Samsung Electronics envisage une réorganisation et augmente son dividende de 30 %

Il suffisait de demander 11
En bref
image dediée
Crédits : Ximagination/iStock/Thinkstock
Société
Kevin Hottot

Bousculée par les errements du Galaxy Note7, Samsung vient d'annoncer d'importants changements à venir à sa tête. L'entreprise promet davantage de retours financiers pour ses investisseurs, et envisage de remodeler entièrement sa structure.

Ces dernières semaines, plusieurs investisseurs de Samsung Electronics ont élevé la voix pour faire comprendre au géant coréen qu'il était devenu temps de revoir en profondeur la structure de l'entreprise, mais surtout de redistribuer ses copieux bénéfices dans leur direction. 

La fronde est menée par le fonds activiste Eliott Management. Depuis le mois dernier, il tire à boulets rouges sur la société, estimant qu'elle favorise beaucoup trop les intérêts de la famille des fondateurs, au détriment des autres actionnaires. Une situation qui, de l'avis du fonds, aurait un impact négatif sur la valorisation boursière de l'entreprise. 

Une organisation trop compliquée 

Le problème numéro un se trouverait du côté de la structure même de l'entreprise, reposant sur le modèle des « chaebol », largement utilisé par les grandes entreprises coréennes. Il s'agit d'un large ensemble d'entreprises, œuvrant dans des secteurs très variés, où l'on retrouve un très grand nombre de participations croisées de chaque société dans les autres. Le tout, sous le contrôle d'une seule et même famille. Pour illustrer le propos, voici ce à quoi ressemble un organigramme (simplifié) de Samsung, commenté par Eliott Management : 

Samsung Chaebol
Ceci n'est pas un 4-2-3-1 avec deux milieux récupérateurs

Comme on peut l'observer, la structure de l'entreprise est assez difficile à comprendre, notamment en raison de l'emmêlement des participations des uns et des autres. Le fonds estime également que l'emprise des dirigeants coréens sur le conseil d'administration de Samsung Electronics est un autre problème. En effet, même parmi les administrateurs indépendants de l'entreprise, on ne retrouve aucun étranger, ce qui laisse penser au fonds que la direction manque d'expérience sur les marchés extérieurs à la péninsule coréenne.

Enfin, Eliott Management a également critiqué le manque de retour sur investissement offert aux actionnaires et l'absence de l'entreprise sur les places de marché américaines. Samsung Electronics dispose en effet de solides réserves de liquidités (près de 60 milliards d'euros, en comptant l'impact du rachat de Harman) dans lesquelles le groupe ne pioche que rarement. Le groupe procède bien à des rachats d'actions, mais n'annule pas les titres ainsi rachetés, préférant miser sur l'auto détention. Samsung Electronics possède ainsi plus de 13 % de son propre capital. 

Samsung Electronics réagit officiellement et promet du changement

Ces critiques ont été entendues par la direction de Samsung Electronics, qui a dévoilé une feuille de route « visant à améliorer la création de valeur pour les actionnaires, sur le long terme ». Un programme qui s'appuie sur les bases déjà bâties en octobre 2015 où le groupe promettait déjà de mieux gâter ses actionnaires.

L'entreprise promet ainsi de redistribuer la moitié du cash qu'elle générera en 2016 et 2017 à ses investisseurs. Cela passera notamment par une augmentation de 30 % du dividende, qui atteindra environ 3,2 milliards d'euros. Celui-ci sera distribué trimestriellement à partir d'avril prochain.

Samsung Electronics met également en avant un programme de rachat d'actions qui démarrera en janvier prochain. Mais cette fois-ci, l'entreprise annulera les titres rachetés, plutôt que de les garder de côté (une méthode qui se veut plus favorable aux actionnaires). Les retours aux actionnaires ne se limiteront pas à cela sur le long terme, Samsung promettant de ne conserver que de 52 à 56 milliards d'euros de liquidités dans ses caisses et de retourner tout solde excédentaire aux actionnaires. Un seuil qui sera revu tous les trois ans en fonction de la stratégie de l'entreprise et du climat économique.

De nouvelles têtes et peut-être un nouvel organigramme

Du changement est aussi prévu au niveau de la gouvernance du groupe. « En reconnaissance de la nature toujours plus globale des activités de Samsung Electronics, le directoire prévoit d'inviter de nouveaux administrateurs indépendants, avec une expérience internationale ». La présentation d'au moins un candidat est attendue pour la prochaine assemblée générale, en mars 2017. 

Enfin, Samsung Electronics dit envisager une refonte de sa structure, afin de la simplifier, mais aussi de regarder en direction des marchés boursiers étrangers, afin d'y faire circuler ses actions. Néanmoins, l'entreprise précise que ses dirigeants n'ont pris aucune décision « allant dans une direction ou dans une autre », mais au moins, le débat a le mérite d'avoir été ouvert.


chargement
Chargement des commentaires...