Accident mortel : la Tesla Model S roulait trop vite, l'enquête se poursuit

Les préliminaires ce n'est pas toujours ce qu'il y a de plus complet 123
En bref
image dediée
Crédits : Tesla
Nouvelle Techno
Sébastien Gavois

Dans l'enquête sur l'accident mortel impliquant une Tesla Model S avec le pilote automatique activé, le NTSB a publié un rapport préliminaire. On y apprend que la voiture roulait trop vite au moment de l'impact. Dans le même temps, Mobileye annonce la fin de son partenariat avec Tesla.

Début mai, un accident mortel s'est déroulé sur une route de Floride. Il s'agissait, selon Tesla, du premier impliquant l'une de ses voitures avec le pilotage automatique activé. Le constructeur s'était exprimé sur les circonstances de l'accident (voir cette actualité), tandis que le régulateur américain ouvrait une enquête. Il y a peu, le Conseil national de la sécurité des transports (NTSB) publie un rapport préliminaire qui pourra être « complété ou corrigé au cours de l'enquête ».

Selon la NTSB, la Tesla Model S roulait trop vite lors de l'accident

Selon les données téléchargées depuis la voiture, on y apprend que la Model S roulait à 74 mph (environ 119 km/h) sur une route qui est normalement limitée à 65 mph (presque 105 km/h) indique le NTSB, sans préciser à quoi était dû ce dépassement de la limitation.

L'agence ajoute que les fonctions Traffic-Aware Cruise Control, qui permet à la voiture de gérer l'accélérateur et les freins afin de s'adapter automatiquement au trafic, et Autosteer, qui garde la voiture dans sa bande de circulation, étaient activées. Il ajoute que la voiture était également équipée d'un système de freinage d'urgence, qui n'a pas fonctionné avait déjà indiqué Tesla.

« Au moment de l'accident, il faisait jour avec des conditions météorologiques claires et sèches » peut-on lire dans le rapport du NTSB. Pour rappel, Tesla indiquait que ni la voiture ni le conducteur n'avaient remarqué « le flanc blanc de la remorque du semi-remorque face à un ciel très lumineux ». Il faudra certainement attendre les conclusions définitives pour avoir de plus amples informations.

Quoi qu'il en soit, des photos de l'accident confirment la présentation faite par Tesla : la voiture est venue s'encastrer sous la remorque du camion faisant de très importants dégâts au niveau du pare-brise, mais peu en dessous. Sur la remorque du camion, seuls des dégâts mineurs sont visibles sur le côté droit :

Tesla Model S NTSBTesla Model S NTSB

L'enquête est toujours en cours et devrait durer encore plusieurs mois

Le NTSB n'a pas fini son enquête et continue de récolter des données et de les analyser, afin « d'évaluer les conditions de collision ». Elle ajoute que « tous les aspects de l'accident sont encore sous le coup d'une enquête », se gardant d'ailleurs bien d'attribuer, même partiellement, les causes à la vitesse trop élevée. Elle ne fait pour le moment que donner des informations et les conclusions définitives ne devraient pas arriver avant l'été prochain.

Dans tous les cas, le régulateur américain ne souhaite pas arrêter pour le moment le développement des voitures à pilotage automatique. En effet, selon l'administrateur du NHTSA ces fonctionnalités permettent généralement de rendre les voitures plus sûres et donc de sauver des vies. Il expliquait que l'industrie automobile « ne peut pas attendre que ce soit parfait » et qu'il faut être « prêt à tout pour ce qui permet de sauver la vie des gens ».

Les Tesla n'auront pas droit aux prochaines puces de chez Mobileye

Hasard ou non, Amnon Shashua, directeur technique chez Mobileye profitait d'une conférence de presse sur les résultats de l'entreprise pour annoncer que son partenariat avec Tesla prenait fin, comme le rapporte Ars Technica. Pour rappel, cette société propose des systèmes anticollisions et produit une puce EyeQ que l'on retrouve dans plusieurs voitures équipés de systèmes de pilotage automatique.

Dans une déclaration transmise à nos confrères, la société précise que les relations commerciales entre MobileEye et Tesla n'iront pas plus loin que la troisième génération d'EyeQ que l'on retrouve actuellement dans les Model S et X. Cela ne change donc rien pour le moment, et Mobileye continuera de fournir des mises à jour logicielles à Tesla. Si l'accident mortel est pointé par certains comme l'élément qui a déclenché la procédure de divorce, rien ne permet de l'affirmer pour le moment.

Un projet de voiture autonome chez Mobileye, Tesla développera-t-il des capteurs maison ?

Il s'agit forcément d'un coup dur pour Mobileye, mais la société a largement de quoi rebondir, puisqu'elle a récemment annoncé un partenariat avec Intel et BMW afin de développer une voiture entièrement autonome d'ici cinq ans. De son côté, Telsa n'a pas encore indiqué ce qu'il comptait faire. Il pourrait développer ses propres capteurs, même si cela reste évidemment à confirmer.

Une thèse accréditée par le fait que l'actuelle génération de capteur Mobileye n'est pas conçue pour détecter correctement les véhicules traversant latéralement (comme c'était le cas de l'accident mortel). Selon Dan Galves, responsable de la communication chez Mobileye cité par Ars Technica, cette fonctionnalité arrivera avec leur prochaine génération de puces, attendue à partir de 2018.


chargement
Chargement des commentaires...