L'AMF déclare non conforme l'OPE d'Altice sur SFR

Oups ? 25
En bref
image dediée
Crédits : AndreyPopov/iStock/ThinkStock
Société
Kevin Hottot

Après avoir fait l'objet d'un retard de deux semaines, l'offre d'échange d'Altice visant à récupérer l'ensemble des parts restantes de SFR vient de subir un nouveau revers. L'AMF a en effet considéré qu'elle ne répondait pas à ses critères de conformité.

Début septembre, Altice faisait part publiquement de sa volonté de racheter l'ensemble des actions de SFR Group encore en circulation, représentant 22,55 % de son capital. Pour y parvenir, la firme de Patrick Drahi comptait procéder à l'émission de nouvelles actions Altice NV, qui devaient être échangées contre des titres SFR. Une opération valorisée à environ 2,4 milliards d'euros. Mais pas question pour le groupe néerlandais, déjà très fortement endetté de dépenser le moindre centime. 

Pour 5 parts détenues dans SFR Group, Altice promettait de donner 8 actions maison, un ratio qui déjà au moment de la proposition ne représentait qu'une faible prime, de 2,6 % pour les actionnaires, mais qui aujourd'hui est encore moins favorable aux détenteurs d'actions SFR. Selon le groupe néerlandais, l'opération devait être soumise à l'accord préalable de l'Autorité des Marchés Financiers (AMF).

Le 20 septembre, le régulateur faisait savoir qu'il retardait le calendrier de cette offre de deux semaines, un couac qu'une source proche du dossier qualifiait devant Reuters de simple « décalage technique de calendrier assez courant dans ce type de procédure ». 

Aujourd'hui, l'AMF fait savoir qu'elle a déclaré « non-conforme » l'offre d'Altice, sans donner plus de précision sur les raisons qui ont motivé cette réponse. L'autorité promet cependant d'éclaircir ces zones d'ombre dans une prochaine communication, attendue « dans un délai rapide ».

SFR Group a diffusé un communiqué dans lequel la société se contente d'indiquer qu'elle « prend acte de la décision de l'Autorité des Marchés Financiers ». De son côté, Altice group a regretté une décision « qui va à l'encontre des intérêts des deux sociétés, de leurs actionnaires et de leurs employés. [...] L'offre prend fin, mais Altice se réserve le droit de déposer un recours auprès de la Cour d'Appel de Paris contre cette décision, dont elle estime qu'elle a été prise en violation de la règlementation en vigueur ».


chargement
Chargement des commentaires...