Pour décrypter les consultations en ligne, Regards Citoyens fait appel aux internautes

Il manque la case « Troll » 6
En bref
image dediée
Crédits : Digital Vision/Thinkstock
Web
Xavier Berne

Afin de faciliter l’analyse des contributions déposées lors des (désormais nombreuses) consultations en ligne de citoyens, l’association Regards Citoyens vient de mettre sur pied un outil de crowdsourcing dédié. Les internautes sont ainsi invités à se pencher sur les commentaires et propositions émis sur une récente consultation organisée par l’Assemblée.

Recevoir des contributions est une chose, les lire et les synthétiser en est une autre, en principe bien plus compliquée ! Propos hors-sujet, explications parfois guère compréhensibles, propositions vagues, répétitions... Les consultations se transforment souvent en fastidieuses opérations d’analyse, quand bien même de nombreuses idées intéressantes et pertinentes peuvent émerger.

Pour aider les responsables politiques à aller plus rapidement à l’essentiel, l’association Regards Citoyens en appelle aujourd’hui à l’aide des internautes. L’organisation vient de développer, en partenariat avec Democracy OS France et FaisTaLoi, un outil permettant de faire un premier tri des contributions laissées dans le cadre de la consultation en ligne organisée par l’Assemblée nationale à propos de l’application de la loi sur l’égalité femmes-hommes de 2014.

regards citoyens consultation analyse

Concrètement, chacun est invité à cocher des cases indiquant si la contribution qu’il est chargé d’analyser relève de l’évocation d’une expérience personnelle, d’une proposition de nouvelle mesure, d’une demande d’information, s’il avait déjà entendu préalablement de tels propos, etc. « Si vous étiez député, que feriez-vous de cette contribution ? » est-il également demandé à l’internaute : « Rien », « Je cite les propos dans mon rapport », « Je convie l'auteur à une réunion avec mes collègues députés de la mission d'évaluation », etc.

Comme lors de l’opération de ressaisie des déclarations d’intérêts des parlementaires, l’outil se révèle extrêmement fonctionnel. Quelques clics suffisent, il n’est pas nécessaire de s’enregistrer... N’importe qui peut ainsi participer, pour un simple essai ou pour y passer plusieurs heures ! Pour qu’une évaluation soit validée (et que la contribution en question cesse d’être soumise à de nouveaux internautes), il faut qu’elle ait été « décrite de manière identique par trois utilisateurs différents ».

Le crowdsourcing pour épauler les parlementaires

« En incluant les citoyens au cœur du processus consultatif, cette première expérimentation de crowdsourcing au service du Parlement vise à venir en aide aux députés et aux administrateurs de l’Assemblée en leur facilitant la tâche de catégorisation et d’identification des différents types de contenus », explique Regards Citoyens. Pour l’association, il s’agit aussi de « s’assurer que tous les propos seront lus et évalués ».

Les conclusions de ce travail collectif seront remises aux députés de la mission d’évaluation en charge de la consultation, à ses rapporteurs (Sébastien Denaja et Guy Geoffroy) et au président de la commission des lois, Dominique Raimbourg, le 25 octobre prochain lors d’une audition organisée au Palais Bourbon. On imagine sans mal qu’à quelques semaines du sommet mondial de l’OGP – qui se tiendra à Paris début décembre – et alors que l’exécutif travaille à une plateforme de consultation open source, cette initiative sera surveillée de près.


chargement
Chargement des commentaires...