Ubisoft : la famille Guillemot va racheter 3,5 % du capital

Déjà le début de la saison 2 ? 26
En bref
image dediée
Société
Kevin Hottot

Une fois n'est pas coutume, c'est au tour des frères Guillemot de relancer le feuilleton autour de la prise de participation de Vivendi au sein d'Ubisoft. Ces derniers mois, les assauts du géant des médias se sont faits discrets, mais les entrepreneurs bretons préparent leur ligne de défense.

Depuis la finalisation du rachat de Gameloft, en juin dernier, le feuilleton entre Vivendi et la fratrie Guillemot s'est fait oublier le temps des vacances. Aucun des protagonistes n'a franchi de nouveau seuil pendant l'été, chacun semblant affairé à préparer du mieux possible la prochaine étape de son plan. 

Les Guillemot veulent faire barrage

Aux dernières nouvelles, Vivendi disposait de 22,8 % du capital d'Ubisoft, une participation plus importante que celle de la fratrie bretonne et qui laisse entrevoir une possible OPA dans les mois à venir, si le géant des médias décide d'attaquer jusqu'à atteindre le seuil réglementaire des 30 %. La famille Guillemot, elle, dispose de moins de 20 % du capital.

Comme certains pouvaient le pressentir au moment de la cession de leurs parts de Gameloft à Vivendi, la fratrie va réinvestir une partie de ses gains afin de monter au capital d'Ubisoft. Dans un communiqué, l'éditeur précise ainsi que la holding familiale, Guillemot Brothers SE, a signé un accord avec une banque permettant le rachat d'un maximum de 4 millions d'actions Ubisoft, ce qui représente 3,5 % du capital de l'entreprise. Une quantité suffisamment importante pour que la famille Guillemot franchisse à la hausse le seuil des 20 % du capital. 

Acte 2 pour Vivendi ?

Il reste maintenant à voir quelle sera la réaction de Vivendi à cette annonce. Lors de la présentation de ses résultats du premier semestre, le géant des médias ne citait pas directement Ubisoft mais assurait vouloir continuer à se développer dans ce secteur.

Néanmoins, mettre la main sur l'éditeur français sera très coûteux. Ubisoft est actuellement valorisé à 4,1 milliards d'euros, un chiffre qui a plus que doublé sur les 12 derniers mois. De son côté, Vivendi ne dispose que de 2,1 milliards d'euros de liquidités, mais n'est qu'assez faiblement endetté, avec seulement 3,45 milliards d'euros, dont 1,25 milliard arriveront à maturité d'ici fin mars 2017. Le groupe dispose donc d'une certaine marge de manœuvre, il reste maintenant à voir s'il compte s'en servir à cette fin.


chargement
Chargement des commentaires...