Aujourd'hui, c'est la journée nationale contre le harcèlement et le cyberharcèlement

Il faut en parler ! 55
En bref
image dediée
Crédits : ClarkandCompany/iStock
Web
Sébastien Gavois

Le harcèlement et le cyberharcèlement pourrissent la vie de centaines de milliers de personnes, dont les jeunes. Aujourd'hui, c'est la seconde journée nationale de lutte contre ce fléau, l'occasion de rappeler les services qui peuvent aider.

Le cyberharcèlement (en anglais cyberbullying) « est une forme récente de harcèlement. On la retrouve en particulier via les SMS et les réseaux sociaux » explique l'association e-Enfance, agréée par le ministère de l'Éducation nationale. Selon différentes enquêtes, environ 10 % des écoliers et collégiens en sont victimes. Le premier pas pour lutter contre ce fléau est d'en parler et de briser la loi du silence.

Journée nationale « Non au harcèlement » et au cyberharcèlement

C'est dans cette optique qu'a été lancé l'année dernière la journée nationale « Non au harcèlement ». Aujourd'hui, il s'agit donc de la deuxième édition, spécifiquement centrée autour du cyberharcèlement. En effet, « le harcèlement peut aussi débuter mais surtout se prolonger sur un téléphone portable, une tablette, un ordinateur, par des centaines de SMS, des vidéos, des photos, des commentaires injurieux sur les réseaux sociaux, sur les forums ou sur les jeux en ligne » explique la ministre Najat Vallaud-Belkacem.

Ce genre d'attaque peuvent prendre de nombreuses formes, explique l'Éducation nationale (liste non exhaustive) : 

  • intimidations, insultes, moqueries ou menaces en ligne
  • propagation de rumeurs
  • piratage de comptes et usurpation d’identité
  • création d’un sujet de discussion, d’un groupe ou d’une page sur un réseau social à l’encontre d’une personne
  • publication d’une photo ou d’une vidéo de la victime en mauvaise posture
  • sexting, qui est la contraction de « sex » et « texting »

Pour cette seconde journée d'action, le ministère s'est associé avec la communauté Rose Carpet, pour mettre en ligne une vidéo de sensibilisation.

Le message est clair : le cyberharcèlement ne s'arrête pas aux portes de la maison, il n'offre aucun répit et il n'a pas d'heure avec les réseaux sociaux. La vidéo met l'accent sur un message en particulier : « liker, c'est déjà harceler », une manière de rappeler que mettre un « j'aime » sur un commentaire déplacé peut enfoncer encore un peu plus une personne dans sa solitude.

Sensibiliser, prévenir, former et prendre en charge

Parler de ce sujet permet visiblement de faire bouger les choses puisque, selon le ministère de l'Éducation nationale, « pour la première fois en France, le harcèlement à l’école diminue ». Il reste néanmoins encore beaucoup de travail, tant le harcèlement et le cyberharcèlement « continuent de faire souffrir des centaines de milliers d’enfants et de jeunes ».

Cela prend parfois des tournures tragiques avec le suicide des victimes. C'est notamment l'histoire de Marion, 13 ans pour toujours, un livre (également adapté en téléfilm) où la mère de la jeune fille explique le harcèlement scolaire dont a été victime Marion, qui s'est pendue dans sa chambre.

Afin de continuer à faire avancer les choses, le ministère met en avant quatre axes de développement : sensibiliser avec la journée nationale et un site Internet, prévenir avec des outils et un guide, former les enseignants et son personnel, et enfin prendre en charge les enfants et les familles.

Que faire si on est victime ou témoin de harcèlement ?

Pour cela, le numéro vert (donc gratuit) dédié « 30 20 » dispose désormais d'horaires élargis allant de 9h à 20h en semaine et de 9 à 18h le samedi. Les victimes ainsi que les témoins peuvent appeler pour signaler un harcèlement ou simplement demander de l'aide.

Plus axé sur les problèmes liés aux usages numériques (et donc à Internet), il y a également le numéro vert 0800 200 000 ouvert du lundi au vendredi de 9h à 18h. Vous pouvez ainsi entrer en contact avec des professionnels qui seront à votre écoute, qui pourront vous informer et vous conseiller. Un site est également disponible, à partir duquel vous pouvez lancer une conversation via chat, Facebook Messenger, email ou tout simplement en étant rappelé.

Dans tous les cas, il faut en parler, sans attendre que la situation dégénère. Et la victime n'est pas la seule à pouvoir le faire, toute personne témoin d'un (cyber)harcèlement peut prendre contact avec des professionnels afin de signaler la situation. Lutter contre toutes les formes de harcèlement est un combat de chacun !


chargement
Chargement des commentaires...