Obsolescence programmée : des associations interpellent les candidats à la présidentielle

OPélix 148
En bref
image dediée
Crédits : Anrodphoto/iStock/Thinkstock
Loi PRÉSIDENTIELLE
Par
le vendredi 28 octobre 2016 à 09:30
Xavier Berne

Sept associations (parmi lesquelles figure Les Amis de la Terre ou bien encore l’UFC-Que Choisir) ont lancé hier une consultation en ligne destinée à faire émerger des propositions permettant de lutter contre l’obsolescence programmée. Leur objectif : pousser les candidats à la présidentielle à s’emparer du sujet.

« Qu’il s’agisse d’obsolescence par défaut (panne), logicielle (mises à jour ralentissant un ordinateur), par incompatibilité (un téléphone seulement compatible avec des écouteurs Bluetooth), ou esthétique, le procédé est aujourd’hui répandu dans des produits de consommation devenus quasi-indispensables, et conduit à un rachat plus rapide du même bien », déplorent les initiateurs de la plateforme participative « OPé 2017 ».

C2C Community, DemocracyOS, GreenIT.fr, Halte à l’Obsolescence Programmée, Les Amis de la Terre, l’UFC-Que Choisir et Zero Waste France se disent ainsi décidés « à inscrire la question de l’obsolescence organisée dans les programmes des candidats aux élections présidentielles et législatives de 2017 », l’objectif étant de trouver des solutions efficaces pour lutter contre ces pratiques « écologiquement et économiquement inacceptable[s] » (surproduction de déchets, réduction du pouvoir d’achat, etc.).

Une plateforme participative ouverte jusqu’au 20 décembre

« Si les rapports ou propositions sur le sujet ne manquent pas, l’absence criante de mesures transverses et efficaces ne peut perdurer » assènent ces associations. Leur idée ? Une consultation en ligne. Chaque internaute est ainsi invité à laisser, jusqu’au 20 décembre, son avis et ses remarques sur différentes propositions :

  • Extension de la garantie légale à 5 ans voire 10 ans à terme pour certains produits (gros électroménager, par exemple).
  • Instaurer un principe de réversibilité du système d'exploitation. L’utilisateur pourrait revenir à la version n-1, n-2, etc. du système d’exploitation en cas de ralentissement.
  • Afficher la durée de vie des produits (laquelle serait opposable aux professionnels).
  • Interdiction d'user de techniques destinées à rendre impossible la réparation.
  • Mesures incitatives en faveur du développement de la réparation (fiscalité, formation des réparateurs, accès aux points de réparation).
opé2017 obsolescence logicielle
Crédits : Plateforme OPé2017

« Sans un engagement collectif, porté par la société tout entière, nous savons que notre cause ne trouvera pas de solutions réelles » expliquent les responsables de cette opération. Ceux-ci rappellent que la durée légale de garantie est récemment passée à deux ans et qu’un délit d’obsolescence programmée a été introduit par le législateur en 2015, mais cela reste « insuffisant » à leurs yeux. « Beaucoup reste à faire » écrivent-ils.

« Ayant pris acte de ces problématiques et de l’insuffisance des réponses des pouvoirs publics, nos organisations ont décidé de s’unir autour de problématiques communes afin d’être forces de propositions en vue des élections présidentielles et législatives de 2017. » Restera maintenant à voir si les principales idées qui ressortiront de cette initiative seront recyclées (ou non) par les prétendants à l’Élysée.


chargement
Chargement des commentaires...