portabilité entre pays : « Les abonnés pourront conserver leurs numéros étrangers (numéros de n’importe quel opérateur Vodafone, AT&T, Verizon, O2, etc.) en les portant entre les pays via l’application mobile onoff ». Par exemple, un client français pourra prochainement demander la portabilité de son numéro anglais en France. 

Onoff compte d'ailleurs sur son expertise pour se faire une place au soleil. Taïg Khris positionne Onoff comme une « software company » qui propose son savoir-faire aux autres opérateurs. Un premier contrat avec l'opérateur qatari Ooredoo (présent dans plusieurs pays à travers le monde) a d'ailleurs été signé, mais sans précisions sur les tenants et les aboutissants.

 L'ouverture aux États-Unis et au Canada arrive... vraiment cette fois-ci ?

En mai dernier, Le PDG de la société nous expliquait que son service serait disponible dans « quelques semaines » aux États-Unis et au Canada. Six mois plus tard, force est de constater que ce n'est toujours pas le cas : seuls la France et le Royaume-Uni sont proposés dans l'application :

Onoff Onoff Onoff

Nous avons profité de l'occasion pour revenir sur ce retard. Taïg Khris nous réaffirme que cela arrivera très rapidement et que ce n'est désormais plus qu'une question de jours, une semaine ou deux très probablement. Il nous explique qu'il dispose depuis longtemps des accords nécessaires pour se lancer, mais que le temps supplémentaire a servi à renforcer la sécurité. Des sociétés externes ont été mandatées pour mener des audits de sécurité. Bref, tout semble maintenant prêt pour la mise en place finale, mais on attendra que ce soit le cas avant de se réjouir trop vite.

Si les États-Unis et le Canada arriveront très rapidement, d'autres pays suivront aussi. Et puisque toutes les mesures ont été prises pour renforcer la sécurité, ils devraient être ajoutés rapidement à Onoff, nous indique Taïg Khris. Pour le moment, la société est déclarée en tant qu'opérateur dans « un peu plus de six pays » ou « un peu moins de dix pays » suivant les citations. Dans tous les cas, d'autres accords sont en train d'être signés pour arriver dans de nouveaux pays.


chargement
Chargement des commentaires...