L'État de Washington accuse Valve de faciliter les jeux d'argent illégaux

Washington Redskins 46
En bref
image dediée
Crédits : NA/Photos.com/Thinkstock
Justice
Kevin Hottot

Les récentes affaires autour des sites de paris utilisant des skins du jeu Counter Strike : Global Offensive ont attiré l'attention de la « Gambling Commission » de l'État de Washington. Celle-ci réclame à Valve de prendre des mesures pour endiguer ce phénomène.

En participant à des matchs, les joueurs de Counter Strike : Global Offensive peuvent gagner des skins pour leurs armes, ou bien s'en procurer en achetant des clés qui ouvrent des caisses de butin. Ces apparences peuvent être échangées sur le marché communautaire de Steam, mais aussi sur des plateformes tierces, pour des sommes parfois très importantes. Certains skins sont ainsi proposés sur des places de marché spécialisées pour des sommes à quatre chiffres, en raison de leur rareté.

Une monnaie d'échange prisée

Si ces apparences prennent autant de valeur, c'est aussi parce que plusieurs casinos en ligne proposent d'utiliser ces skins comme monnaie d'échange lors de paris, comme nous l'expliquions dans cet article. Des liens entre l'API de Steam et ces sites permettent d'automatiser les transaction entre les parieurs. 

Les participants mettent en jeu leurs skins, qui sont évalués en fonction de leur côte sur le marché. Le gagnant du pari remporte l'ensemble du pot et récupère les objets virtuels dans son inventaire Steam, mais qu'il peut ensuite mettre en vente contre de l'argent bien réel sur des sites spécialisés. Chose impossible sur la plateforme de Valve, puisque celle-ci ne permet pas de faire sortir les fonds de son propre écosystème.

Skons CS:Go PrixSkins prix

Certains utilisateurs de Steam semblent d'ailleurs avoir fait de ce business une spécialité. Une grosse centaine de joueurs disposerait ainsi d'un inventaire sur Steam dont la valeur excède 20 000 dollars. Un montant qui va bien au delà d'une simple collection de skins à quelques euros.

L'État de Washington prend le taureau par les cornes

Ces derniers mois, plusieurs affaires louches ont été révélées au sujet de casinos en ligne s'appuyant sur les skins comme monnaie. L'une d'entre elles concernait un duo de youtubeurs faisant la promotion d'un site de paris leur appartenant, sans mentionner qu'ils en étaient les propriétaires et gérants, ni même signaler que certaines de leurs vidéos les montrant gagner de fortes sommes étaient truquées.

Quelques jours plus tard, une class action est lancée contre Valve, désignant l’éditeur comme responsable de l’accès par des mineurs à tout un écosystème de plateformes de jeux en ligne, probablement illégaux. Mais les déboires judiciaires de la firme de Gabe Newell ne s'arrêtent pas là. 

La très officielle Gambling Commission de l'État de Washington s'est émue dès le mois de février de la possibilité d'utiliser des skins CS:GO en tant que monnaie lors de paris en ligne. L'autorité a contacté Valve afin d'en apprendre davantage sur le principe des activités de l'éditeur autour des skins et de déterminer si une intervention était nécessaire. 

« Depuis février 2016, les skins continuent d'être utilisés dans le cadre de jeux d'argent illégaux sur des sites tiers. Et les échanges de skins sont facilités par la plateforme Steam », s'étouffe la commission dans un communiqué publié hier, qui estime ce marché à plus d'un milliard de dollars par an. Elle demande donc à ce que Valve « cesse de faciliter l'utilisation de skins pour des jeux d'argent » et que l'entreprise « fasse le nécessaire pour empêcher aux sites tiers d'utiliser sa plateforme ». Sont particulièrement visés les bots d'échanges utilisés par les casinos.

La Gambling Commission réclame donc à l'éditeur de répondre à ses questions et de se mettre en conformité avec les lois de l'État de Washington sur les jeux d'argent, avant le 14 octobre prochain. Un délai très court à la suite duquel l'autorité se réserve le droit d'amener l'affaire devant les tribunaux. 


chargement
Chargement des commentaires...