Bouygues Telecom : de solides résultats, 4G et FTTH montent en régime

La bourse ou la fibre 65
image dediée
Finances

En même temps qu'Iliad, le groupe Bouygues a dévoilé ses résultats pour les neuf premiers mois de 2016. La branche télécom continue de recruter de nombreux clients aussi bien côté mobile ou la progression est plus forte que prévu, que sur le fixe, où la marque a enfin franchi le cap des 100 000 clients FTTH.

Jusqu'ici, l'année 2016 se déroule plutôt bien pour Bouygues Telecom. Sur les neuf premiers mois, l'opérateur a enregistré un chiffre d'affaires de 3,503 milliards d'euros, soit une croissance de 6 % par rapport à l'année dernière.

Le plan de restructuration engagé fin 2014 semble quant à lui également porter ses fruits, l'EBITDA de l'opérateur s'établit à 697 millions d'euros sur la période et affiche une progression de 23 % par rapport à l'année passée. Bouygues Telecom est sur ce plan le plus gros contributeur à l'EBITDA du groupe Bouygues, derrière l'ensemble des activités de construction (891 millions d'euros) mais très loin devant TF1 qui n'affiche que 197 millions d'euros au compteur. 

Le M2M soutient la croissance de la clientèle mobile

Bouygues revendique au 30 septembre un portefeuille de 12,660 millions de clients sur ses offres mobiles, soit 227 000 de plus qu'il y a trois mois, ou 770 000 de mieux qu'au début de l'année. Ce chiffre total de clientèle est toutefois à prendre avec des pincettes, car il comprend à la fois les lignes classiques et celles dédiées au M2M.

Hors M2M, la croissance du nombre de clients se limite à 129 000 sur trois mois et 451 000 depuis le début de l'année. Il y a là tout de même encore de quoi faire rougir certains concurrents.

Pour ce qui concerne le revenu moyen par abonné (ARPU) il s'établit pour la partie mobile (prépayé inclus) à 23 euros, soit une hausse de 0,6 euro sur trois mois, mais un recul de 0,3 euro par rapport à l'an dernier. En n'incluant que les clients forfait, il est plutôt question de 24,1 euros, contre 23,6 euros en juin dernier et 24,7 euros en septembre 2015. L'opérateur n'a fait aucun commentaire sur ces variations.

Des objectifs atteints en avance sur la 4G

Toujours concernant le mobile, Bouygues Telecom annonce avoir atteint deux de ses objectifs en avance. Le premier concerne la progression de sa clientèle. L'opérateur espérait accueillir un million d'abonnés supplémentaires (hors M2M) entre début 2015 et fin 2017. Un peu plus d'un an avant la date butoir, il est déjà question de 947 000 recrutements nets. Un score qui fait dire à l'opérateur que cette cible sera largement atteinte dans les temps, le tout en maintenant un ARPU relativement stable. 

 Bouygues Telecom Q3 16

Le deuxième concerne la couverture 4G. Bouygues Telecom expliquait il y a trois mois viser une couverture de 82 % de la population française en 4G d'ici fin 2016. Aujourd'hui, ce score est déjà été atteint avec un mois et demi d'avance donc. L'opérateur espère désormais franchir le cap des 85 % de la population avant le 31 décembre, puis s'attaquer au cap des 99 % d'ici fin 2018.

Il annonce dans le même temps avoir « d’ores et déjà rempli l’obligation fixée par l’ARCEP de couvrir 40% de la ZDP en 4G 800 MHz avant l’échéance du 17 janvier 2017 ». Pour rappel, cet objectif devrait être également atteint sans problème par Orange (si ce n'est pas déjà fait) et il ne reste donc plus que le cas de SFR.

Montée en régime du FTTH

Côté fixe, Bouygues Telecom revendique 93 000 clients supplémentaires sur trois mois, et franchit ainsi le cap des 3 millions d'abonnés au 30 septembre. Parmi eux, on compte 448 000 clients « très haut débit », ce qui regroupe le VDSL, le câble et la fibre, dont 91 000 disposent d'une connexion FTTH. Ce chiffre a même franchi aujourd'hui la barre symbolique des 100 000, synonyme d'une arrivée prochaine des offres fibre de Bouygues dans le baromètre de l'Arcep sur la qualité de service aux côtés d'Orange, de SFR et de Free Mobile.

Là aussi, Bouygues ambitionnait de séduire un million de clients supplémentaires sur ses offres fixe entre début 2015 et fin 2017. L'opérateur a déjà fait un peu plus de la moitié du chemin en cumulant 575 000 recrutements nets, mais tout este encore à faire. 

Pour chercher les 425 000 abonnés manquants, Bouygues compte s'appuyer sur ses offres FTTH, exploitant majoritairement sur le réseau déployé en propre par SFR. Pour l'instant, l'opérateur ne propose ses offres que sur 1,7 million de prises (+100 000 en trois mois) mais assure qu'à plus ou moins long terme, le chiffre de 8,5 millions de prises éligibles sera atteint.

Bouygues Telecom Q3 16Bouygues Telecom Q3 16

Cela notamment grâce au déploiement en cours des infrastructures pour 3,5 millions de prises en zones très denses, de 3 millions de prises supplémentaires dans les zones moins denses gérées par des opérateurs privés, et 2 millions d'autres « commandées » sur les réseaux d'initiative publique. 

À l'horizon 2022, Bouygues veut proposer ses offres sur 20 millions de prises, ce qui au rythme de déploiement actuel du géant du BTP n'est pour l'instant qu'une belle promesse.

And the winner is...

Maintenant que l'ensemble des quatre grands opérateurs a dévoilé leurs résultats, il est possible de faire un point global (au 30 septembre) sur leur situation afin de voir lesquels ont le mieux tiré leur épingle du jeu. 

Clientèle fixe :

  • Bouygues Telecom : 3,003 millions (+93 000 sur 3 mois, +307 000 sur un an)
  • Free : 6,327 millions (+66 000 sur 3 mois, +245 000 sur un an)
  • Orange : 11,056 millions (+134 000 sur 3 mois, +443 000 sur un an)
  • SFR : 6,159 millions (-75 000 sur 3 mois, -193 000 sur un an)

Clientèle FTTx :

  • Bouygues Telecom : 91 000 en FTTH (« près de 70 000 » fin juin 2016)
  • Free : Non communiqué
  • Orange : 1,308 million en FTTH (+ 126 000 sur 3 mois, +480 000 sur un an)
  • SFR : 1,969 million en FTTx (+44 000 sur 3 mois, +233 000 sur un an)

Clientèle mobile :

  • Bouygues Telecom (tout compris) : 12,660 millions, (+227 000 sur 3 mois, +1,019 million sur un an)
  • Bouygues Telecom (hors M2M) : nombre d'abonnés non communiqué (+129 000 sur 3 mois, +552 000 sur un an)
  • Free (tout compris) : 12,385 millions (+305 000 sur 3 mois, +1,070 million sur un an)
  • Orange (tout compris) : 29,508 millions, (+542 000 sur 3 mois, +1,282 million sur un an)
  • Orange (hors M2M) : 24,392 millions, (+37 000 sur 3 mois, -213 000 sur un an)
  • SFR (tout compris) : 19,922 millions (-82 000 sur 3 mois, - 1,883 million sur un an)
  • SFR (hors M2M) : 16,533 millions (-109 000 sur 3 mois, - 769 000 sur un an)

Sur le marché fixe, l'ensemble des opérateurs a profité des tracas de SFR pour chasser des parts de marché, et à ce petit jeu là Orange sort largement en tête, ce principalement grâce à son réseau FTTH qui parvient à compenser les départs enregistrés sur l'ADSL. Chez SFR, la fibre et le câble ne comblent qu'une partie du vide laissé par le départ des abonnés à la paire de cuivre.

Côté mobile, le constat est très différent en fonction de la prise en compte ou non du M2M dans les calculs. Dans tous les cas, SFR est là encore le grand perdant, avec le départ de 769 000 à 1,883 million d'abonnés en un an en fonction du périmètre retenu. Free de son côté, caracole en tête avec plus d'un million d'abonnés supplémentaires sur les 12 derniers mois, ce sans commercialiser d'offres M2M.

Publiée le 17/11/2016 à 08:30
Kevin Hottot

Journaliste spécialisé dans l'univers du jeu vidéo. Passionné par le Dogecoin, le financement participatif. Ne se déplace jamais sans son poney.

Soutenez nos journalistes

Le travail et l'indépendance de la rédaction dépendent avant tout du soutien de nos lecteurs.

Abonnez-vous
À partir de 0,99 €


chargement
Chargement des commentaires...