Benoît Hamon (PS) veut un revenu de base à l’heure du numérique

Poivre et universel 374
En bref
image dediée
Crédits : starfotograf/iStock
Loi PRIMAIRES
Par
le mercredi 14 septembre 2016 à 08:50
Xavier Berne

Le député socialiste Benoît Hamon, par ailleurs candidat à la primaire de la gauche, a rappelé qu’il souhaitait l’instauration d’un revenu de base en France, afin notamment de faire face à la destruction d’emplois du fait de la robotisation.

« Il y a beaucoup de gens qui aimeraient travailler. Or le travail se raréfie, notamment à cause de la révolution technologique. La question qui se pose c'est : comment le partage-t-on ? Moi je considère que le revenu universel peut être un moyen de le partager, et aussi de reconnaitre toutes ces activités qui font du bien à la société mais ne sont pas valorisées par le marché » a déclaré hier l’ancien ministre de la Consommation sur BFMTV, en référence notamment au bénévolat associatif.

Benoît Hamon a ainsi commencé à détailler l’une des propositions phares de son programme : l’instauration d’un revenu de base, qui serait versé à chaque individu, quel que soit son âge et son statut professionnel. Personnes en activité (éventuellement à temps partiel) et sans emploi – chômeurs, étudiants, retraités,... – pourraient ainsi y avoir droit, sans conditions. « L'idée du revenu universel, c'est [aussi de couvrir] une partie des allocations qui existent déjà » tout en permettant en cumul avec un éventuel salaire, a poursuivi l’élu PS.

« 40 % des emplois pourraient être menacés en France »

L’objectif ? Aller vers une société « plus bienveillante et plus paisible ». Le parlementaire s’est dit préoccupé par le niveau de pauvreté, ainsi que des conséquences de l’automatisation sur le marché de l’emploi – sujet qui prête pourtant à débats. Selon Benoît Hamon, « 40 % des emplois pourraient être menacés en France à raison de cette révolution numérique », dans le secteur des transports par exemple (véhicules autonomes, livraison par drone, etc.).

« Autour de ces questions-là, vont disparaître des métiers, des milliers d'emplois » a-t-il prévenu, expliquant que les créations de nouveaux emplois seraient inférieures aux destructions. « Il nous revient aujourd'hui d'anticiper cela » a lancé le député des Yvelines, tout en restant très flou sur les modalités concrètes de mise en œuvre de sa proposition (restant par exemple muet sur le montant de ce revenu censé permettre à tout un chacun de pouvoir vivre) :

« J'accepte que ce soit un objectif de long terme. Nous n'y arriverons pas en une seule fois. Nous y arriverons en plusieurs étapes. Ça a été expérimenté, c'est expérimenté dans plusieurs pays, aux États-Unis, au Canada dans le passé, dans les pays nordiques, mais il y a là une voie évidente tant nous savons que le travail va se raréfier et qu'il va falloir penser différemment. »

Pour l’heure, le gouvernement s’est clairement opposé à l’instauration d’un revenu universel et inconditionnel, préférant une refonte des aides existantes. La campagne présidentielle pourrait toutefois faire bouger quelques lignes.


chargement
Chargement des commentaires...