Un « administrateur des données de la DGFiP » nommé à Bercy

Un chief et des lettres 1
En bref
image dediée
Crédits : Crobard/iStock
Loi
Xavier Berne

Après le ministère de l’Environnement, c’est au tour de Bercy de se doter d’un « chief data officer ». Lionel Ploquin a été désigné voilà plusieurs jours administrateur des données de la Direction générale des finances publiques (DGFiP).

C’est au travers d’un arrêté publié dans le calme des vacances d’été, au Journal officiel du 14 août pour être précis, que le Premier ministre a officialisé la nomination de Lionel Ploquin en tant qu’administrateur des données de la DGFiP. L’intéressé, qui était déjà en poste à Bercy (en tant que chargé de mission pour les services numériques innovants), est dorénavant placé auprès du directeur du service à compétence nationale dénommé « Cap numérique » de l’administration fiscale.

Il aura notamment pour mission d’accompagner et de conseiller « les nouveaux projets d'utilisation avancées des données de la DGFiP (applications décisionnelles, data mining, big data...) ». Loin d’avoir des pouvoirs coercitifs, Lionel Ploquin pourra en outre formuler des propositions « sur la politique d'ouverture des données de la DGFiP et l'accompagnement nécessaire de cette ouverture », ou bien encore « sur les modalités de gouvernance, d'organisation et d'outillage permettant de mobiliser la connaissance sur les données, de les utiliser rationnellement, de veiller au maintien de leur qualité et de les mobiliser à tout moment au profit des besoins et des priorités de la direction ».

Le « chief data officer » de Bercy sera enfin force de proposition en matière de formation du personnel à la « culture de la donnée », et effectuera une « veille active » sur ses sujets de prédilection : usages innovants des données, réglementation (notamment relative à la protection des données personnelles), etc.

Constitution progressive d’un réseau de « CDO » ministériels

Son premier chantier consistera très probablement à préparer la mise en œuvre de la future loi Numérique (qui devrait être définitivement adoptée par le Sénat le 27 septembre prochain). Au programme, notamment : mise en ligne systématique des bases de données de l’administration, ou même des documents administratifs réclamés dans le cadre de procédures CADA – à l’image du code source du logiciel de calcul de l’impôt sur le revenu.

ploquin
Crédits : Linkedin

L’administrateur des données de la DGFiP sera le correspondant privilégié de l’Administrateur général des données nommé par le gouvernement en septembre 2014, Henri Verdier. Sorte de « chef d’orchestre de l’Open Data » au niveau de l’État, ce fonctionnaire prévoyait de lancer cette année un « projet de cartographie collaborative ouvert à toutes les administrations qui souhaiteront y participer et en bénéficier » (voir notre article).

Lionel Ploquin n’est pas le seul chief data officer ministériel, puisque plusieurs autres ont été nommés récemment ou vont l’être prochainement : au ministère de l’Intérieur, de l’Environnement, etc.


chargement
Chargement des commentaires...