Résultats : Apple en baisse, Samsung en hausse et Nintendo attend 2017

Ici, on compte en milliards 30
En bref
image dediée
Crédits : Zoonar RF/iStock/ThinStock
Finances
Guénaël Pépin

Malgré une rentabilité toujours insolente, Apple voit encore son chiffre d'affaires fondre, mené par la chute de la demande pour ses terminaux. Les revenus de Samsung grimpent avec les ventes de smartphones. De son côté, Nintendo voit les ventes de ses consoles baisser, en attendant l'arrivée du messie NX l'an prochain.

Sur le deuxième trimestre, les tendances se confirment pour Apple, Nintendo et Samsung. Le groupe à la pomme confirme la baisse de ses ventes de terminaux, et voit les revenus de ses services stagner, alors qu'il s'agit de l'un de ses principaux relais de croissance. Samsung, lui, affiche des revenus en forte hausse sur les smartphones, grâce au Galaxy S7 mais aussi à une stratégie plus sage sur l'entrée de gamme. Enfin, Nintendo n'arrête pas la baisse des ventes de ses consoles actuelles (les ventes de Wii U ayant chuté de moitié en un an), et compte bien sur sa prochaine console pour se relancer.

Apple : chiffre d'affaires en baisse, les services se maintiennent

Apple a présenté ses résultats pour son troisième trimestre fiscal 2016, terminé le 25 juin. Sur les trois derniers mois, le groupe a établi un chiffre d'affaires de 42,4 milliards de dollars, pour 7,8 milliards de bénéfices. Des chiffres enviables, qui traduisent pourtant une baisse des ventes du groupe à la pomme. Un an plus tôt, il engrangeait ainsi 49,6 milliards de dollars, et 50,5 milliards au trimestre précédent. La marge continue d'ailleurs de s'éroder, à 38 % contre 39,7 % un an auparavant.

Près des deux tiers des revenus du groupe (63 %) ont été générés en dehors des Etats-Unis. Il baisse d'ailleurs partout, avec des disparités géographiques importantes. Le cas le plus flagrant est celui de la Chine, avec une chute de 33 % du chiffre d'affaires, passé de 13,2 milliards de dollars fin juin 2015 à 8,8 milliards sur les trois derniers mois.

La cause est simple : des ventes moindres de produits. Sur le trimestre, Apple a écoulé 40,3 millions d'iPhone (47,5 millions un an plus tôt), 9,9 millions d'iPad (contre 10,9 millions) et 4,2 millions de Mac (contre 4,8 millions). Les revenus générés suivent donc la tendance des ventes, à l'exception notable des iPad, qui rapportent plus avec moins d'unités vendues (4,8 milliards de dollars contre 4,5 milliards en 2015).

Lors d'une réunion avec des salariés de la firme, Tim Cook a annoncé qu'Apple avait écoulé pas moins d'un milliard d'iPhone depuis le lancement du smartphone à la pomme.

Les services Apple rapportent près de 6 milliards de dollars

Apple continue de se rassurer avec les services, qui se maintiennent depuis le trimestre dernier à près de 6 milliards de dollars, contre 5 milliards un an plus tôt. La société explique que les ventes numériques n'ont jamais été aussi importantes, grâce à une base installée accrue.

Il est difficile de savoir à quelle part contribue Apple Music, vu par certains concurrents comme un adversaire jeune et dangereux. Tout juste Apple revendiquait-il 15 millions d'abonnés payants récemment, ce qui le placerait en deuxième place du marché, derrière Spotify et ses plus de 30 millions d'abonnés.

« Le lancement de l'iPhone SE a été un grand succès, et nous sommes très heureux de la réponse des consommateurs et des développeurs aux logiciels et services présentés à la WWDC de juin » affirme l'entreprise dans son communiqué. Elle poursuit son programme de rachat d'actions, accompli à hauteur de 177 milliards de dollars sur les 250 milliards prévus. Ce trimestre, 13 milliards de dollars y sont passés. Pour le prochain trimestre, elle espère un chiffre d'affaires en hausse (entre 45,5 milliards et 47,5 milliards de dollars), malgré une marge stagnante.

Les revenus de Samsung Electronics en légère hausse

De son côté, Samsung Electronics affiche un chiffre d'affaires en hausse réduite par rapport à l'an dernier. Sur le dernier trimestre, la branche électronique du conglomérat a affiché 50,9 trillions de won coréens (40,7 milliards d'euros) de revenus, contre 48,54 trillions (38,8 milliards d'euros) un an plus tôt. Le bénéfice net s'établit à 5,85 trillions de wons (4,71 milliards d'euros), contre 5,75 trillions l'an dernier (4,63 milliards d'euros). Le tout avec une marge de 25 %.

Si l'ensemble des divisions de Samsung Electronics gagne plus qu'il y a un an, ce sont les ventes de smartphones qui mènent la marche sur ce trimestre. Le groupe vante des ventes solides pour le Galaxy S7, avec plus de 50 % venant du S7 Edge, le modèle le plus cher. Il a aussi maintenu sa rentabilité sur l'entrée et le milieu de gamme en réduisant le nombre de modèles. Le fabricant ne donne (malheureusement) pas le nombre d'unités vendues. Plus de la moitié des revenus de la branche, 26 trillions de wons (21 milliards d'euros), viennent des smartphones. La marge opérationnelle de cette activité explose sur un an, passant de 2,76 trillions de wons en 2015 (2,2 milliards d'euros) à 4,32 trillions (3,5 milliards d'euros).

Samsung affiche aussi de bonnes performances dans les semi-conducteurs, portés par la mémoire. Malgré cela, les bénéfices de cette activité restent stables par rapport au dernier trimestre, et en forte baisse par rapport à l'an dernier : 2,64 trillions de wons (2,1 milliards d'euros) contre 3,40 trillions (2,7 milliards). Comme le note Reuters, il s'agit du niveau le plus bas depuis début 2014, à cause de prix de puces en baisse.

Pour le prochain trimestre, le conglomérat s'attend à une concurrence accrue sur les smartphones et tablettes, malgré une demande qui devrait elle aussi monter. Samsung compte donc lancer un smartphone haut de gamme à grand écran au troisième trimestre, et maintenir la rentabilité des smartphones d'entrée et de milieu de gamme.

Les ventes de Nintendo continuent de baisser

Ce trimestre n'a pas profité à Nintendo. Pour son 3ème trimestre de l'année fiscale 2017 (oui), le groupe japonais obtient un chiffre d'affaires en berne, s'établissant à 61,9 milliards de yens (541 millions d'euros), contre 90,2 milliards (787 millions d'euros) à la même période en 2015. Soit une baisse de 31 % de ses revenus, faute de grande nouveauté dans son catalogue.

Cela donne un déficit opérationnel de 5 milliards de yens (44,8 millions d'euros), alors qu'il en gagnait 1,1 milliard l'an dernier (10 millions d'euros). Le résultat net est encore moins glorieux : un déficit de 24,5 milliards de yens (213 millions d'euros) sur le trimestre, contre un bénéfice de 8 milliards (72 millions d'euros) l'an dernier.

Malgré de meilleures ventes de jeux, celles de consoles restent en berne. L'entreprise a vendu 940 000 3DS sur le trimestre, et 220 000 Wii U, soit des baisses de 7 % et de 53 % des ventes sur une année, respectivement. Au total, 59,8 millions de 3Ds et 13 millions de Wii U ont trouvé preneurs. Un dernier chiffre très loin d'atteindre ceux d'une PlayStation 4, d'une Xbox One, voire de ce qu'en attendait Nintendo lui-même.

Rappelons, au passage, que si le succès de Pokémon Go semble phénoménal, il ne profitera pas avant longtemps à Nintendo, qui n'édite pas lui-même le jeu, et n'a qu'une part minoritaire dans The Pokémon Company, qui a confié le développement à Niantic. Un accessoire (le Pokémon Go Plus) made in Nintendo est bien prévu, mais il a été repoussé à septembre. Au-delà des fêtes de fin d'année, la prochaine vraie étape est 2017, avec le lancement attendu de la console NX en mars prochain, avec le futur jeu majeur de l'éditeur, The Legend of Zelda : Breath of the Wild, dans les mêmes eaux.


chargement
Chargement des commentaires...