TP-Link réouvre la voie aux firmwares open source sur ses routeurs

Case prison, 200 000 dollars d'amende 12
En bref
image dediée
Crédits : shutter_m/iStock.Thinkstock
Sécurité
Guénaël Pépin

Aux États-Unis, TP-Link a accepté de payer 200 000 dollars pour avoir enfreint les limites d'émission Wi-Fi sur certains routeurs. Dans le même temps, le fabricant doit aussi permettre à nouveau l'installation de firmwares tiers, en s'assurant de respecter la règlementation américaine.

La note est salée pour TP-Link. Le fabricant de produits réseau a conclu un accord avec la FCC, l'autorité en charge des télécommunications, qui lui vaut de payer 200 000 dollars aux autorités américaines. La raison : « certains modèles enfreignaient les règles de la FCC en ayant un réglage utilisateur qui leur permettait d'émettre à une puissance supérieure aux limites légales sur des canaux Wi-Fi restreints » explique la FCC.

De nouvelles obligations pour le constructeur

À l'avenir, l'entreprise doit élaborer des « mesures de conformité robustes » pour ses routeurs existants et à venir. Elle doit mettre en place de nouveaux processus de validation pour s'assurer que les routeurs vendus aux États-Unis sont bien en conformité avec les règles de la FCC. Elle doit aussi fournir des mises à jour de ses routeurs, téléchargeables par les utilisateurs, pour que leurs réseaux Wi-Fi soient dans les règles.

Depuis juin, la FCC interdit ainsi aux routeurs de dépasser certaines puissances d'émission en Wi-Fi, officiellement pour éviter les interférences avec des équipements dans des lieux publics. C'est par exemple le cas des radars météorologiques des aéroports. La Commission voulait donc interdire à des tiers de modifier certains réglages des routeurs. Une décision annoncée en fin d'année dernière et qui a mené à une levée de boucliers de 260 experts, dont Vinton Cerf, qui y voyaient la fin des firmwares open source pour routeurs.

Retour des firmwares tiers chez TP-Link

À la mi-mars, TP-Link annonçait qu'il comptait bien interdire les firmwares tiers sur ses routeurs sur les modèles vendus dès le 2 juin. En contraste, Linksys assurait maintenir la possibilité d'installer un firmware open source sur sa gamme de routeurs WRT, prisée des bidouilleurs.

Dans son communiqué annonçant l'accord, la FCC affirme que TP-Link s'est engagé à réouvrir la porte aux firmwares open source sur ses routeurs, en travaillant avec la communauté open source et les fabricants de puces. Le constructeur doit chercher « des solutions de sécurité pour que certains routeurs 5 GHz, pour permettre l'usage de firmwares tiers tout en respectant les obligations de la Commission et en maintenant l'intégrité de paramètres radio critiques ». Les firmwares open source doivent donc revenir chez TP-Link, mais sans moyen de modifier certains paramètres radio sensibles. Aucun calendrier n'a par contre été donné.


chargement
Chargement des commentaires...