Les majors du disque attaquent YouTube-MP3 en justice

R.I.P ? 72
image dediée
Crédits : hundreddays/iStock
Justice

Après avoir dénoncé au début du mois les méfaits du « stream ripping », l’industrie musicale passe à l’offensive. YouTube-MP3, considéré comme un leader mondial dans ce domaine, vient d’être attaqué en justice aux États-Unis par les principales majors du disque.

Avec ses 60 millions de visiteurs uniques par mois, le site administré par Philip Matesanz est accusé d’avoir engrangé ces dernières années plusieurs « millions de dollars » de revenus publicitaires. Le tout sans verser un centime aux ayants droit, qui l’ont assigné hier devant un tribunal californien pour de multiples atteintes à leur copyright ainsi que pour détournement de mesures techniques de protection.

Et pour cause. YouTube-MP3 permet de télécharger le son d’une vidéo YouTube (musique d’un clip par exemple), simplement en fournissant son adresse URL. Il s’agit en ce sens d’un convertisseur gratuit, qui ne nécessite pour l’utilisateur aucun logiciel.

youtube-mp3

Cela fait des années que cette plateforme de stream ripping se voit menacée de poursuites. Mais ce coup-ci, c’est une action coordonnée au niveau international par l’IFPI, la Fédération internationale de l’industrie phonographique, qui vient d’être lancée, avec l’appui de la RIAA aux États-Unis et de la BPI au Royaume-Uni. La procédure visant YouTube-MP3 et son administrateur, Philip Matesanz, est ainsi déposée au nom de grandes majors : Warner, Sony Music, Atlantic Records, etc.

« Le plus important site de stream ripping mondial »

Si cette assignation vise manifestement à obtenir réparation du préjudice qu’estiment avoir subi les plaignants, elle pourrait également conduire à la fermeture de YouTube-MP3. Nos confrères de TorrentFreak affirment que les ayants droit réclament également une saisie du nom de domaine du site litigieux, outre une injonction de ne plus porter atteinte à leurs droits à l’avenir.

«  Il est temps d'arrêter les sites illégaux, qui, comme celui-ci, amassent d'énormes fortunes en volant les artistes et leurs maisons de disque. Les fans ont maintenant accès à une offre légale fantastique de musique en streaming, mais celle-ci ne peut exister que si nous prenons des mesures pour lutter contre le marché noir en ligne » a commenté Geoff Taylor, le numéro un de la BPI, dans un communiqué. L’intéressé en a d’ailleurs appelé les annonceurs, les moteurs de recherche et les hébergeurs à remettre en cause leur soutien à ces « sites qui s'enrichissent en fraudant sur le dos des créateurs ».

Cette procédure judiciaire pourrait néanmoins s’avérer délicate dans la mesure où YouTube-MP3 est géré par une entreprise, PMD Technologie UG, basée en Allemagne.

Publiée le 27/09/2016 à 09:56
Xavier Berne

Journaliste, spécialisé dans les thématiques juridiques et politiques.

Soutenez nos journalistes

Le travail et l'indépendance de la rédaction dépendent avant tout du soutien de nos lecteurs.

Abonnez-vous
À partir de 0,99 €


chargement
Chargement des commentaires...