SFR compte supprimer un tiers de son effectif dès l'an prochain

Pour rentrer tout le monde dans Qu4drans ? 64
En bref
image dediée
Société
Guénaël Pépin

Les effectifs de SFR pourraient être réduits d'un tiers d'ici 2019. Un moyen de rester compétitif, selon la direction, alors que les syndicats dénoncent le coût social de la guerre des prix qui sévit dans le secteur.

L'annonce tombe comme un coup de massue : SFR compte supprimer 5 000 postes dès le 1er juillet prochain, soit un tiers des effectifs (14 300 employés). Une coupe sévère, qui aurait pour but de ramener l'effectif total de l'opérateur à 9 000 employés d'ici 2019 rapportent nos confrères du Monde et de ZDNet. 

Un tiers des effectifs en moins d'ici trois ans

Cette information faite à la suite d'une réunion avec la direction des ressources humaines de l'entreprise, mais les chiffres ne semblent pas encore très précis puisque dans une dépêche de Reuters, on apprend qu'une seconde source « a précisé que la direction du numéro deux des télécoms s'était engagée à ce que le niveau des effectifs ne descende pas sous le seuil de 10 000 d'ici 2019 ». Nous tenterons d'en savoir plus dans les jours à venir.

Si SFR réfute la mise en place d'un plan social, il semble acquis que la réorganisation qui se prépare aura des conséquences importantes sur l'emploi. Elle fera d'ailleurs suite à de nombreux départs d'employés ces derniers mois et à des réductions de coûts importantes notamment dans les dépenses des salariés à tous niveaux.

Une suite « logique »

Pour rappel, au moment du rachat de SFR par Numericable, le groupe s'est engagé à maintenir l'emploi jusqu'au 1er juillet 2017. Il ne semble donc pas vouloir perdre de temps. Les premiers efforts de réorganisation concernent la branche de distribution, avec ses boutiques, qui emploie 3 900 postes. Comme l'annonçait le mois dernier la direction, elle estime la branche distribution trop complexe, menant à une restructuration jugée nécessaire.

La décision couvait depuis quelques mois, Patrick Drahi ne cachant pas qu'il pense les employés du groupe « en sureffectif », comme il l'avait affirmé à la presse américaine le mois dernier. Peu avant, Michel Combes, le nouveau PDG d'Altice, estimait que les employés sont bien au courant que des « adaptations » sont nécessaires pour que le groupe retrouve sa compétitivité. Selon nos informations, il a aussi annoncé au début du mois vouloir regrouper l'ensemble des effectifs de SFR (opérateur et médias) au sein des nouveaux locaux, ce qui ne pouvait que laisser présager une réduction massive des effectifs. Reste maintenant à voir quels seront les secteurs touchés.

SFR entre augmentations, promotions et tension sociale

L'attitude de la direction, c'est-à-dire de dénoncer un manque de compétitivité tout en multipliant les promotions pour éviter l'hémorragie des clients, est critiquée par les syndicats, pour qui la guerre des prix a un réel coût social. Le climat semble d'ailleurs tendu dans l'ensemble de l'entreprise, comme en témoigne la grève le mois dernier de la branche Business Solutions, suivie par 70 % de ses salariés.

L'objectif semble néanmoins de continuer d'améliorer la performance du groupe en réduisant les dépenses et le nombre d'offres, tout en multipliant les augmentations pour une partie du parc de diverses manières et au détriment de la TVA perçue pour le compte de l'État (voir notre analyse). SFR publiera ses résultats financiers pour le second trimestre le 9 août prochain.


chargement
Chargement des commentaires...