Verizon n'exclut pas de renoncer au rachat de Yahoo

Sortez le popcorn 4
En bref
image dediée
Crédits : jejim/iStock
Société
Par
le vendredi 14 octobre 2016 à 16:40
Kevin Hottot

Le mariage entre Verizon et Yahoo ne se passe pas aussi bien que prévu. L'opérateur est visiblement agacé par la tournure des évènements à Sunnyvale et envisagerait de revenir à la table des négociations, voire de faire annuler son rachat.

Il y a de l'eau dans le gaz entre Yahoo et Verizon. L'opérateur américain avait mis 4,8 milliards de dollars sur la table pour se porter acquéreur de l'ensemble des activités web de l'entreprise pilotée par Marissa Mayer. Un montant que le géant des télécoms semble commencer à regretter au fil des mauvaises nouvelles distillées ces dernières semaines.

Entre la mise en place d'un outil permettant à une agence fédérale de faire des recherches automatisées dans les emails des utilisateurs et la fuite de données provenant de plus de 500 millions de comptes utilisateurs, il y a en effet de quoi refroidir n'importe quel acquéreur.

Verizon a gardé une porte de sortie

« Je pense que qu'il est raisonnable de croire que l'impact [de ces évènements] est matériel », assure Craig Silliman, le responsable juridique de Verizon, devant nos confrères du Washington Post. En d'autres termes, Verizon estime que les derniers couacs de Yahoo sont de nature à faire varier significativement sa valeur, ce qui ferait également du géant du web une proie moins attractive que prévu. 

« Si Verizon conclut que ces brèches ont eu un impact matériel, des conditions clés de la transaction ne seraient pas remplies » tempête Craig Silliman. Deux options peuvent être envisagées pour la suite, si Verizon parvient à démontrer que ces incidents ont un impact matériel. L'opérateur pourrait tout simplement se désengager de Yahoo et annuler son offre. Une opération qui est encore possible étant donné que la transaction entre les deux groupes ne devrait pas être finalisée avant le premier trimestre 2017.

Verizon pourrait aussi négocier un nouveau tarif tenant compte de ces éléments. Depuis une semaine, des rumeurs circulent évoquant un rabais d'un milliard de dollars, un point que l'opérateur a qualifié de « pure spéculation » il y a quelques jours. 

Des investigations sont en cours

De son côté, Verizon mène ses propres investigations sur les causes et conséquences de cette énorme fuite de données. En fonction de son origine, Yahoo ou Verizon pourraient se retrouver en position de force dans les négociations qui suivront. Le géant du web aurait en effet la possibilité de faire valoir que cette brèche  est le fruit d'un cas de force majeure, ce qui le dégagerait d'une partie de sa responsabilité. 

Une façon de voir les choses que Verizon ne partage pas. « D'un point de vue juridique, la question de savoir s'il s'agit d'une attaque soutenue par un état n'a aucun intérêt. Ce qui importe, c'est de déterminer s'il y a un effet matériel ou néfaste sur les actifs que nous achetons » estime le responsable juridique de l'opérateur américain. Les prochaines semaines promettent donc d'être mouvementées.


chargement
Chargement des commentaires...