Hollande veut « un outil informatique » pour chaque collégien d'ici fin 2018

Y'a rien en 2017 ? 166
En bref
image dediée
Loi
Xavier Berne

À l’occasion de la rentrée scolaire, le chef de l’État a renouvelé son souhait de voir chaque collégien bénéficier d’un outil numérique (de type tablette ou ordinateur portable) d’ici la « fin 2018 ».

« J'avais cette conviction lorsque j’étais président de Conseil général [de Corrèze, ndlr], avant de devenir président de la République, que nous devions équiper les collèges. Et que nous devions fournir des outils numériques à tous les enfants de France. » François Hollande a profité de son discours de rentrée, jeudi 1er septembre, pour insister sur le fait que son plan pour le numérique à l’école prenait officiellement son envol.

« Nous avons pour cette rentrée déjà bien progressé » a soutenu le chef de l’État, en référence aux 25 % de collèges participants à ce fameux plan dès cette rentrée. L’intéressé a cependant oublié de rappeler qu’il avait initialement promis, en novembre 2014, que « tous les élèves de classe de cinquième » seraient équipés d'une tablette dès la rentrée 2016... Même l’objectif transitoire que s’était fixé le ministère de l’Éducation nationale (40 % des collèges cette année) est très loin d’être atteint !

L'exécutif a déjà du mal à tenir ses objectifs

Le président a préféré confirmer l’objectif à long terme du plan pour le numérique à l’école : « Tous les élèves, collégiens, auront un outil informatique et numérique pour la fin 2018, grâce également à l'accompagnement des conseils départementaux (et parfois des communes), [ainsi qu’à] l'effort budgétaire de l'État ». Au total, ce sont un milliard d’euros qui devraient être mis sur la table au cours des trois prochaines années – acquisition du matériel et des ressources pédagogiques numériques, formation des professeurs, etc.

Il n'est toutefois pas certain que tous les collèges de l'Hexagone souhaitent accepter l'offre de l'exécutif, qui fonctionne aujourd'hui sur la base du volontariat : des appels d'offres sont lancés par le ministère, auxquels répondent les établissements et collectivités territoriales intéressés. Le décalage entre les ambitions affichées initialement par la Rue de Grenelle et les chiffres présentés lors de cette rentrée (25 % de collèges participants, contre 40 % espérés) est d'ailleurs de nature à renforcer le doute sur l'objectif présidentiel.

Introduction du code à l'école

François Hollande a enfin évoqué la réforme de programmes, et plus particulièrement l’éveil progressif des écoliers et collégiens à la programmation informatique. « Le codage, ce n'est pas simplement utiliser l'ordinateur, la tablette, mais d’être soi-même programmateur, d'être préparé aux métiers du numérique. » « Est-il acceptable, alors que nous savons tous que le numérique va être la grande affaire – est déjà la grande affaire ! – pour le développement économique, pour la création d'emplois, que nous n'ayons pas suffisamment d'informaticiens, suffisamment de personnels formés pour utiliser le numérique (...) ? » s’est faussement interrogé le locataire de l’Élysée.

Celui-ci n’a en revanche fait aucune allusion au partenariat contesté entre Microsoft et le ministère de l’Éducation nationale, dont la régularité devrait être examinée par le tribunal de grande instance de Paris jeudi 8 septembre.


chargement
Chargement des commentaires...