Ubuntu Core 16 et ses snaps disponibles en version finale

Des snaps, des snaps et encore des snaps 10
En bref
image dediée
OS
Par
le vendredi 04 novembre 2016 à 15:00
Vincent Hermann

Canonical a publié la version d’Ubuntu Core 16, une mouture spécifique du système entièrement bâtie sur les paquets Snap. Cette déclinaison est fortement tournée vers les objets connectés et pour le cloud, et ne concerne donc pas vraiment le grand public.

Comme indiqué lors de la bêta il y a presque un mois, Ubuntu Core 16 est bâtie sur un assemblage de snaps. Ces derniers sont pour rappel des paquets d’un genre nouveau sur Ubuntu, puisqu’ils contiennent tout ce qui est nécessaire à un composant ou un logiciel, y compris toutes ses dépendances. L’avantage est qu’un paquet ne nécessite plus d’avoir déjà d’autres composants pour fonctionner puisqu’il devient autonome. L’inconvénient est l’espace requis, qui grimpe parfois de manière importante.

Un système entièrement bâti sur des paquets autonomes

La grande différence entre l’édition classique d’Ubuntu et la Core 16, est que tous les composants sont dans des snaps, y compris les briques élémentaires comme le kernel. C’est le démon (service) snapd qui s’assure de la bonne marche à suivre de l’installation et des mises à jour des paquets. Ces derniers sont « confinés » et leur sécurité est vérifiée.

Ubuntu Core 16, désormais disponible en version finale, se destine avant tout aux objets connectés, et plus particulièrement les mini-ordinateurs de type Raspberry Pi. En clair, il s’agit de la version proposée par Canonical pour répondre aux attentes des constructeurs, qui sont clairement visés dans le communiqué de presse. Les boutiques d’applications et écosystèmes particuliers peuvent d’ailleurs y être intégrés.

Restreint pour l'instant à six appareils

Les utilisateurs souhaitant s’essayer à cette distribution Linux pourront la récupérer depuis la page des téléchargements du site officiel. Les produits pris en charge sont les Raspberry Pi 2 et 3, les NUC d’Intel, les ARTIK 5 et 10 de Samsung et le Joule d’Intel. Dans tous les cas, il sera obligatoire de créer un compte Ubuntu SSO pour la gestion des mises à jour. Il s’agit pour rappel d’un service capable de pousser vers Ubuntu des mises à jour critiques de sécurité, sans que le système ait besoin de redémarrer.


chargement
Chargement des commentaires...