L'ARJEL britannique se penche sur le cas de deux youtubeurs vantant les paris sur FIFA

Dura lex, sed lex 10
En bref
image dediée
Justice
Kevin Hottot

Le gendarme britannique des jeux d'argent, la UK Gambling Commission, vient d'assigner deux youtubeurs en justice. Elle les accuse d'avoir fait la promotion de jeux d'argent non autorisés auprès de mineurs, par le biais de ses vidéos.

Craig Douglas et Dylan Rigby sont deux célèbres youtubeurs britanniques. Le premier totalise plus de 1,3 million d'abonnés sur sa chaîne, tandis que le second a fait fermer sa chaîne FUTgalaxy. Tous deux ont fait la promotion sur leurs chaînes respectives d'un service de paris en ligne, s'appuyant sur les jeux de la série FIFA, d'Electronic Arts.

Des vidéos que l'ARJEL britannique n'apprécie pas franchement

Le site de paris, baptisé lui aussi FutGalaxy, propose aux joueurs d'utiliser les crédits qu'ils ont gagné sur les jeux FIFA afin de parier sur des matchs de football bien réels. Problème, ce type de jeu n'est pas autorisé au Royaume-Uni et le site web ne mentionne pas que les paris sont réservés aux personnes majeures. Un point sur lequel Craig Douglas (NepentheZ sur la capture ci-dessous) ne semblait pas accorder une grande importance l'an dernier sur Twitter.

Paris Youtube FIFA UK

Craig Douglas et Dylan Rigby ayant tous deux une audience susceptible de rassembler de nombreuses personnes mineures, l'UK Gambling Commission, l'équivalent britannique de l'ARJEL, a décidé de se pencher sur le cas des deux youtubeurs, comme le note la BBC. Ils seront entendus le 14 octobre prochain par un tribunal de Birmingham. Pour l'autorité, il s'agira de son premier dossier concernant des paris liés à un jeu vidéo. Les peines encourues par les deux youtubeurs n'ont pas été précisées. 

L'effet CS:GO

Si l'UK Gambling Commision s'intéresse désormais à ce genre de cas, c'est parce que le marché des paris liés au jeu vidéo croit de manière importante, la BBC relayant des estimations à hauteur de 4,7 milliards d'euros par an à l'échelle mondiale. 

FIFA est très loin d'être le seul titre permettant à des casinos en ligne de faire leur beurre. Counter Strike : Global Offensive est un cas d'école dans ce domaine. Le système d'échange de « skins » intégré au jeu a fait décoller le nombre de joueurs mais également donné naissance à des dizaines de casinos en ligne spécialisés dans les paris utilisant ces apparences comme monnaie d'échange. Selon Bloomberg, ce marché aurait pesé à lui seul 2,3 milliards de dollars l'an dernier.

Dernièrement, un casino en ligne s'appuyant sur le jeu de Valve a été mis à l'index (voir cette actualité). Avec le concours de youtubeurs (qui s'avéraient en être les dirigeants), ils ont mis en ligne des vidéos montrant des paris arrangés lors desquels les vidéastes remportaient soit-disant des sommes à quatre ou cinq chiffres. Le site a depuis cessé ses activités.


chargement
Chargement des commentaires...