Voitures autonomes : après 800 000 km, les enseignements de l'expérience californienne

De l’autonome à l’auto homme 66
image dediée
Crédits : Olivier Le Moal/iStock
Nouvelle Techno
Par
le mardi 06 février 2018 à 12:20
Sébastien Gavois

Si les fabricants sont prompts à parler de leurs voitures autonomes, ils sont bien moins loquaces sur les « bugs » de leurs systèmes. En Californie, le DMV a publié les rapports des sociétés autorisées à mener des expérimentations sur ses routes. L'occasion de faire le point sur le nombre et les raisons de « désengagement » du pilote automatique.

La Californie attire de nombreux fabricants et équipementiers souhaitant tester leurs voitures autonomes en conditions réelles. En plus de regrouper plusieurs sociétés dans la Silicon Valley, l'État américain permet depuis longtemps de réaliser simplement des expérimentations, ce qui n'est pas forcément le cas partout. Dernier exemple en date, la volonté d'autoriser des voitures autonomes « sans conducteur derrière le volant » dès cette année

Des rapports de désengagement détaillés pour une vingtaine de sociétés

Depuis trois ans maintenant, le Department of Motor Vehicles (DMV) de l'État de Californie publie les « disengagement reports » des sociétés autorisées à mener des expérimentations. Il s'agit des cas où le chauffeur a dû reprendre le contrôle du véhicule, quelle qu'en soit la raison. La plupart des entreprises précisent également les raisons ayant conduit à l'arrêt du pilote automatique.

Si une cinquantaine de sociétés peuvent mener des tests, toutes ne sont pas soumises à l'obligation de déposer leur rapport. En effet, seuls les fabricants dont l'autorisation date de 2016 ou avant sont concernés, et ils avaient jusqu'au 1er janvier 2018 au plus tard. 

19 rapports avec 2 250 désengagements, sur un total de plus de 815 000 kilomètres

Lisez la suite : 80 % de ce contenu reste à découvrir

Seuls nos abonnés peuvent lire l'intégralité de cet article.


chargement
Chargement des commentaires...